Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

jeudi 27 novembre 2008

F.A.O., BENOIT XVI, VATICAN, O.N.U.

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous livre les dernières cogitations de la conférence de la F.A.O.(Food and Agriculture Organization of the United Nations)!

CONFERENCE DE LA F.A.O.

CITE DU VATICAN, 27 NOV 2008. Aujourd'hui a été publié le discours prononcé par le chef de la délégation du Saint-Siège devant la 35 session spéciale de la Conférence de la F.A.O., consacrée à sa gestion et aux propositions pour une amélioration du monde agricole dans une perspective alimentaire. L'approche du Saint-Siège, a dit Mgr.Renato Volante, "ne débouche pas sur des solutions techniques mais tend à indiquer une orientation morale qui aille de pair avec les besoins des personnes, surtout lorsque celles-ci sont soumises à des conditions de vie indignes... Les données relatives à son activité montrent que la F.A.O. répond de plus en plus à la demande des états membres, de ceux dont l'économie réclame des solutions particulières pour un développement agro-alimentaire répondant à des besoins croissants.... Mais la prospective exige une adaptation aux nouveaux enjeux du secteur, c'est-à-dire des efforts supplémentaires que seule la F.A.O. peut fournir à ses membres".

"Réformer la F.A.O. signifie partager la conviction que la lutte contre la faim est déterminée par une multiplicité de facteurs mais aussi par ses propres objectifs d'élaboration de stratégies qui, malheureusement, favorisent tel ou tel secteur plutôt qu'une vue d'ensemble de la problématique. Un telle vue globale a pour centre les exigences des personnes. Les effets négatifs du fonctionnement de la F.A.O. touchent le secteur agricole, en particulier dans les régions les plus pauvres, sous développées, souffrant de malnutrition ou d'un environnement dégradé". La délégation du Saint-siège, a poursuivi Mgr.Volante, "est fermement convaincue que structurellement comme en matière d'objectifs la F.A.O. doit conserver sa fonction clef de développement de l'agro-alimentaire. Elle doit édicter des critères de gestion précis et lancer des initiatives répondant aux besoins pratiques, et non se contenter de gérer... Il faut renforcer la production agricole pour faire face à une demande alimentaire croissante, sans négliger la sécurité, la santé des consommateurs, mais aussi la soutenabilité productive et le respect de la nature. Ces critères, plus ou moins reconnus par tous, sont prioritaires et il est nécessaire que la F.A.O. puisse continuer de disposer des ressources de la Communauté internationale comme de sa confiance... Le Saint-Siège réaffirme la disponibilité de l'Eglise catholique et de ses organismes a partager ces efforts, afin que chacun reçoive son pain quotidien, ainsi que l'affirme la devise même de la F.A.O., Fiat Panis!".