Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

mercredi 3 septembre 2008

NICOLAS SARKOSY et CLAVIER, MICHELE ALLIOT-MARIE et ROSSI , les VIOLATIONS de DOMICILE en SAVOIE et en CORSE , CARLA BRUNI et FERNANDEL.

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, pense que la propriété privée est sacrée, ce qui est d'aillleurs gravé dans notre Constitution.
L'affaire CLAVIER-ROSSI mérite toute notre attention, car devant la loi il y en a qui sont plus égaux que d'autres, notamment si vous êtes un ami ou un opposant à NICOLAS SARKOSY.
Démontration de force:

C'est la conséquence directe de l’occupation de la villa de Christian Clavier près de Porto-Vecchio par une cinquantaine de militants indépendantistes corses : le directeur de cabinet du préfet adjoint pour la sécurité en Corse a été démis lundi de ses fonctions par le ministère de l'Intérieur. Dominique Rossi, natif de l'île de 59 ans, supervisait les services de police et de gendarmerie de la Corse, un poste sensible compte tenu des centaines d'attentats enregistrés annuellement. Mais l’affaire fait des vagues désormais bien au-delà de l’île de Beauté.

Mardi, dans le cadre d’une enquête sur la violation de domicile, Christian Clavier et les gardiens de sa propriété ont été entendus pendant plusieurs heures sur instruction du parquet d'Ajaccio. Celui-ci a précisé que ces auditions entraient dans le cadre d'une enquête préliminaire et que la violation de domicile était passible d'une peine d'un an de prison et d'une amende de 15.000 euros. Du côté de l'Elysée, on met en avant les dégradations subies par la maison de Christian Clavier. Les militants corses auraient uriné dans la piscine et jeté un coq mort. Selon le procès-verbal rédigé à partir des déclarations des gardiens de la villa, il s'agit en fait d'un coq décoratif en plâtre. Un seul manifestant serait entré dans la maison : un homme de 70 ans, qui allait aux toilettes et était accompagné d'un gardien.

C’est pour "dénoncer la spoliation foncière" que des indépendantistes corses disent avoir occupé samedi dernier pendant une heure le jardin de la villa de Christian Clavier. En l’absence de l’acteur, ils ont été reçus par le personnel qui leur a offert des rafraîchissements avant une dispersion dans le calme. Malgré la présence de gendarmes, Dominique Rossi semble avoir choisi de tolérer cette action plutôt que de l'empêcher par la force, au risque d'éventuels incidents. Selon une source proche de l'enquête, une note de la Direction centrale du renseignement intérieur l'avait informé la veille des faits qu'une occupation du lotissement était projetée sur les propriétés en questions.

La ministre de l'Intérieur a revendiqué mercredi la paternité de la mutation-sanction du patron des forces de sécurité en Corse et qualifié l'occupation de la propriété de Christian Clavier de "violation" du droit de propriété. "Je suis en charge de la protection des Français, et de leurs biens, à ce titre, je suis en charge de choisir la personne qu'il faut, à l'endroit où il faut et au moment où il faut. C'est simplement ce qu'il s'est passé", a déclaré Michèle Alliot-Marie à l'issue du Conseil des ministres. Sur l'éventuelle intervention de Nicolas Sarkozy, ami de Christian Clavier, dans la sanction infligée à Dominique Rossi, la ministre a répondu : "arrêtez de faire du cinéma". Selon des propos rapportés par Luc Chatel, porte-parole du gouvernement, Nicolas Sarkozy a déclaré mercredi en conseil des ministres qu'il "soutenait pleinement" la décision de limoger le responsable de la sécurité en Corse, soulignant, en référence à Christian Clavier, qu'être un ami du président "ne devait pas entraîner le fait d'avoir moins de droits que les autres citoyens".

"Ce n'est pas l'affaire Clavier mais l'affaire Rossi", a estimé Emmanuel Roux, secrétaire général adjoint du Syndicat des commissaires et hauts fonctionnaires de police. "Son métier est d'arbitrer. En l'occurrence en Corse, on ne cherche pas l'affrontement, la bagarre dans la police (...) Son choix a été excellent car il n'y a pas eu de dégâts chez Christian Clavier." Le dirigeant nationaliste indépendantiste corse Jean-Guy Talamoni a lui dénoncé "l'arbitraire" de cette sanction. "Nous sommes dans l'arbitraire le plus total dans la gestion des affaires corses. Jusqu'à présent, seuls les nationalistes en étaient victimes mais maintenant ça touche aussi les collaborateurs de l'Etat", a dit le leader de Corsica nazione indipendente.

Invité d'Europe 1 mardi matin, François Hollande a lui jugé "inacceptable" la violation du domicile de Christian Clavier en Corse. Le premier secrétaire du PS a affirmé "ne pas vouloir croire" que c'est parce que l'incident impliquait un ami de Nicolas Sarkozy, que le responsable des forces de sécurité dans l'île avait été sanctionné. "C'est le fait du prince, ce sont des décisions arbitraires et disproportionnées et qui montrent à quoi on arrive quand les pouvoirs sont ainsi concentrés entre les mêmes mains, quand le copinage avec les puissants remplace la raison d'Etat", a protesté de son côté me président du MoDem François Bayrou.

Sur le plan personnel, Dominique Rossi va conserver son titre de contrôleur général des services actifs de la police nationale. Il a été muté à l'IGPN (la police des polices). Et remplacé par Gilles Leclair, sous-directeur de la lutte contre la criminalité organisée et la délinquance financière à la police judiciaire. Ce dernier a fait une brève visite, mercredi, de ses nouveaux services à Ajaccio.

L'ECHO des MONTAGNES pose les questions suivantes à notre Président de la République, à MME MICHELE ALLIOT-MARIE et au Préfet de la SAVOIE:

--votre rédacteur en chef préféré a été victime de violation de domicile par le gendarme LESTERLIN de la brigade de MOUTIERS, plainte a été porté .

Résultat: le Préfet est toujours en place, le colonel de gendarmerie aussi et le gendarme LESTERLIN m'a convoqué à la gestasi pour être entendu pour son affaire!

Qu'en pensez-vous les grands démocrates?

Preuve en est que la démocratie en CORSE ou en SAVOIE c'est à la tête du client cagoulé ou non!

Ségolène ROYALE a vu son appartement saccagé trois fois, le Préfet est toujours en place et le commissaire aussi.

Trouvez-vous cela démocratique? Si oui nous sommes dans une République bananière!

Ce syndicaliste a subi des atteintes à la vie privée, fait prévu et réprimandé par le code pénal, par des écoutes sauvages; le préfet de police de Paris est toujours en place et son ministre aussi.

Trouvez-vous cela légal, vous les donneurs de leçon et de belles promesses électorales?

Mais question subsidiaire : l'affaire CLAVIER n'est-elle-pas fabriquée par nos barbouzes, regroupés en une centrale maintenant, pour déstabiliser le Président NICOLAS SARKOSY et le rendre ainsi encore plus impopulaire???????

Intérrogé, l'intéressé nous a répondu que l'amour rend fou aussi:

Clic sur la vidéo:




CARLA BRUNI est d'accord avec l'ECHO des MONTAGNES, aussi:

Clic sur la vidéo:





FERNADEL avec FELICIE pense.................. aussi
.









LES COCUS dans cette histoire sont les CORSES, le peuple CORSE et la CORSE, dont les sites classées, la loi sur le littoral, le PADDUC, sont allègre---ment violés....aussi.