Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

jeudi 23 août 2007

PEDOPHILE ET CHASSES GARDEES PRESIDENTIELLES

PEDOPHILIE ET CHASSES PRESIDENTIELLES

siegfried | 23 aout, 2007 22:12

L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous relate le dossier de SAINT-QUIRIN, pas tout à fait "saint" que cela!!!!


Saint-Quirin: Un bien triste record

Durant les années 1960/1970, le village est frappé par une vague de suicides et de morts disons pour le moins suspectes... Telle une machine parfaitement huilée, les autorités effacent toute trace pouvant laisser planer les doutes. Les affaires sont immédiatement classées, et les documents saisis. Les villageois se taisent, y compris les parents proches des victimes. Prenons cet exemple effarant... Un agent technique de l'ONF réussit à se décapiter dans la forêt juste en face de la maison de mes parents... C'est un suicide selon la version officielle... Voyons. Comment un homme réussirait-il à se trancher la tête en se fabriquant une guillotine en forêt ? C'est pourtant ce que concluront les autorités... Nous pourrions aussi remonter à mon grand-père (le père de ma mère) qui s'est tranché la gorge, toujours en forêt. Son agonie fut irracontable. Il avait 51 ans... Suicide ?
Puis ce fut un de mes oncles, garde-chasse de Floriot / Roussel qui s'est fait sauter la tête à coup de fusil de chasse. Les dossiers qu'il avait cachés dans sa 4L furent immédiatement saisis par la gendarmerie... Puis un autre s'est tué [...], lui aussi en forêt. Ainsi, le village va vivre une hécatombe de jeunes gens disparaissant dans des circonstances effroyables sans se poser la moindre question. Cela paraît ahurissant. Un homme s'interroge. Il s'agit de mon père. Durant 18 ans, il fut le premier adjoint de la municipalité. Lui aussi subit les débordements liés aux chasses présidentielles... C'est un modeste agriculteur (le dernier du village à l'époque - Depuis, il n'y en a plus). Il est également maître-bûcheron à l'ONF. Mon père détestait la chasse... C'était un homme d'une rare intelligence, brisé par les horreurs de la guerre. Souvent, il déclarera avoir fait la plus grossière erreur de sa vie en venant s'installer à Saint-Quirin. C'est vrai qu'il l'a payé très cher... Mon père savait beaucoup de choses sur la gestion particulière de la commune et comment certains tiraient les ficelles (et les tirent encore!). Alors, il a commencé à écrire... Des nuits entières, il va rédiger un journal détaillé...

En 1983, une campagne outrageuse déferle sur Saint-Quirin. Ce n'est pas une campagne électorale mais une véritable chasse à l'homme. Une "nouvelle équipe" vise la municipalité. Jusqu'ici, le maire, âgé, avait laissé mon père lui suppléer, ce qu'il faisait de son mieux vu les circonstances. Calomnies, diffamation, insultes... Toute la panoplie des méthodes les plus ignobles va être utilisée pour discréditer le Conseil en place... Mon père, un homme au sens aigu de l'honneur et de l'intégrité, est particulièrement visé. Il le vit très mal... Le Conseil est battu... C'est la nouvelle équipe qui va prendre les rennes mais nous allons y retrouver des éléments de l'ancien Conseil... Pour certains, il s'agit de trahison... En fait, d'autres irrégularités se dessinent et les fonctions qu'occuperont les dissidents en sont la démonstration... Les seigneurs d'antan ayant disparu, la place est libre pour instaurer à Saint-Quirin une ploutocratie où tout sera permis au détriment de la population. Une caste est en train de naître sur les débris d'un pouvoir féodal. Mon père n'a pas supporté cet échec orchestré de façon hideuse. En 1984, il tombe malade, sa fille le fera hospitaliser contre sa volonté (elle travaille dans le milieu). Il ne voulait pas aller à l'hôpital. La dégradation physique conséquente aux "soins" va totalement ruiner son moral. Il mourra dans des conditions inhumaines à l'âge de 57 ans. Mon père avait fait un testament avant de mourir. On me l'a caché et à l'heure actuelle, je ne sais toujours pas ce qu'il contient... C'est bien sûr totalement illégal, mais à Saint-Quirin, c'est une habitude me direz-vous... Mon père à peine enterré, la commune va "louer" le bâtiment agricole sans aucun contrat et de façon là aussi totalement illégale. À cette époque, je ne sais pas que je suis propriétaire des biens mobiliers et immobiliers. On me l'a sciemment caché. Pourquoi ? Ce qui est sûr (j'ai les documents l'attestant), c'est que des tractations ont été effectuées entre la municipalité et ma mère qui se croit toujours propriétaire des biens. Presque tout sera vendu, ce qui me spolie de la quasi totalité d'un héritage dont je ne sais rien... Et ce n'est que le commencement...

Qui contrôle le village après la mainmise de Floriot / Roussel... Ceux-là mêmes qui en profitaient déjà. Prenons l'ex-secrétaire de mairie qui avait le don de manipuler les dossiers... Lui, il a vite compris qu'on pouvait alors s'enrichir facilement. Nous le retrouverons plus tard à un poste clé, mais laissons cela pour la suite... car la suite va dépasser l'entendement. Nous voyons également dans cette "nouvelle équipe" les patrons d'une vaste entreprise qui, si elle est toujours considérée comme faisant partie de la commune, est depuis longtemps implantée ailleurs. Il y a aussi le successeur légitime de l'ancien maire, collègue de mon défunt père durant ses 18 années de mandats, candidat PS aux législatives de 1981 contre Pierre Messmer et qui est totalement muselé... Il sera bientôt rejoint par un parachuté, grillé dans sa ville, Jean-Pierre Masseret, ex-secrétaire d'état aux anciens combattants et se proclamant du PS... En vérité, la commune a viré à l'extrême-droite et constitue un parfait refuge pour ceux qui auraient (...) d'autres ambitions, politiques ou privées... Qui est le nouveau maire et d'où vient-il ? Lorsqu'il arrive au village dans les années 1970, c'est un militaire au chômage, situation assez invraisemblable, avouons-le... Un militaire ne pouvant se retrouver sans travail en France grâce aux emplois réservés (Les agents de l'ONF en particulier), qu'il cumule avec sa retraite... Il y a des zones d'ombre dans le passé du nouveau maire. Il a fait l'Algérie, et nous savons tous les actes inadmissibles qui s'y sont déroulés. Dès qu'il accède à son poste, il va établir une sorte de dictature où plus personne n'ose intervenir. Cette situation arrange les spéculateurs; les autres membres du Conseil n'ayant qu'à la boucler. Je me souviens des paroles de mon père... Il présentait ce qui allait se passer. «Ce qu'ils veulent, c'est mettre la botte sur la commune»... Bientôt, une nouvelle me consterne... La municipalité va acheter le pavillon de chasse de Floriot / Roussel et veut en faire une Maison de Retraite... Je sursaute ! Nous savons bien ce qui s'y passait après la barbarie des chasses (présidentielles) ! Des affaires de moeurs, et surtout, des actes dont j'éviterai pour l'instant les détails, comme ce réseau de traite d'enfants découvert à Metz dans une discothèque, impliquant des membres du clergé comme des personnalités politiques... Tout sera étouffé... D'autres affaires sont connues dans un rayon proche de Saint-Quirin et au village même.

Dans quelles conditions la commune a-t-elle réussi à acquérir le pavillon de chasse de Floriot / Roussel ? Rappelons que la bâtisse comporte 17 salles de bains, une terrasse pour l'atterrissage de l'hélicoptère, le tout dans un luxe et un cadre démesuré... On a refusé de me communiquer tout dossier (ça se comprend mais c'est une entrave à l'accès aux documents administratifs - CADA). Toutefois, les renseignements que j'ai réussi à obtenir laissent pantois. Outre l'acquisition par elle-même, comment a-t-on obtenu les autorisations pour en faire un établissement relevant du domaine médical ? Car restez assis, le pavillon de chasse est bien une maison de retraite (La Charmille) et une annexe prétend être un établissement capable de soigner la maladie d'Alzheimer... Là, il y a quelque chose qui cloche... Car en plus, on se permet d'y interner des gens âgés par la force, ce qui dépasse la légalité mais aussi la devise de l'établissement prétendant le contraire. Or qui gère La Charmille ? L'ex-secrétaire de mairie... Tiens donc... Ultérieurement, je vous révélerai qui est le responsable du secteur médical... Et là, cela va encore devenir plus ambigu. J'ai saisi le Conseil de l'Ordre suite à une affaire qui me touche puisqu'il s'agit du placement arbitraire de ma propre mère. Sur l'ordre de ma soeur travaillant dans le milieu hospitalier. Son but est de s'approprier la maison dont ma mère a la jouissance jusqu'à sa mort... Or, il a fallu à ma soeur des complices (médecins et autres) pour pouvoir faire interner ma mère dans un établissement où l'on ne peut mettre les gens contre leur gré. La direction rappelant que les "pensionnaires" qui ne pourraient plus payer leur chambre sont priés de quitter l'établissement (le prix d'une journée avoisinant tout de même les 61 Euros !). Or, ma soeur est conseillère municipale... Souvenons-nous de ce qui a été mentionné aux pages précédentes... Si mes soupçons se confirment (et ils se confirment), nous sommes au coeur d'une affaire dont les dimensions dépassent l'imagination. Car comme ce fut le cas avec mon père, ma mère ne survivra pas à cet internement abusif et totalement hors du cadre de la légalité
(1) ... Peut-on ainsi jouer avec la vie des individus et faire mourir une personne sans courir le moindre risque ? À Saint-Quirin, apparemment oui !
1) - Voir: Rubrique Saint-Quirin