Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

mardi 7 octobre 2008

NICOLAS SARKOSY, DOMINIQUE DE VILLEPIN, CLEARSTREAM, LES BILDERBERG et les VOLEURS

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous raconte l'histoire de l'arroseur, arrosé!

Le parquet requiert le renvoi de Villepin en correctionnelle

LE PARQUET REQUIERT LE RENVOI DE DOMINIQUE DE VILLEPIN EN CORRECTIONNELLE

Le procureur de Paris va demander le renvoi en correctionnelle pour "complicité de dénonciation calomnieuse" de l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin dans l'enquête sur la manipulation menée en 2004 à l'aide de fausses listes de comptes bancaires de la société Clearstream en 2004, apprend-on de source judiciaire mardi.

Ces faux listings semblant imputer des pratiques de corruption à des dizaines de personnalités, dont Nicolas Sarkozy, avaient été transmis à la justice, qui n'avait pu mettre au jour la manipulation qu'après plus d'un an d'enquête.

Dans son réquisitoire de fin d'enquête qui doit être signé mardi, le procureur Jean-Claude Marin va aussi demander le renvoi devant le tribunal des quatre autres protagonistes de l'affaire, l'ancien vice-président d'EADS Jean-Louis Gergorin, l'ex-cadre de cette société Imad Lahoud, le journaliste Denis Robert et l'ancien consultant Florian Bourges, a-t-on appris de même source.

Le juge d'instruction Jean-Marie d'Huy rendra la décision finale, qui devrait être conforme.

Le procès ne devrait pas se tenir avant fin 2009 au plus tôt, compte tenu des délais habituels d'organisation à Paris.

Nicolas Sarkozy, qui estime qu'il était la cible principale de la machination, s'est constitué partie civile.

Si le renvoi de Dominique de Villepin est confirmé, ce serait la première fois qu'un ancien chef de gouvernement se trouverait face à un chef de l'Etat en exercice pendant un procès.

La thèse des juges d'instruction est que Dominique de Villepin, qui a d'abord demandé des enquêtes parallèles sur les listes à Philippe Rondot puis à la DST, a ensuite poussé pour qu'elles soient remises au juge Renaud Van Ruymbeke, dans l'espoir d'éliminer Nicolas Sarkozy avant la présidentielle de 2007. Dominique de Villepin a nié ces charges.