Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

mercredi 19 novembre 2008

BARACK OBAMA,AL QAÏDA,AYMAN ZAWAHIRI, ISRAËL,AFGHANISTAN, IRAN

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous laisse découvrir ce message, laissé sur l'internet par le numéro 2 d'AL QAÏDA, AYMAN ZAWAHIRI.


Le numéro 2 d'Al-Qaïda traite Obama d'"esclave noir" au service des Blancs

Capture d'écran d'une vidéo d'Al-Qaïda, le 19 novembre 2008


Le numéro 2 d'Al-Qaïda, Ayman Zawahiri, a traité le président élu des Etats-Unis, Barack Obama, d'"esclave noir" au service des Blancs, dans un message diffusé mercredi sur l'internet.

Dans sa première intervention depuis la victoire électorale de M. Obama le mois dernier, l'adjoint d'Oussama ben Laden, cité par le centre américain de surveillance de sites islamistes SITE, dénonce également l'envoi de renforts américains en Afghanistan, promis par le prochain président.

L'enregistrement intitulé "le départ de Bush et l'arrivée d'Obama" qualifie le premier Noir à accéder à la présidence et d'autres Noirs occupant ou ayant occupé d'importantes fonctions aux Etats-Unis "d'esclaves noirs domestiques", qui vivaient dans la maison de leurs maîtres blancs.

"Ce que Malcolm X disait au sujet des esclaves employés de maison s'applique à vous et à des gens comme vous", a dit Zawahiri mentionnant l'ancien secrétaire d'Etat Colin Powell et son successeur Condoleezza Rice.

Le leader Noir musulman Malcolm X le 26 mars 1964
Le leader Noir musulman Malcolm X le 26 mars 1964

Le message est accompagné d'une photo de Malcolm X, un militant musulman noir américain qui fut assassiné en 1965.

Le numéro 2 d'Al-Qaida, Ayman Zawahiri, a traité le président élu des Etats-Unis, Barack Obama, d'

Le numéro 2 d'Al-Qaida, Ayman Zawahiri, a traité le président élu des Etats-Unis, Barack Obama, d'"esclave noir" au service des Blancs, dans un message diffusé mercredi sur l'internet. Il a également mis an garde le président élu américain Barack Obama contre l'envoi de renforts en Afghanistan.

"Vous représentez l'opposé de Noirs américains honorables comme Malcolm X", ajoute Zawahiri, alors que l'on entend en fond sonore des discours du militant noir sur les droits de l'Homme et l'égalité.

Le message est aussi illustré d'un portrait de Zawahiri portant un turban blanc à côté d'une photo de M. Obama priant au mur des Lamentations lors d'une visite en Israël cette année, avant son élection.

Le numéro deux d'Al-Qaïda reproche au prochain président américain d'"avoir choisi d'être un ennemi de l'islam et des musulmans", déclarant que la communauté musulmane "avait réagi avec amertume" à la promesse de M. Obama de soutenir Israël.

"Vous avez choisi de rejoindre les rangs des ennemis des musulmans et de dire la prière des juifs, bien que vous affirmiez que votre mère était chrétienne", a-t-il dit.

L'équipe de transition du président élu n'a pas voulu commenter ces déclarations.

Sur la guerre d'Afghanistan, un dossier auquel M. Obama a dit vouloir donner la priorité, le No2 d'Al-Qaïda avertit: "Ce que vous avez annoncé... que vous retirerez des soldats (américains) d'Irak (pour les envoyer) en Afghanistan est une politique vouée à l'échec".

"Si vous continuez à vous entêter dans l'échec américain en Afghanistan, souvenez-vous du sort du (président américain Georg e W.) Bush, de (l'ancien président pakistanais) Pervez Musharraf et du sort des Soviétiques et des Britanniques avant eux", en Afghanistan, a-t-il ajouté.

"Méfiez-vous, les chiens (errants) d'Afghanistan ont goûté la chair de vos soldats, alors envoyez-les par milliers", dit-il, ajoutant que M. Obama allait "hériter d'un lourd passé d'échecs".

Quelque 150.000 militaires américains sont encore en Irak, contre 32.000 en Afghanistan, où le conflit avec les insurgés talibans fait rage.

Commentant l'élection du 4 novembre, Zawahiri estime qu'"en votant Obama, le peuple américain a manifesté sa peur du sort qui pourrait lui valoir des politique comme celles de Bush."

"Ils ont décidé de soutenir celui qui appelait à un retrait d'Irak", a-t-il dit.

Dans une interview diffusée dimanche, M. Obama a confirmé sa volonté de retirer des troupes d'Irak pour concentrer l'effort militaire sur l'Afghanistan.

Selon un responsable américain du contre-terrorisme, "le message contient peu de surprise, sinon aucune. S'il faut vraiment le commenter, il montre combien Al-Qaïda est déconnectée du reste du monde. Mais ne nous y trompons pas, c'est toujours un groupe qui peut infliger de sérieux dégâts".