Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

mercredi 12 mars 2008

DOLLAR, OR, SUBPRIME, PETROLE et CRISE FINANCIERE.



L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous fait savoir qu'une crise financière sans précédente va déferler sur le monde de la finance.
Cette crise est programmée par les sionistes , auteurs des PROTOCOLES de TORONTO.
Voila le problème, pensez à acheter des denrées alimentaires indispensables à la survie, non OGM!
L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous annonce une crise financière encore plus dure que VENDREDI NOIR ou la crise récente des Subprime.
Voila l'inventaire des lieux, voulu et planifié par les PROTOCOLES de TORONTO, aux ordres des sionistes, pour supprimer le dollar.
* Un événement extrêmement inquiétant pourrait secouer les fondations des marchés financiers mondiaux. Oui, ce n'était déjà pas terrible jusqu'à aujourd'hui. Mais les entreprises soutenues par le gouvernement américain (les GSE), Fannie Mae et Freddie Mac, garantissent à eux deux plus de 4,2 milliers de milliards de dollars d'hypothèques.

- C'est incroyable -- et par là nous voulons dire "pas croyable" -- mais les GSE n'ont pas subi le même niveau de pertes que les banques dans leurs portefeuilles de prêts. Fannie a perdu 3,6 milliards de dollars US au cours du quatrième trimestre, et Freddie 2,5 milliards. Ils ont tous deux dû lever plus de capitaux. Comparées à celles des banques, cependant, ces pertes restent minimes.

- Mais voilà... la première vague de mauvaises dettes subprime provenait d'hypothèques accordées en 2004. Les défauts et cessations de paiement sur ces prêts ont suffi à coûter près de 150 milliards de dollars au secteur financier. Cela a mis le marché à genoux.

- Une nouvelle terrible pour les investisseurs, c'est que les emprunts faits en 2005 et en 2006 ont déjà atteint des taux de défauts de paiement bien supérieurs. Les taux de cessation seront également plus élevés. Les derniers arrivés dans le boom seront les premiers à en sortir.

- Plus de 600 milliards de dollars US de crédits à bas prix ont été accordés en 2005 et 2006. Près de 5% des prêts accordés en 2006 atteignent déjà les 90 jours de retard de paiement. Ce n'est pas surprenant quand on y réfléchit. A l'apogée du boom, n'importe qui pouvait obtenir une hypothèque. Mais cela signifie que les prêts accordés en 2005 et 2006, au plus fort du boom immobilier, pourraient être les pires dans le lot des subprimes.

- La performance pathétique de ces prêts de 2005 et 2006 n'a pas encore été prise en compte dans le prix des actions. Nous pensons également que personne ne sait comment le portefeuille d'hypothèques des GSE va tenir le coup cette année. Et l'idée que la qualité des capitaux des GSE puisse poser problème cette année est simplement trop effrayante pour que les investisseurs acceptent d'y réfléchir.

- Les GSE vendent des obligations pour financer l'achat d'hypothèques sur le marché secondaire. Pendant un temps, le marché des obligations GSE a été plus important celui des T-Bonds. Les banques centrales, les fonds de pension, les banques... tout le monde possède ces obligations. Si elles continuent à perdre de la valeur, le chaos atteindra une phase encore plus inquiétante.

- Où allons-nous ? La Fed va peut-être arrêter de vendre de l'argent à bas prix et commencer à acheter des hypothèques. Nous pensons que la Fed va devoir racheter directement les dettes des GSE dans un avenir proche. Les problèmes de liquidités dans le secteur financier ne seront résolus que lorsque toutes les dettes hypothécaires suspectes, infectées et putrides seront enfin effacées, ou qu'elles auront enfin trouvé une résidence définitive. La Fed pourrait bien être cette résidence, et remplir sa mission d'acheteur (et de prêteur) de dernier recours.

- Bien entendu, alourdir le bilan national des Etats-Unis avec l'accumulation des mauvais investissements de la bulle immobilière n'apportera rien de positif au dollar US. Le prix du pétrole semble un peu léger tout seul, mais prenez aussi en compte les dégâts potentiels que la "nationalisation" du marché des hypothèques pourrait infliger au dollar... et vous comprendrez que vous n'avez encore rien vu.