Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

lundi 7 janvier 2008

LES PROTOCOLES DE TORONTO ET G.D.F.

L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer vous démontre la réalité des "PROTOCOLES de TORONTO" avec l'exemple suivant:
Pour affaiblir économiquement les classes laborieuses et au chômage et ou à la retraite, G.D.F avec son patron CIRELLI augmente le prix du gaz de 4% .
Par contre CIRELLI n'oublie pas de s'augmenter au passage:

Jean-François Cirelli, salarié du public, ne gagne pour l’instant «que» 300.000 euros brut par an, auxquels il faut ajouter 130.000 euros de bonus, tandis que Gérard Mestrallet a touché, en 2006, 2,950 millions (dont 1,24 million de primes).

Pour réduire un peu l’écart entre les deux dirigeants, un comité de rémunération a été créé au sein du conseil d’administration de Gaz de France. Il comprend Jean-Louis Beffa, le président du conseil d’administration de Saint-Gobain, Philippe Lemoine, le P-DG de la société de services financiers LaSer Cofinoga, et Edouard Viellefond, le représentant de l’Agence des participations de l’Etat.

Ce comité va rapidement se réunir pour fixer le nouveau salaire de Jean-François Cirelli. Il sera transmis à Christine Largarde, la ministre des Finances, seule habilitée à signer le décret qui fixe le niveau de rémunération des dirigeants d’entreprises publiques. Certains membres du comité envisageraient de porter le salaire du numéro 2 de GDF-Suez à 2,5 millions d’euros par an, primes comprises.

Ancien conseillé de Jean-Pierre Raffarin à Matignon, cet énarque a été nommé président de Gaz de France par l’ancien Premier ministre en mai 2004.

Ces mesures (augmentation du prix du gaz et augmentation du salaire du patron) ont pour but de détruire les Etats-Nations, en faisant monter la contestation populaire.
Ainsi les PROTOCOLES DE TORONTO ne sont plus un mythe.
Voir les PROTOCOLES DE TORONTO dans le détail sur ce même blog.