Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

jeudi 12 juin 2008

F.M.I et DOMINIQUE STRAUS-KAHN, LES COMPTES SECRETS BANCAIRES ET LA VIOLATION d'IDENTITE, LLA CORRUPTION et la GUERRE DU GOLFE,LA FRANCE et l'UNION EU


L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous livre, grâce au témoignage courageux de l'expert-comptable et commissaire aux comptes, Mr Christian BASANO, le mécanisme de corruption des banques de compensations, par le biais de la lettre d'évidence, en ouvrant des comptes numérotés grâce à votre passeport.
Que la magouille et les détournement commencent, comme dans l'affaire du "BASANOGATE" où 24 milliards de dollars sont détournés par un avion "falcoln", aux ordres du commandement de bord,CHEVENEMENT pour le bénéficiaire FRANCOIS MITTERAND, via les banques suisses.
ERRATUM:
Ce n'est pas les 24 milliards qui ont transité par le Falcon. Cela ont suivi les chemins électronique de Clearstream, mais un chèque d'un milliard $ apporté par falcon à Zurich et détourné par Mitterrand et sa clique , voir la déclaration du capitaine haddock que je te joins.
ERRATUM
Rectification les 24 milliards c'est l'affaire Clearstream qui va enfin éclater au grand jour et le milliard c'est le détournement des indemnités versées par le Koweït ; cette somme devait notamment servir à indemniser nos soldats !!!! qui sont en train de crever des conséquences de l'uranium appauvri. Joint à cette note la lettre du capitaine haddock.
clic sur:
le lien du capitaine haddock

http://euroclippers.typepad.fr/alerte_ethique/



Analyser les documents joints:
CHRISTIAN BASANO.....
EXPERT-COMPTABLE DIPLOME
EX-COMMISSAIRE AUX COMPTES
basa888@gmail.com
Madame Eva Joly
NORAD
P.O.Box 8034 Dep.
0030 Oslo Norway
Lettre recommandée A/R :
Et mail : postmottak@norad.no
Objet : Demande d’Intervention
Concerne : Affaire dite du Kuwait Gate – Compte UBS N° 231215 en date du 19 mai 2008.

"Madame la Conseillère spécial du Gouvernement norvégien,
Dans le cadre du combat que vous menez depuis plusieurs années pour
dénoncer les effets dévastateurs de la grande corruption, avec son
corollaire, l’impunité, j’ai l’honneur de vous saisir d’une interrogation
légitime au regard de ce que je considère comme un dysfonctionnement,
sinon une violation de mes droits engendré par le comportement pour le
moins surprenant de la banque U.B.S Genève concernant le compte N°
231215. (copie d’écran ci-jointe)
Comme vous pourrez le constater, le compte N° 231215 est un compte
« numéroté ».

Cela n’exonère pas la banque de vérifier l’identité du
propriétaire d’une part, et d’autre part, établir celle de l’ayant droit
économique (ADER). Avec un compte « numéroté », les opérations
bancaires sont effectuées à partir d’un numéro ou d’un code mais non pas
à partir du nom du titulaire du compte.

Il s’agit d’une mesure de sécurité
interne dont le but est de limiter la connaissance de l’identité du client à
un cercle de personnes très restreint au sein de la banque.
Lors d’un entretien vous avez notamment déclaré que « la Suisse
n'autorise plus l'ouverture de comptes anonymes, et elle coopère. Elle a
fait des progrès depuis l'introduction des principes de Bâle (sur le contrôle
bancaire) et des règles du GAFI (Groupe d'action financière, organisme
intergouvernemental destiné à lutter contre le blanchiment d'argent et le
financement du terrorisme) ».
2
Dans le cadre de la coopération de la Suisse dans la lutte contre la
corruption, je vous remercie par avance de vouloir bien intervenir auprès
du Président de l’UBS pour lui demander :
- sur ordre de qui, le nom Christian Basano a-t-il été désigné ADER
du compte N° 231215 ?
- qui a clôturé le compte N° 231215 ?
Pour vous permettre de mieux comprendre la situation pour le moins
surprenante, je vous donne quelques précisions sur ce compte qui fait
partie d’une série de comptes ouverts dans différentes banques pour
couvrir le détournement de plus de 23 milliards US $ dans le cadre du
dossier « Pétrole contre Nourriture » (liste ci-jointe).
Parmi les documents « portés disparus » au Palais de Justice de Genève,
nous avons pu retrouver la retranscription d’une copie écran (donnée en
1995 à M° MOTTU, notaire à Genève, par un agent de la Drug
Enforcement Administration – DEA). Ce document concerne précisément
le compte N° 231215 UNION DES BANQUES SUISSES (devenu par
un subtil « Jeu de Banques » UNION BANK Of SWITZERLAND) sur lequel
nous pouvons lire que Le 16 octobre 1991, l’ UNION DES BANQUES
SUISSES (UBS SA) a crédité le compte N° 231215 d’un montant de
US$ 381.987.200.- par virement en provenance de la Midland Bank
International London (Capital détenu à cette époque, majoritairement
par les Koweïtiens) – Transfer Account 35341139 – Value date
91.16.10 – ADER (Ayant Droit Economique Réel) Christian BASANO
c'est-à-dire BO (Beneficial Owner). Nous avons également pu récupérer
la copie d’un Telex – Code : C.340. On remarquera qu’une somme de
US$ 50.000.000 a été réceptionnée sur le compte N° 231215 par
transfert électronique codé, SWIFT (Society for Worldwide Financial
Telecomunications) dont l’accès est réservé aux seules banques
centrales, banques et leurs filiales.
Il est intéressant de noter qu’à la demande du Juge d’Instruction,
Christine JUNOD (malheureusement corrompue aux banquiers), l’UBS SA
a répondu le 20 octobre 2000 « En ce qui concerne le document
joint (la retranscription d’écran du compte N° 231215 ), IL
SEMBLE s’agir d’un faux,.. »
Concernant toujours le même compte N° 231215, le 31 janvier 2005,
Monsieur Guy BARBONI, Directeur Adjoint de l’Union Bank of Switzerland
(UBS) Genève, après avoir perdu son sang-froid a déclaré dans la salle
de réunion Rue du Rhône , à Christian Basano et Joseph Ferrayé, droit
dans ses bottes :
« Ce compte n’existe pas « EN LA FORME » sur les écrans
d’ordinateurs de l’ UBS » !
Il est bien évident qu’au simple grade de Directeur Adjoint, les
représentants de l’Union Bank of Switzerland (UBS) ne pouvaient
répondre aux questions posées que par des termes pour le moins
3
surprenants : IL SEMBLE - n’existe pas « EN LA FORME . En effet, le
compte N° 231215 est un compte Niveau II, ultra secret connu et géré
directement par le Président de la Banque aux ordres de…
De plus, L’UBS a utilisé la technique des comptes « nostro » c'est-àdire
l’ouverture de compte dit de « Correspondant Bancaire » en
désignant Christian BASANO, Ayant Droit Economique Réel (ADER)
du compte N° 231215, sans respecter les dispositions légales
d’ouverture de comptes (Principes de diligence « connais ton client »
« Know Your Customer »). Mais, jusqu’au 11 septembre 2001, ces
comptes n’étaient pratiquement pas contrôlés !
Pour couvrir l’ensemble de ces irrégularités, une société dont la raison
sociale est UBS SA avec siège à Genève – 8 rue du Rhône a été
enregistrée au Registre du Commerce de Genève en date du 23.06.1999
et radiée le 22 octobre 2002 sous le Numéro fédéral CH-660-1164999-1
Numéro de dossier 6513/1999 dont un des administrateurs étaient
Monsieur ROBERT Alain. Or, il est surprenant de constater que Monsieur
Robert Alain travaille toujours à l’UBS à Zurich. En d’autres termes,
serait-ce à dire que UBS SA a pratiqué des opérations bancaires,
probablement hors du bilan de la Maison mère, au travers
d’établissements « Banques écran » qui n’auraient pas de licence
bancaire ? La Commission Fédérale des Banques (CFB) doit se saisir de
ce dossier, mais pour l’instant semble plutôt vouloir étouffer l’affaire.
Serait-ce sous la pression du Gouvernement Suisse ? La corruption, tout
comme en France dans cette affaire, se tient-elle aux plus hautes
instances du Gouvernement ?
La société S B Holding (S B H), est une société anonyme de droit Suisse
créée le 1er mai 1991 et dotée d’un important fond de placement en juin
1995, dont le siège social est au 56 rue du Stand, 1204 Genève. Des
bureaux commerciaux et logements pour les cadres dirigeants sont
également installés au 6 rue Jean Gougeon, 75008 Paris. Ses banques
de référence sont la SBS (Société des Banques Suisses) et la SBA
(Société des Banques Arabes). La société SB Holding a conseillé et
assisté la société ELF. Le 20 août 1999 un premier rapport d'activité sur
les comptes de Monsieur Christian Basano précise :
I Que divers organismes bancaires ont travaillé
directement avec le nom de monsieur Basano pour la
réception et le transfert des fonds ?
II Que des organismes financiers ou bancaires ont
simplement servi de relais dans l'utilisation du nom de
monsieur Basano pour l'ouverture de comptes mais que
souvent ces comptes n'ont servi que pour une seule
transaction, et qu'ils restent à ce jour, malgré tout
ouverts.
4
III La plupart de ces comptes sont organisés à plusieurs
tiroirs, avec un compte principal qui réceptionne le
virement, mais qui exécute immédiatement la
répartition qui se fait automatiquement sur des comptes
secondaires sous le même N° avec des lettres ou des
chiffres b,c,d, de ce fait la transaction semble être
moins importante
Il est également surprenant de constater que le compte 231215 a servi
de support pour d’autres bénéficiaires :
UBS Genève
N° 231215, détenteurs Jean Pierre VAN ROSSEM, Roland VANDEN
AVENNE, Christian VANDE VYVERE, montant 47.987.345,12 USD
Blocked. At the start, of CVDV only.
Exact amount : 47.987.345,12 US $.
Became a special JOINT ACCOUNT in october 1989.
The 3 SIGNATURES TOGETHER ARE COMPULSORY.
Bien évidemment le fond de l’affaire est sans doute pour le moins
dérangeant puisqu’il concerne une affaire extrêmement trouble dans
laquelle il est légitimement possible d’imaginer des manipulations du plus
haut niveau de l’appareil de l’Etat voir de plusieurs Etats au moment des
faits.
Monsieur Yves Bertrand dans son dernier livre « JE NE SAIS RIEN…
MAIS JE DIRAI (PRESQUE) TOUT… » mentionne cette affaire sous le
nom de code « Opération FERRAYE » (pages 187 à 189)
Monsieur Denis Robert pour avoir eu le courage de dénoncer le mécanisme
de la corruption mondiale est harcelé par les banques ! Je vous précise qu’il
a écrit dans son deuxième livre sur l’affaire Clearstream, La Boite Noire –
Chap.13 :
« L’expert-comptable niçois, Christian Basano, est le héros malheureux
d’une histoire très complexe liée à la Guerre du Golfe. Au lendemain du
conflit, des Koweïtiens aidés par des complices occidentaux auraient
détourné 16 milliards de dollars provenant de l’aide internationale (et donc,
des banques de plusieurs pays). Ces fonds devaient en principe financer
l’extinction des puits de pétrole koweïtiens, selon une méthode imaginée
par un chercheur génial ayant déposé un brevet. Christian Basano était
alors un proche de ce chercheur. Avec lui, il avait créé une société et
envoyé des photocopies de son passeport pour obtenir un visa koweïtien.
L’affaire Basano a commencé quand ce dernier s’est rendu compte,
quelques années plus tard, qu’on s’était servi de son identité et de ses
papiers pour transférer, via une banque hollandaise, des fonds
provenant du Koweït. Ces fonds seront investis en titres grâce à un
compte non publié de Clearstream. Christian Basano se déplacera
jusqu’à Luxembourg et livrera ses documents aux autorités grand-ducales.
On y trouve la liste et les références précises de tous ces comptes ».
5
Pourquoi Monsieur Dominique Strauss Khan (actuel Directeur du FMI)
a-t-il fait annuler le reportage programmé le 12 mai 2000 dans
l’émission « Sans Aucun Doute » présentée par Julien Courbet ?
Février 2002, Le Rapport OMERTA 2002, Sophie Coignard interroge
Bernard NICOLAS (journaliste), page 261 : - Vous avez déjà été victime
de censure dans l'exercice de votre métier ?
Plusieurs fois. Dès lors qu'il était question de personnage politique de
premier plan, les ennuis commençaient à TF1……Une fois, j'avais fait un
reportage sur une histoire politico-financière compliquée qui devait passer
dans l'émission de Julien Courbet Tout est possible. Dans la journée, une
autopublicité annonce le thème de mon enquête. La direction de TF1
s'inquiète : cette affaire peut-elle être gênante pour Dominique
Strauss-Khan ?…..J'étais interloqué : rien n'indiquait dans mon enquête
que DSK fût mêlé en quoi que ce soit à cette affaire. Soit on se trompait en
haut lieu, soit on en savait plus long que moi…..Les téléspectateurs qui
ont vu la bande-annonce n'ont jamais vu la suite… Le reportage est
visible dans son intégralité sur le site Internet :
http://leweb2zero.tv/search/basano
M° Gilbert Collard, avocat de Joseph Ferraye, qui était présent sur le
plateau de Sans Aucun Doute, avait très justement déclaré :
« Ce serait la plus grosse escroquerie du siècle sur fond de politique
et de guerre du Golfe ! la plus grande escroquerie du siècle, escroquerie
incroyable, enjeu colossal; on ne joue plus avec des rigolos, on joue avec
de vrais tueurs, des hommes prêts à tout sous prétexte qu'un Etat a
des intérêts qui sont reliés par d'autres Etats ». Julien Courbet, le
présentateur, a quant à lui annoncé : « Cette affaire pourrait remonter
très très très haut ». Mais, c’est très courageusement que M° Gilbert
Collard a très vite abandonné le combat…
Vous allez ainsi comprendre pourquoi un pays qui responsabilise ses
enfants et ses fous, irresponsabilise ses élites ! Comme vous l’avez
très justement déclaré sur France info : « cela me paraît une grave
erreur et une absence de compréhension de ce qu'est la criminalité
organisée ou la criminalité économique ».
Cela fait maintenant plus de 17 années que moi aussi, je me bats pour
dénoncer la plus grande escroquerie politico-militaro-finançière du siècle
sur fonds de Guerre du Golfe.
Restant à votre entière disposition pour tout renseignement
complémentaire qu’il vous plairait d’appeler,
Je vous prie d’agréer, Madame la Conseillère spécial du Gouvernement
norvégien, l’expression de mes sentiments distingués.
Christian Basano