Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

jeudi 6 novembre 2008

CATHOLIQUE ET MUSULMAN

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, pense que les religions catholique et musulmane doivent se rapprocher et vous?

FORUM CATHOLICO-MUSULMAN

CITE DU VATICAN, 6 NOV 2008 . Benoît XVI a reçu ce matin les participants au premier Forum catholico-musulman, organisé à la suite de l'échange de lettres avec 138 sages musulmans. Dans son discours, il a évoqué cette lettre ouverte à plusieurs chefs chrétiens (13 octobre 2007), qui "a suscité de nombreuses réactions, favorisé le dialogue, donné lieu à des initiatives destinées à une meilleure connaissance et à apprécier les valeurs partagées... Le grand intérêt de ce forum a suscité confirme l'existence d'éléments positifs provenant du dialogue entre chrétiens et musulmans, mais aussi que cela ne se limite pas à quelques experts et érudits. Il s'agit d'un instrument précieux mis au service de tous".

Le thème choisi, "Amour de Dieu et amour du prochain, dignité de la personne et respect mutuel", souligne, a dit le Pape, les fondements théologiques et spirituels fondamentaux de nos religions respectives... Nous sommes donc appelés à partager l'amour que Dieu répand sur nous sans conditions... Je me réjouis du fait que ce séminaire ait trouvé une position commune sur la nécessité d'adorer Dieu, d'aimer notre prochain, hommes et femmes, de manière gratuite et les personnes en difficulté avant tout... Dieu veut que nous aidions les victimes de la maladie, de la faim, de la misère, de l'injustice et de la violence... Pour les chrétiens, l'amour de Dieu ne peut être séparé...de celui pour tout être humain, quelque soit son origine ou sa culture.... Mais la tradition musulmane est elle aussi très claire quant à l'engagement au service des nécessiteux... Il faut donc travailler ensemble à développer le respect de l'homme, de sa dignité et de ses droits fondamentaux, même si nos visions anthropologiques et nos théologies l'expriment différemment. Le vaste secteur dans lequel nous pouvons oeuvrer ensemble est la défense et la diffusion des valeurs communes dont nous sommes les héritiers".

"Seuls la reconnaissance du caractère central de la personne et de la dignité de chacun, le respect et la défense de la vie comme don sacré tant pour les musulmans que pour les chrétiens, permettront de trouver des points communs en vue de bâtir ensemble un monde plus fraternel, où les différents se règlent pacifiquement en évitant le pouvoir dévastant des idéologies". J'espère aussi, a poursuivi le Saint-Père, "que la défense des droits humains s'étende partout et à tous. Les responsables politiques et religieux doivent garantir le libre exercice de ces droits, dans le respect absolu de la liberté pour chacun de conscience et de religion. La violence et la discrimination qui frappent des croyants de par le monde, des persécutions souvent violentes, sont inacceptables, d'autant plus lorsqu'elle en appellent à Dieu. Seul le nom de Dieu est un nom de paix et de fraternité, de justice et d'amour. Nous devons montrer, en paroles mais surtout dans les faits, que le message de nos religions et un message d'harmonie et de concorde. Il est donc essentiel que nous l'appliquions. Non seulement nous affaiblirions la crédibilité et l'efficacité de notre dialogue, mais celle de nos religions elles-mêmes". Concentrons nos efforts communs, a conclu Benoît XVI, "afin de dépasser tous nos malentendus et désaccords. Engageons-nous à aller au-delà des vieux préjugés et à corriger une perception souvent confuse de l'autre, qui met en danger nos relations. Travaillons ensemble pour enseigner à tous, et aux jeunes avant tout, comment bâtir un avenir commun".