Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

vendredi 1 février 2008

SOCIETE GENERALE, CREDIT MUTUEL, CREDIT AGRICOLE, XPF,SUICIDES,VOLS

L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, combat les PROTOCOLES DE TORONTO et certaines banques, citées dans le texte.
J'en connais un rayon étant moi-même victime de PIERRE ETIENNE PFIMLIN, PATRON du CREDIT MUTUEL CENTRE EUROPE.

ll serait utile que l'ensemble de la presse écrite, télévisée,
spécialisée puissent apporter des précisions quant à cette affaire en
recherchant les informations auprès du Grand Public en partenariat avec
les Tribunaux qui ont tout au de ces dernières années jugé des citoyens
qui avaient fait confiance à la SOCIETE GÉNÉRALE et qui ont été
détroussés de tous leurs biens en Justice pour avoir un jour emprunté (
Dol sur TEG - gestion de Dettes - vente des biens à la criée, appel à
caution, détournement de
fonds - abus de confiance)

Par ailleurs nous ne lisons pas dans vos articles que l'ensemble des
grands patrons à la tête de nos enseignes bancaires francaises, SOCIETE
GÉNÉRALE
, (Daniel Bouton) CRÉDIT AGRICOLE (René Caron), BANQUE
POPULAIRE
(Philippe DUPONT), CRÉDIT MUTUEL (
Etienne Pfimlin) sont aussi tour à tour à la tête de la FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE, (syndicat de professionnel bancaire très connu de notre Gouvernement et de la scène financière internationale) dont depuis le 1er septembre 2007 Daniel Bouton est PRÉSIDENT, et que ces mêmes dirigeants sont traduits devant le tribunal correctionnel par les associations, les victimes des
banques ( escroquerie-gestion de dettes- dol - délit d'initié - abus de
confiance...).

Bizzarre que nous n'entendions pas parler ces patrons qui sont au
Conseil d'administration Vice président, trésorier etc....depuis la
création lors du lancement de l'Euro en 2001 de La fédération bancaire
francaise...
http://www.fbf.fr/Web/internet/content_fbf.nsf/(WebPageList)/
9B896104A7A23C0CC1257313003AD9
D2 -
http://www.fbf.fr/Web/internet/content_fbf.nsf/(WebPageList)/
Entites+liees?Open - http://www.aef.asso.fr/presentation.jsp?prm=15 -
http://www.afb.fr/Web/Internet/content_presse.nsf/(WebPageList)/
lutte+contre+le+blanchiment+
-1+Les+actions+des+banques
+contre+le+blanchiment?Open
http://www.boursier.com/vals/FR/societe-generale-daniel-bouton-prendra-
la-presidence-de-la-fbf-en
-septembre-news-242351.htm

Auraient-ils ainsi à rendre compte des quantités d'affaires qui ont
ruinés ça et là en France des milliers de citoyens bâtisseurs et
participants à l'économie (en justice depuis 10 ans contre eux avec
bien piètre résultat) Seraient ils en Lien avec la Justice en tant que
Magistrats, famille de magistrats, d'avocats, .... Surprenant que le
"Crédit agricole" qui en fait est LA CONFÉDÉRATION NATIONALE DU CRÉDITAGRICOLE composée de banques régionales Mutualistes coopératives dontles clients sont propriétaires de parts sociales composant le capitalde la banques régionales ( dont les propriétaires de la banques
devraient être les sociétaires), puisse après l'affaire en 1993 de
cession validée par le gouvernement du Crédit Lyonnais faillitaire, se
mettre en liste pour reprendre la partie "banque privée "de la banque
sans que les clients sociétaires ne votent une résolution en conseil
d'administration des sociétaires au plan régional pur savoir ou leur
"patrimoine argent" va encore être mis sans leur consentement
préalable(adhérents de coopératives).

Serait ce que le mot d'ordre pour les médias soit qu'il ne faut pas
faire comprendre aux Francais en Provinces francaises qu'il existe
deux types de banques en France ( une banque à caractère général
clients et actionnaires) une banque à caractère coopératif mutualiste (
les propriétaires du capital social sont les clients automatiquement à
la BASE de la création de la banque = sociétaires).

Nous assistons à une prise de possession du pouvoir des patrons de
banques coopératives qui ne leur appartient pas.

Pour finir comment Monsieur Bouton n'a-til pas été révoqué par le
conseil d'administration de la FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE, dont fon partie tous les autres patrons de banques ci-dessus cités dont les uns
en liste pour l'OPA , par devant ou par derrière ?

Monsieur Bouton a en sus l'affaire sentier n°II entre autre, après
l'éclatante affaire Clearstream, bien connue de tous les patrons des
banques francaises composant le conseil d'administration de la
Fédération Bancaire Francaise. En conséquence ces mêmes patrons ont Elu à la tête de la représentation francaise bancaire lien avec le Monde
de la finance internationale, un Président en cours de procédure
judiciaire ?(et quels motifs), un trésorier en cours de procédure
judiciaire correctionnelle, un membre en cours de procédure judiciaire
correctionnelle pour nous représenter sur la scène internationale dont
certains d'entre eux oublient qu'ils ne sont pas propriétaires de la
banque... l'affaire CREDIT LYONNAIS 1993/CONFÉDÉRATION DU CRÉDIT AGRICOLE lancée par le syndicat VERTE FRANCE (cultivateurs) n'est passée que le 18 juin 2007 devant la 11eme chambre corrrectionnelle de Paris et est en procédure d'Appel depuis le 18 octobre 2007, l'affaire
CONFÉDÉRATION NATIONALE DU CRÉDIT MUTUEL n'a été lancée avec constitution de partie civile que le 19/11/2007 par l'Association
Victimes du Crédit Mutuel, le problème du Taux De TEG erroné dans les
dossiers des emprunteurs et découvert sur compte n'est absolument pas
pris en compte par le Ministre des finances ( quelques Milliards en dol
aux francais par les Banques)est-ce les francais qui vont devoir assigner en redressement judiciairepour une faillite personnelle les patrons des banques VOIR L'ÉTAT FRANCAIS pour remboursement des multitudes de dols et préjudicesoccasionnés par ces patrons de Banque qui "jouent" avec l'argent desfrancais ? Hier encore à Marseille , hier encore à Chartres nous entendions des femmes et hommes du Monde de la finance, parler de patrons voyous .

Rachida Dati a fait voter à nos parlementaires la Loi anti-récidive sur
la délinquance alors que la Justice l'applique aux patrons des banques
et à leurs tours que les biens personnels des responsables de ce
pugilat soient vendus au profit de tout citoyen et citoyenne qui ont un
jour passé la porte d'une agence et qui en pleine confiance, ont tout
perdu, ont gagné en Justice en première instance et ont été "déboutés"
en Cour d'Appel face à ces patrons banquiers, frère ou cousins
d'avocats, de magistrats,tous francs-maçons et sionistes, sont aujourhui à la rue et en plus avec lemépris de ces mêmes patrons voyous, une poignée d'hommes.

Allons allez jusqu'au bout de vos informations et encore une fois
arrêtez de mettre dans vos articles BANQUE POPULAIRE, CRÉDIT AGRICOLE,CRÉDIT MUTUEL, CAISSE EPARGNE, allez sur infogreffe regarder la dénomination complète et le montage en système de pyramide inversée.C'est à dire : L'argent monte des caisses régionales à l'organe central(qui n'est pas le siège social) CONFÉDÉRATION NATIONALE qui par
l'intermédiaire de ses filiales et "véhicules côtés" investit, joue,
achète, devient mécénat mais au moment des profit ne redistribue pas
aux sociétaires mais d'abord aux actionnaires.... En conclusion les
sociétaires sont responsables de leurs parts du capital social mais
aux profits n'ont que les miettes de leurs placements ou sommes
détenues sur leur compte courant... Transférez ce montage dans des
sociétés de commerce et demandez aux associés s'ils sont d'accord de ne
pas toucher les bénéfices totaux en répartition de leurs parts sociales
du capital, et pire qu'ils sont d'accord en tant qu'adhérents de
coopératives mutualistes de toujours faire monter l'argent sans savoir
comment il est utilisé, plaçé en France à l'étranger, ne pas le voir
resdescendre les produits dans leur porte monnaie....par exemple.....il
y en aurait encore beaucoup à dire car enfin, les dirigeants des USA de
l'enseigne crédit agricole avant l'été 2007 ont quitté les USA et ont
été embauchés par l'enseigne Banque populaire, dotée elle-même de Anne
José Fulgéras, ancien magistrat de la brigade financière de Paris, qui
sait oh combien ce qu'est la surveillance du blanchiment de l'argent.

Monsieur le Président de la République , ancien ministre des finances
quand même, a "convoqué les banquiers à l'Elysée" leur demandant une
meilleure relation avec les clients et un relevé annuel des frais
prélévés au client..... là ça devient cocasse....chaque matin ses 12
conseillers lui font un rapport. Alors ces mêmes conseillers n'ont ils
pas omis la transmission de toutes ces actions en justice contre les
patrons qui forment le conseil d'administration autour de FEDERATION
BANCAIRE FRANCAISE et qui "oublient" voire laissent "pourrir" évitant
de payer leurs fautes aux clients qu'ils ont ruinés sciemment via le
système.

Allez La Tribune pour éviter de vous soucier si vous allez ou pas
publier, nous transmettons le même texte à Christine Lagarde, à
Monsieur le Premier Ministre, Monsieur Le Président de la République
par l'intermédiaire de leur service presse et porte parole.
Bien à vous tous et ensemble par une parfaite information, redressons
la situation et que Justice impartiale soit rendue par les Tribunaux ,
que les coupables payent immédiatement

http://www.latribune.fr/Articles.nsf/Article?
ReadForm&IDRedirectArticle=
/Societe-Generale--qui-regarde--qui-refuse-
le-dossier-----~-ID92BF3CE2137
93109C12573E2002E818E-
$Mail=1&login&Identification=1
Entreprises & secteurs / Banque
La Tribune.fr - 01/02/08 à 12:56 - 598 mots
Banque
Société Générale: qui regarde, qui refuse le dossier ...
'indépendance de la banque. L'amicale des cadres de la Société Générale
dit n'être pas forcément opposée à un rapprochement.

Peu à peu, les positions des uns et des autres se précisent autour du
dossier Société Générale. Depuis que la banque rouge et noir a été
fragilisée par la perte de 6,9 milliards d'euros, révélée le 24
janvier, les appétits se sont aiguisés autour d'une entreprise qui
dispose de beaux atouts et qui, aujourd'hui, ne coûte pas si cher.

Premier à se déclarer, BNP Paribas a confirmé, hier jeudi 31 janvier,
avoir entamé une réflexion sur l'opportunité de lancer une OPA sur sa
rivale qu'elle avait tenté d'avaler en 1999. "Jusqu'à présent, nous
excluions totalement un tel rapprochement, mais la situation du monde
bancaire ayant évolué, nous ne nous interdisons pas d'y réfléchir, sans
préjuger des conclusions de cette réflexion", a précisé un
porte-parole, hier jeudi 31 janvier dans la soirée.

Selon Les Echos, la banque dirigée par Baudouin Prot se serait dès à
présent entourée des conseils de Goldman Sachs et Lehman Brothers.
Toutefois, BNP Paribas dément, ce vendredi matin, cette dernière
information.

Le Crédit agricole plancherait lui aussi sur le sujet. Toujours selon
Les Echos de ce vendredi, la banque verte aurait mandaté Lazard et sa
propre filiale de banque d'affaires, Calyon, pour examiner
l'éventualité d'une offre sur la Société Générale.

En revanche, l'italien UniCredit, souvent cité comme intéressé par le
dossier et allié de longue date de la Société Générale, a démenti toute
idée de reprise de la banque rouge et noir. "Nous avons dit auparavant
qu'il n'y a rien, nous ne pouvons répéter le même message 100 fois",
indique, ce vendredi, Alessandro Profumo, administrateur délégué de la
banque italienne.

D'autres noms de banques qui pourraient être intéressées sont cités
comme les espagnoles Santander et BBVA ou la grande britannique HSBC.

Toutefois, Daniel Bouton, patron maintenu mais placé sous surveillance
par son conseil d'administration, affirme toujours pouvoir tenir une
ligne d'indépendance absolue. Il semble disposer du soutien du premier
actionnaire de la banque avec 6,5% du capital et 11% des droits de
vote: le personnel. Les salariés ont manifesté, hier jeudi leur soutien
à la direction en place.

A noter que ce vendredi, l'amicale des cadres de la Société générale,
association qui revendique 3.000 adhérents et des "milliers" de
sympathisants, affirme dans un communiqué à paraître dans Le Monde
qu'un "rapprochement éventuel, initié ou subi, par la Société générale,
pourrait éventuellement avoir un sens, s'il contribue à mieux
satisfaire nos clients, préserver les intérêts des salariés et créer
ainsi de la valeur pour les actionnaires". Ils se disent cependant
opposés à une "offensive opportuniste dans la période exceptionnelle"
que traverse la banque.

De son côté, le pouvoir exécutif est pour l'heure vent debout contre
une OPA, notamment venant d'une banque étrangère. Hier jeudi, dans
l'entourage de Christine Lagarde, la ministre de l'Economie et des
Finances, on confirmait toutefois que le gouvernement ne dispose
d'aucun moyen juridique pour imposer sa volonté.

François Fillon a toutefois déclaré ce vendredi, lors d'une conférence
de presse consacrée au rapport Attali, que le gouvernement veillerait à
ce que "les intérêts" des 130.000 salariés de la Société Générale et
"les intérêts économiques" du pays soient "préservés".

LES VICTIMES DES BANQUES ET DES JUGEMENTS RENDUS PAR LAJUSTICE Y ATTENANT, LES FAMILLES DE VICTIMES
LES COLLECTIFS - LES ASSOCIATIONS - représentent bien plus que "3000cadres d'une BANQUE et ses
MILLIERS DE SYMPATHISANTS".
OU ÉTAIENT LES "3000 CADRES DIRIGEANTS ET LES MILLIERS DE SYMPATHISANTS" (SOIT 2% DES 130 000
SALARIÉS) PENDANT QUE LES CLIENTS CREVAIENT DANS LEUR COIN BIEN SEULS ?
PENDANT QUE CES CLIENTS DONT ILS VIVENT POURRISSENT EN JUSTICE DESANNÉES,OU ÉTAIENTS -ILS POUR SURVEILLER LA TÊTE REPRÉSENTANT LEUR GAGNE PAIN..... ?
OU SONT-ILS TOUS SOLIDAIRES LORSQUE LES ERREURS COMMISES PAR LES BANQUES NE SONT PAS RÉPARÉES AUX
CLIENTS ?
ON EST REPARTI COMME EN 1993 AVEC L AFFAIRE DU CRÉDIT LYONNAIS..OU EST TOUT LE PERSONNEL DE TOUTES LES BANQUES EN FRANCE, et QUE SAVENT-ILS SUR LES CLIENTS A QUI
ILS ONT "VENDU DE L'ARGENT" ET QUI SONT RUINÉS PAR LEUR ENSEIGNE QU'ILS CAUTIONNENT EN NE DISANT
RIEN ?

ON PENSE AUX SALARIÉS DES BANQUES, et les autres, les clients
qui déposent les fonds PAR OBLIGATION EN BANQUE aux
FRAIS DE PLUS EN PLUS ÉLÉVÉS qui rémunèrent qui et quoi d'ailleurs ? Les 3000 cadres et les milliers de sympathisants pourraient y enquêter de manière interne et ainsi répondre à tous lesfrançais, par publicité télévisée, par plaquette commerciale, par les tarifs distribués, ou passe notre argent ? et ce qu'ils ne veulent plus cautionner ?

Ne sommes nous pas égaux ? Si certains sont plus égaux que moi, n'est-ce-pas COLUCHE????