Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

vendredi 18 avril 2008

BENOITXVI , les ETATS-UNIS , les DROITS DE L'HOMME,les GAULOIS.,CHARLES DE GAULLE , MICHELE ALLIOT-MARIE.et NICOLAS SARKOSY.

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, pense que les droits de l'Homme sont bafoués en FRANCE surtout et en CHINE ou en RUSSIE cela n'est pas pire que "malvenus chez les GAULOIS".
C'est pourquoi l'EDM pense que NICOLAS SARKOSY doit se rendre à l'inauguration des Jeux Olympiques en CHINE, car entre dictature on s'entend bien.
Le Général de GAULLE doit avoir des insomnies à COLOMBEY, lui qui aimait tant l'INDEPENDANCE de la FRANCE. Heureusement qu'il y a le "GAULLISME du RENOUVEAU" de MICHELE ALLIOT-MARIE, pour tenir haut et fort la flamme de la FRANCE.
Le pape Benoît XVI est parti vendredi matin pour New York, où il va plaider pour les droits de l'Homme devant l'assemblée générale de l'ONU, après trois jours à Washington marqués par sa reconnaissance de la "honte" de l'Eglise face au scandale des prêtres pédiophiles.


Benoît XVI s'envole vers NY pour plaider en faveur des droits de l'Homme à l'ONU

Le discours aux Nations unies est annoncé par son entourage comme le moment fort de son voyage aux Etats-Unis.

Ce voyage commencé mardi à Washington a surtout été marqué jusque là par la reconnaissance par le pape de la "honte" de l'Eglise pour les scandales de pédophilie au sein de l'Eglise catholique américaine. Il a rencontré jeudi une délégation de victimes, un geste que n'avait pas fait Jean Paul II.

Le pape a également réussi jeudi son premier examen de passage devant une foule de 48.000 catholiques américains qui l'ont accueilli avec enthousiasme au Nationals Park Stadium de Washington où il a célébré la première messe publique de son voyage aux Etats-Unis. L'arrivée du pape dans l'enceinte du stade habituellement voué au base-ball a déclenché des vivats dignes d'une rencontre sportive et la vague d'enthousiasme s'est répandue dans les gradins au passage de la voiture panoramique à bord de laquelle il se trouvait.

La journée de vendredi sera aussi marquée par une visite dans une synagogue à quelques heures du début de la Pâque juive, un geste destiné à manifester l'attachement du pape au dialogue avec le judaïsme.

Benoît XVI est le troisième pape à être reçu au siège de l'organisation internationale, après Paul VI et Jean Paul II. Alors que l'ONU célèbre le 60e anniversaire de la déclaration universelle des droits de l'Homme, le discours de Benoît XVI "sera centré sur ce thème et surtout sur l'unité et l'indivisibilité des droits humains fondamentaux", a récemment indiqué le secrétaire d'Etat du Vatican, Tarcisio Bertone.

Le pape interpellera la communauté internationale sur la nécessité de fonder les droits de l'Homme "sur la justice et l'éthique", et "sur ses obligations de protéger les droits des plus faibles", a ajouté ce proche collaborateur du chef de l'Eglise catholique. Benoît XVI accorde aux questions éthiques une place prioritaire dans son message, moins féru de diplomatie internationale que Jean Paul II.

Benoît XVI s'envole vers NY pour plaider en faveur des droits de l'Homme à l'ONU

CLIC SUR L'IMAGE pour l'agrandir.

Mais dans l'enceinte de l'ONU, on peut s'attendre à ce qu'il passe en revue les grands défis auquel est confronté l'humanité, des guerres et tensions qui mettent en péril la sécurité mondiale au réchauffement de la planète ou à l'accroissement des inégalités, avance un diplomate. Benoît XVI s'est récemment montré sévère envers l'ONU, accusée de pratiquer une "logique relativiste" conduisant à privilégier le consensus sur la vérité. Mais il défend son existence, attaché au multilatéralisme qu'il considère comme une condition indispensable à l'équilibre du monde.


En fin d'après-midi à l'"East Park synagogue", le pape rencontrera le rabbin Arthur Scheiner, très engagé dans le dialogue interreligieux.

Jeudi, dans un geste sans précédent, Benoît XVI a rencontré à Washington un petit groupe de personnes abusées sexuellement par des membres du clergé, un scandale qu'il avait déjà évoqué le matin lors d'une messe devant 48.000 personnes. La rencontre, qui a duré entre 20 et 25 minutes, a eu lieu dans la chapelle de la nonciature apostolique, où réside le pape pendant son séjour dans la capitale fédérale. Le groupe a prié avec le pape "qui a ensuite écouté leurs récits personnels et leur a offert des paroles d'encouragement et d'espoir", a indiqué le Vatican un communiqué.

Benoît XVI s'envole vers NY pour plaider en faveur des droits de l'Homme à l'ONU

L'église catholique américaine a été secouée par ce scandale depuis l'aveu en 2002 de l'archevêque de Boston de l'époque, le cardinal Bernard Law, qui avait admis avoir protégé un prêtre ayant agressé sexuellement de jeunes catholiques, déclenchant une série de révélations embarrassantes et un afflux de plaintes. Dès le premier jour de son voyage aux Etats-Unis, mardi, le pape avait fait état de sa "honte" face à ce scandale.

Malgré ce contexte, dans la matinée, l'arrivée du pape dans l'enceinte du stade de base-ball de Washington avait déclenché des vivats dignes d'une rencontre sportive. "Chers frères et soeurs, je suis heureux d'être avec vous aujourd'hui", a-t-il lancé avant de célébrer la première messe publique de son voyage. "Je suis très impressionné par Benoît XVI", a confié un fidèle, Tom Lynch.

Des mesures de sécurité rigoureuses avaient été mises en place pour filtrer les fidèles qui devaient être munis d'un carton d'invitation nominatif. Veronica, une Mexicaine de 26 ans et militaire dans l'armée américaine, n'est pas catholique, mais elle espèrait que sa présence à la messe du pape lui assurerait une protection en Irak, où elle part pour la 3e fois, a-t-elle confié.

Chorales et orchestres avaient fait patienter l'assistance avant la messe, elle-même animée par quatre choeurs composés de 570 personnes chantant en plusieurs langues: anglais, français, allemand, grec, hébreu, coréen, latin, portugais, philippin, espagnol, vietnamien, et zoulou. Benoît XVI a terminé son homélie par quelques phrases en espagnol, la langue de nombreux catholiques américains d'origine hispanique.