Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

jeudi 15 mai 2008

GENOCIDE DU PEUPLE PALESTINIEN OU LE SOCIOCIDE

L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, continue à soutenir le peuple palestinien contre les sionistes d'ISRAËL et contre les faucons (mais de vrais cons) américains.

« Opération Rempart » : le sociocide

"Opération Rempart :" a "socio-cide"

Publié le 15-05-2008


Pourquoi l’armée israélienne, qui s’arrange en général pour ne jamais tuer plus de 10 Palestiniens par jour, a-t-elle déclenché en avril les massacres de Jenine et de Naplouse, rasant les maisons, bombardant les camps, suscitant une vague d’émotion et d’indignation dans l’opinion publique internationale ?

Les monceaux de gravats, les rues défoncées , les enfants pris comme boucliers humain, lors de l’ « Opération Rempart », qualifiée de « crimes de guerre » par Amnesty International qui rapporta « assassinats, torture et mauvais traitements infligés à des prisonniers, destruction gratuite des centaines d’habitations avec parfois leurs occupants encore à l’intérieur ; empêchement d’accès aux ambulances et à l’assistance humanitaire, ou encore utilisation de civils palestiniens comme boucliers humains ».

Le bilan des victimes restera inconnu, en raison du bouclage généralisé imposé par l’armée, y compris aux ambulances. Mais les combattants palestiniens de Jenine, ont infligé à Israël son revers militaire le plus important depuis le début de l’Intifada : 13 soldats israéliens tués et 7 autres blessés. Les criminels de guerre se sont arrangés pour étouffer les velléités d’enquête votées par les Nations Unies, invoquant comme à l’accoutumée des « représailles », suite à un attentat.

A travers cette opération, le gouvernement israélien vise en fait bien plus qu’à écraser la résistance palestinienne, mais à détruire la société palestinienne elle-même. L’acharnement des soldats contre tous les éléments de modernité : ordinateurs personnels, mobilier, stations de radio, et même des lampadaires de rue, participe d’une volonté de sociocide de la Palestine, pour reprendre le terme du chercheur israélien Baruch Kimmerling. « Le but, est de forcer la société palestinienne à retourner a sa condition d’il y a deux générations, après Deir Yassin. », écrit le journaliste Meron Benvenisti.

On assiste au saccage de tout ce qui pouvait attirer des touristes en Palestine, les hôtels de Bethléem, la vieille ville de Naplouse, classée monument historique, à la destruction du port et de l’aéroport de Gaza, mais aussi de nombreux bâtiments et institutions civiles comme les registres d’état civil, cadastres, écoles, postes de police… jusqu’aux feux de signalisation. Ainsi à Naplouse, l’armée fait régulièrement des « cartons » sur les feux rouges, en espérant ainsi créer le chaos et l’insécurité.

Le 7 avril 2002, les parlementaires européens atterrés votent à la majorité la suspension des accords économiques entre l’Europe et Israël, pour non respect des droits de l’Homme. Un vote qui restera lettre morte.