Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

mercredi 2 avril 2008

LES PAPES JEAN-PAUL II et BENOIT XVI


L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous livre les réflexions du pape BENOIT XVI concernant son prédécesseur JEAN-PAUL II.
A 10 h 30' Place St.Pierre, Benoît XVI a concélébré avec les Cardinaux la messe du troisième anniversaire de la mort de son prédécesseur. Devant 40.000 fidèles, le Saint-Père a évoqué à l'homélie l'annonce de la mort de Jean-Paul II ce soir du 2 avril 2005 puis le défilé devant son corps exposé et enfin la foule priante le jour de ses funérailles.

Puis il a passé en revue les qualités humaines et spirituelles du serviteur de Dieu, soulignant d'emblée son "extrême sensibilité mystique. Il suffisait de l'observer en prière -a rapporté Benoît XVI- pour constater qu'il s'immergeait totalement en Dieu. Tout le reste semblait lui être étranger... La messe était effectivement pour lui le coeur de chaque journée, de toute sa vie, une réalité vive et sainte de l'Eucharistie qui lui donnait l'énergie spirituelle pour guider le Peuple de Dieu dans l'histoire".

Rappelant ensuite que Jean-Paul II est mort durant la vigile du second dimanche de Pâques, le Pape a dit que tout son pontificat, comme nombre de ses gestes, se présente "comme signe et témoignage de la Résurrection. Le dynamisme pascal, qui a fait de la vie de Jean-Paul II une réponse complète à l'appel du Seigneur, ne pouvait s'exprimer sans sa participation aux souffrances et à la mort du divin Maître et Rédempteur". Puis le Saint-Père a rappelé le N'ayez pas peur adressé par l'ange aux femmes accourues au tombeau, devenu "une sorte de devise de Jean-Paul II, lancée dès l'inauguration solennelle de son pontificat... Ces paroles, il les prononça avec force, brandissant bien haut le bâton pastoral crucifère auquel il s'agrippa jusqu'à ce dernier Vendredi Saint où, ses forces l'ayant abandonné, il suivit la Via Crucis depuis sa chapelle privée... Jusque dans cette image de la souffrance humaine, dans cette scène de foi, en ce dernier Vendredi Saint, il montrait aux croyants et au monde le secret de toute une vie chrétienne".

Puis Benoît XVI a rappelé que, "au fur et à mesure qu'il se dépouillait de tout, en dernier lieu de la parole", Jean-Paul II a fait voir "avec évidence sa remise dans les mains du Christ. Comme pour Jésus, les paroles ont finalement laissé la place au sacrifice extrême qu'est le don de soi. Sa mort fut le sceau mis sur une vie entièrement offerte au Christ, auquel il s'était conformé jusque dans les tourments et le confiant abandon dans les bras du Père céleste".

Le Pape a alors signalé que s'ouvre aujourd'hui le premier congrès international sur la miséricorde divine, destiné à approfondir le riche magistère de Jean-Paul II en la matière. "La miséricorde divine -a-t-il précisé- est une des principales clefs de lecture de son pontificat, car il voulait que le message de l'amour miséricordieux de Dieu atteigne tous les hommes, encourageant les fidèles à en témoigner... Le serviteur de Dieu Jean-Paul II avait vécu les terribles tragédies du XX siècle, se demandant longtemps ce qui pourrait stopper la marée montante du mal. La réponse n'était autre que l'amour de Dieu car, en réalité, seule la divine Miséricorde peut limiter le mal, seul l'amour tout puissant de Dieu peut abattre la puissance des méchants, ainsi que le pouvoir destructif de l'égoïsme et de la haine".

Le Saint-Père a rendu grâce à Dieu pour "avoir donné à l'Eglise ce serviteur fidèle et courageux", et à Marie pour "avoir sans cesse veillé sur lui et son ministère, au bénéfice du peuple chrétien comme de l'humanité toute entière... Prions afin qu'il intercède depuis le Ciel pour chacun de nous, et pour moi de manière spéciale -a dit Benoît XVI-, qui ait été appelé par la Providence à recevoir son inestimable héritage spirituel. En suivant son enseignement et son exemple, puisse l'Eglise poursuivre sa mission évangélisatrice, fidèlement et sans compromis. Puisse-t-elle annoncer sans cesse l'amour miséricordieux du Christ, source de la vraie paix dans ce monde".