Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

lundi 26 mai 2008

DINOSAURE AU YEMEN.

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous parle des dinosaures.

des empreintes de dinosaures au Yémen


Une équipe internationale de paléontologues a découvert la première piste d’empreintes de dinosaures dans la péninsule arabique. Situé au Yémen, la piste indique la présence d’ornithopodes et de SauropodeSuper-famille de dinosaures herbivores et quadripèdes, appartenant au sous-ordre des sauropodomorphes. Les sauropodes ont foulé la Terre entre le Jurassique moyen et le Crétacé supérieur, et ont remplacé les prosauropodes sur l\'ensemble de la planète. Le brachiosaure, le diploducus, Erketu ellisoni...');" onmouseout="killlink()">sauropodes dans cette région au Jurassique supérieur.

La péninsule arabique est une région très peu explorée par les paléontologues s’occupant des dinosaures. C’est à peine si l’on connaît quelques fossiles. Le contraste est frappant avec un pays comme le Maroc, à bien des égards un eldorado pour les paléontologues de presque toutes les spécialités car l’on y retrouve aussi bien des trilobites, des MosasaureGroupe de grands reptiles marins carnivores apparentés aux varans actuels, qui ont vécu dans les océans pendant le crétacé supérieur.');" onmouseout="killlink()">mosasaures que des spinosaures ou des phosphathériums.

On imagine donc l’émotion de Mohammed Al-Wosabi de l’Université Sana'a au Yémen lorsqu’il a, avec ses collègues Anne Schulp du muséum d’histoire naturelle de Maastricht et Nancy Stevens de l’Université de l’Ohio, découvert la piste fossilisée d’une horde de dinosaures sauropodes.

Tout avait commencé en 2003 par le message d’un journaliste indiquant la présence d’empreintes à kilomètres au nord de la capitale du Yémen, Sana’a. Sur place, les paléontologues ne tardèrent pas à identifier un des auteurs de ces traces de pas, un ornithopode, dinosaure HerbivoreAnimal qui se nourrit de plantes.');" onmouseout="killlink()">herbivore faisant partie des ornithischiens, dans le cas présent bipède.


Empreintes de pas d'un ornithopode. Crédit Nancy Stevens

Revenue sur place en 2006, l’équipe continua les recherches sur le terrain et découvrit d’autres empreintes appartenant visiblement à une véritable horde de sauropodes, d’autres dinosaures herbivores mais quadrupèdes. Ce n’est pas moins de 11 individus de différentes tailles qui furent ainsi identifiés. Un tel comportement social n’est pas nouveau et l’on connaissait depuis longtemps déjà des traces de pas similaires aux Etats-Unis montrant que les dinosaures pouvaient se déplacer en groupes, les adultes protégeant les plus jeunes.

La couche de roche ayant enregistré ces déplacements date probablement d’il y a 150 millions d’années environ, c'est-à-dire le jurassique supérieur. A cette époque et en ce lieu, on aurait pu croiser ces dinosaures sur une côte boueuse, marchant à la même vitesse, 3 km/h. Ce qui surprend un peu les paléontologues, c’est la présence presque simultanée d’un aussi gros ornithopode sur les même lieux. Cette coexistence est selon eux étonnante au Jurassique.

PLoS One" alt="S1 à S11 (B) les empreintes de sauropodes, O1(C) celles de l'ornithopodes.Crédit : PLoS One" src="http://www.blogger.com/uploads/tx_oxcsfutura/dinotrace2.png" border="0">
S1 à S11 (B) les empreintes de sauropodes, O1(C) celles de l'ornithopodes.