Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

dimanche 6 mai 2007

SARKOSY ET LA PRISE ILLEGALE D'INTERET

L'ECHO des MONTAGNES, toujours dans le légitime but de vous informer, se pose les questions suivantes, suite aux révélations du journal confrère le "Canard Enchaîné" et du journal le "Capital", quant aux délits de prise illégale d'intérêt ou de corruption, concernant le sieur Nicolas SARKOSY. En effet ce dernier ex-maire de Neuilly,ex-ministre de l'Intérieur et menteur en chef désire être président de la République Française.
Une plainte avec constitution de partie civile visant les transactions immobilières suspectes imputées par la presse à Nicolas Sarkozy a été déposée par un particulier à Nanterre (Hauts-de-Seine), apprend-on au parquet de cette localité vendredi.

Cette plainte déposée par un dénommé Marc Salomone a été enregistrée administrativement le 26 mars mais n'a pas encore été transmise au parquet, a dit une porte-parole à Reuters, confirmant une information du journal Le Monde.


Techniquement, la recevabilité d'une plainte d'un particulier sur de supposées infractions concernant la municipalité de Neuilly, jadis dirigée par le candidat UMP à la présidentielle, est très douteuse.


Le procureur devra se prononcer au préalable sur ce problème technique, puis la décision d'ouverture d'information éventuelle appartiendra au doyen des juges d'instruction du tribunal de Nanterre. Le poste de procureur de Nanterre est actuellement vacant. Le juge Philippe Courroye, nommé le mois dernier, prendra officiellement ces fonctions à ce poste le 25 avril prochain à 17h00.


Le plaignant se dit apolitique. "Je ne suis envoyé par aucun parti, ne suis membre d'aucune association. C'est juste un combat citoyen. Si M. Sarkozy a fauté, il doit en répondre comme tout le monde", a déclaré Marc Salomone au Monde.


S'il juge utile d'ouvrir une procédure sur les problèmes soulevés par les articles du Canard enchaîné, le procureur n'a de toutes façons pas besoin de plainte, car il peut légalement lancer des investigations sur la base d'un article de presse.


Dans plusieurs articles, l'hebdomadaire satirique a imputé à Nicolas Sarkozy des faits qui, s'ils étaient confirmés, relèveraient techniquement de la "prise illégale d'intérêt" ou de la "corruption". Nicolas Sarkozy conteste formellement toutes les affirmations du Canard enchaîné.


Fait établi et non contesté, Nicolas Sarkozy a acheté un logement en 1997 au groupe Lasserre, un promoteur avec lequel il avait traité pour la municipalité qu'il dirigeait depuis 1983. Nicolas Sarkozy aurait bénéficié d'un rabais et de travaux pour un total de 300.000 euros, assure le Canard, ce que nie l'intéressé.


L'hebdomadaire a assuré par ailleurs que quelques mois avant cette transaction, le même promoteur avait bénéficié d'un rabais de la mairie de Neuilly évalué à 775.000 euros, grâce à un étalement sur deux ans de l'achat des terrains où ont été bâtis trois immeubles de l'île de la Jatte, dont celui où se trouvait le logement acheté par Nicolas Sarkozy.


Concernant les travaux réalisés dans son logement, Nicolas Sarkozy a démenti et fourni une facture de 72.000 francs correspondant à la pose d'un escalier, mais selon le Canard enchaîné une remise de 30.O00 francs a été consentie encore sur cette dernière. Aucune autre facture n'a été ensuite produite.


Concernant le second volet de l'affaire, Nicolas Sarkozy a déclaré que le rabais s'expliquait par la déprime supposée du marché, dont la réalité est mise en cause par les spécialistes de l'immobilier interrogés dans la presse.

En cette semaine sainte des Pâques quelles sont les fautes terribles que DIEU reproche aux Françaises et français de nous avoir envoyer un Nicolas SARKOSY, immigré subi.