Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

samedi 11 octobre 2008

BARNIER ET MERIEUX ALLIANZ, MALADIES MEDICAMENTEUSES ET PHARMACIE.

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, pense que les laboratoires pharmaceutiques, l'industrie pharmaceutique, avec MERIEUX, MONSANTO, n'ont aucun scrupule: leur but n'est pas la santé de l'humanité, mais la santé de leur portefeuille.


Près de 150.000 hospitalisations serait dues, chaque année, à la prise de médicaments et à leurs Effets secondairesUn effet secondaire est une réaction non voulue provoquée par l\'administration d\'un médicament.');" onmouseout="killlink()">effets secondaires, en particulier des AnticoagulantMédicament qui empêche le sang de coaguler et donc la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins.
Les anticoagulants sont donc utilisés pour traiter ou prévenir les phlébites, les emboliespulmonaires, certains infarctus. Ils permettent aussi d\'empêcher la formation de caillots dans le cœur...');" onmouseout="killlink()">anticoagulants
. C'est ce que révèle une étude récente, qui vient en confirmer d'autres.

L’Agence française de Sécurité sanitaire des Produits de Santé (AFSSAPSAgence française de sécurité sanitaire des produits de santé.');" onmouseout="killlink()">AFSSaPS) veut réduire le nombre des hospitalisations liées aux effets indésirables des médicaments. L’an dernier, en effet, elles ont concerné 143.915 malades, soit 3,6% du total des hospitalisations.

L’Agence relance une vigoureuse campagne d’information auprès des professionnels et des patients. Les premiers concernés sont les utilisateurs de traitements anticoagulants. L’AFSSaPS s’appuie sur une nouvelle étude (EMIR, pour Etude nationale sur les événements indésirables graves liés aux soins), menée en 2007 par les Centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV).

C’est déjà la troisième publication sur le sujet, faisant suite à une première étude en 1997 puis une seconde en 1998. En 1997, 10,3% du total des admissions à l’hôpital avaient été attribuées aux effets indésirables d’un médicament ! Les progrès de la méthodologie, le recours à des études prospectives a permis de cerner la réalité de plus près : dès 1998, le suivi prospectif, plus réaliste, resserrait la fourchette à 3,19%.

Le principal intérêt de la récente étude EMIR est de confirmer le rôle prééminent des anticoagulants de la classe des antivitamine K (AVK) dans ces hospitalisations. Ces médicaments seraient à l’origine de 12,3% des hospitalisations pour accident thérapeutique.

L’AFSSaPS a décidé d’étendre la diffusion du carnet patient « Vous et votre traitement anticoagulant par AVK », élaboré pour aider le patient à contrôler son traitement. Il est désormais téléchargeable sur le site de l’AFSSaPS. Il sera également disponible très prochainement chez les cardiologues, médecins généralistes et dans les pharmacies.