Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

jeudi 16 octobre 2008

CANCER, TELEPHONE PORTABLE, ESPION, BOUYGUES, ALCATEL,ORANGE



L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous a déjà dit de jeter le téléphone portable pour les raisons suivantes:

--d'abord il vos coûte cher
--ensuite il espionne vos comptes en banque, vos paiements, vos habitudes, vos achats, vos amis, vos paroles, vottre vie privée etc... !
--de plus il est susceptible de vous donner des maladies mortelles.

Etude Interphone : le téléphone portable serait peut-être cancérigène???????????



La vaste étude Interphone, qui a passé au crible des milliers de cas de TumeurExcroissance de tissus provoquée par la prolifération anormale de certaines cellules proliférant plus rapidement que les cellules voisines.
Amas de cellules. Une tumeur peut être bénigne ou maligne.');" onmouseout="killlink()">tumeurs
du CerveauOrgane du système nerveux central, situé dans la boîte crânienne, siège des fonctions supérieures (fonctions cognitives, sens, réponses nerveuses) et végétatives.

Les hémisphères droit et gauche, divisés en lobes, sont les parties les plus développées chez les mammifères. Elles comprennent...');" onmouseout="killlink()">cerveau
dans treize pays, touche à sa fin. Les premières conclusions semblent indiquer un risque notablement accru de développer certains CancerUn cancer est une pathologie caractérisée par la présence d\'une (ou de plusieurs) tumeur(s) maligne(s) formée(s) à partir de la transformation par mutations et/ou instabilité génétique (anomalies cytogénétiques), d\'une cellule initialement normale.
La transformation cellulaire tumorale se traduit...');" onmouseout="killlink()">cancers
, particulièrement le GliomeTumeur provenant des cellules de soutien du cerveau et qui porte le nom du type de cellules qui en est à l\'origine : astrocytome, oligodendrogliome, épendymome.');" onmouseout="killlink()">gliome, chez les utilisateurs intensifs. Les résultats définitifs, qui exigent encore des études statistiques, seront annoncés en 2009.

Lancée en 1999 et coordonnée par l’unité de recherche sur les RayonnementSynonyme de radiation. Ensemble d\'ondes électromagnétiques ou de particules chargées d\'énergie. Certains rayons sont capables de traverser la matière, donc les tissus biologiques. C\'est ce qui permet de les utiliser pour obtenir des images diagnostiques (radiographie des os, mammographie, etc.)....');" onmouseout="killlink()">rayonnements du Centre International de Recherche sur les Cancers (CIRC), sous la direction d'Elisabeth Cardis, l'étude épidémiologique Interphone est la plus vaste investigation effectuée sur le danger potentiel de l'utilisation d'un téléphone mobile. Alors que les effets biologiques des ondes radio restent toujours mal compris, l'approche épidémiologique s'impose pour mettre en évidence un impact éventuel sur la santé. Pour l'instant, celles qui ont été réalisées n'ont pas démontré d'effet indiscutable.

L'étude Interphone s'est intéressée à des cas de tumeurs au cerveau, puisque c'est là que l'on imagine le risque le plus élevé, et chacune des personnes concernées s'est vue proposer de répondre à un questionnaire sur son usage du téléphone portable. En tout, treize pays ont participé (Allemagne, Australie, Canada, Danemark, Finlande, France, Israël, Italie, Japon, Norvège, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni et Suède). Les chercheurs ont pu considérer 2.600 gliomes, 2.300 MéningiomeTumeur la plupart du temps bénigne qui se développe lentement depuis les méninges; peut devenir maligne.');" onmouseout="killlink()">méningiomes, 1.100 NeurinomeTumeur bénigne des nerfs périphériques, crâniens et rachidiens. Les neurinomes sont formés par les cellules qui produisent la gaine de myéline, une substance isolante qui gaine certaines fibres nerveuses.');" onmouseout="killlink()">neurinomes de l’acoustique, 400 tumeurs de la glande parotide ainsi que près 7.700 personnes représentant des contrôles (le protocole d'Interphone a été publié dans une revue scientifique).

Attention aux biais

Le dépouillement des résultats est long et complexe car il doit éviter de nombreux biais. Par exemple, certains patients ont refusé de répondre. C'est ce que les statisticiens appellent un biais de sélection. Les modes de vie peuvent aussi jouer un tour aux scientifiques. On peut penser en effet que les accros du portable n'ont pas les mêmes habitudes que les adeptes d'une existence monacale. C'est d'ailleurs pourquoi la taille de l'échantillon et sa répartition sur plusieurs pays sont si importantes. A l'inverse, la latéralisation de la tumeur, du côté ou non de la main qui porte habituellement le téléphone, constitue un indice précieux pour les chercheurs.

Les premiers éléments de ce travail très attendu viennent d'être diffusés. Ils plaident pour un risque notablement accru de développer une tumeur chez les utilisateurs réguliers. Le cas le plus net semble être celui du gliome. Ce cancer rare touche les Cellule glialeLes cellules gliales entourent les neurones et participent au contrôle de l\'environnement chimique et électrique de ces mêmes neurones.');" onmouseout="killlink()">cellules gliales du cerveau, c'est-à-dire celles qui entourent les NeuroneCellule du système nerveux spécialisée dans la communication et le traitement d\'informations. Chaque neurone est composé d\'un corps cellulaire comportant un noyau, ainsi que deux types de ramifications : les dendrites (entrées) et un axone (sortie des informations). Axones et dendrites de neurones...');" onmouseout="killlink()">neurones et dont on pense qu'elles les soutiennent. Le risque serait plus élevé chez les personnes utilisant un portable depuis plus de dix ans, avec des taux très importants, de 60 % dans les pays scandinaves, de près de 100 % en France et de 120 % en Allemagne. Pour le méningiome et le neurinome de l'acoustique, les chiffres semblent indiquer la même tendance mais sont bien moins nets.

Ces résultats ne sont pas du tout définitifs. L'analyse complète sera présentée en 2009. En l'état actuel, il s'agit tout de même de la première étude montrant un effet possible et néfaste...