Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

mardi 5 février 2008

VIOL de la FRANCE, REFERUNDUM et TRAITE de LISBONNE.

L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, constate le VIOL des FRANCAISES et des FRANCAIS par vos députés de tout bord.
De quoi s'agit-il?
Il s'agit de la CONSTITUTION EUROPEENNE rejetée par le PEUPLE FRANCAIS en 2005 par voix de référundum.
Le mini traité, qui doit remplacer le traité rejeté, a été rendu public le 5 octobre 2007 et comporte 256 pages incompréhensibles pour le commun des mortels, mais pas pour les sionistes et francs-maçons qui l'ont rédigé!
Donc les parlementaires français réunis en CONGRES à VERSAILLES, ont adopté la révision de notre Constitution, préalable à la ratification du traité de Lisbonne, avec la quasi unaminité de l'UMP et une parti du PS.
Quels sont les NON-VIOLEURS? Je les cite car peu nombreux:
--121 PS, dont LAURENT FABIUS,HENRI EMMANUELLI,ARNAUD MONTEBOURG,les sénateurs MICHEL CHARASSE et son cigare, et JEAN-LUC MELENCHON; Véronique BESSE,Nicolas DUPONT- AIGNAN,JEAN LASSALLE, FRANCOIS-XAVIER VILLAIN; Philippe DARNICHE et BRUNO RETAILLEAU.
Pour les VIOLEURS, une seule peine:undefined
Rappelons un peu les lois qui sont favorables au PEUPLE:
Article 35 du texte de 1793 :
« Quand le gouvernement viole les droits du peuple,
l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple,
le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

Donc l'ECHO DES MONTAGNES demande aux FRANCAISES et FRANCAIS de ne pas voter pour les violeurs, autrement ils seraient complices, mais uniquement pour les non-violeurs dans les prochaines élections cantonales et municipales: c'est la plus belle sanction que le PEUPLE peut infliger à ses bourreaux en attendant l'application de l'article 35 du texte de 1793! Si vos ne réagissez pas ainsi vous ne serez que des GODILLOTS.

"Les parlementaires ne sauraient désavouer le peuple. Le peuple a le droit de changer d'avis mais ce n'est pas au Parlement de changer l'avis du peuple", a lancé la sénatrice communiste Nicole Borvo.