Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

mardi 18 novembre 2008

GENDARMERIE, GARDE A VUE,TORTURE, TRAITEMENT INHUMAIN, MOLDAVIE

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer,pense que la gendarmerie doit être supprimée.Car dans un pays démocratique comme la FRANCE (!) l'institution gendarmesque rappelle les heures sombres de la guerre de 39-45, où les gendarmes mettaient des enfants juifs en joue, dans les camps français, gardés par les mêmes gendarmes.

Souvenez-vous des tortures infligés aux "Malgrés Nous" par les gendarmes au fort de METZQUELEU, au cam de la COURTINE etc... !

L'ECHO des MONTAGNES avait demandé plusieurs fois un Nüremberg contre les gendarmes.
Qu'en est-il aujourd'hui?
Pareil au même, voir même pire, car aujourd'hui la FRANCE est en GUERRE, comme en 39-45, avec une crise sociale et financière sur les bras de Marianne.

En effet ,

La gendarmerie mise en cause après la rétention d'un nourrisson.

LA GENDARMERIE MISE EN CAUSE APRÈS LA RÉTENTION D'UN NOURRISSON EN OCTOBRE 2007

Des poursuites disciplinaires contre des gendarmes ont été suggérées par une commission administrative indépendante après l'arrestation et le placement en rétention d'un nourrisson moldave sans papiers de trois semaines en octobre 2007 à Rennes (Ille-et-Vilaine).

Dans une décision rendue le 20 octobre et dont Reuters a obtenu une copie, la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) conclut que les mineurs ne peuvent faire l'objet de mesures de ce type.

"Dès lors que les mineurs ne peuvent être expulsés selon la législation française, ils ne peuvent faire l'objet ni d'un ordre de quitter le territoire français, ni d'un arrêté préfectoral de placement en rétention : ils n'ont donc aucun statut juridique en rétention", écrit-elle.

La CNDS rappelle qu'une jeune Moldave en situation irrégulière, son mari et leur bébé de trois semaines ont été retenus à la gendarmerie de Gien le 18 octobre 2007 entre 07h10 et 16h00, avant d'être placés en rétention.

Cette période "n'étant ni adossée à une garde à vue, ni à une vérification d'identité compte tenu de sa durée, ne peut dès lors que constituer une détention arbitraire justifiant des poursuites disciplinaires", écrit la CNDS.

Quant aux deux jours de rétention pour le couple et son enfant, il s'agit d'un "traitement inhumain et dégradant au regard des conditions de vie imposées et la grande souffrance morale et psychique" des personnes visées, ajoute-t-elle.

Elle critique enfin les conditions de libération de la famille moldave, à Rennes, où le couple avait été conduit pour un appel de la préfecture contre une décision de remise en liberté prononcée par un magistrat, finalement confirmée.

La nuit était tombée, ils ne parlaient pas français, avaient avec eux un nourrisson et se trouvaient à plus de 400 kilomètres de leur domicile, donc cet abandon hors du palais de justice "est constitutif d'un mauvais traitement", dit la CNDS.

La famille moldave bénéficie depuis juin dernier d'un statut lui permettant de demeurer légalement sur le territoire français.

A quand la rétention d'un fœtus ?????

Il en est de même sur les routes, les gendarmes ou la police se croient au-dessus des lois, qu'ils ont la charge de faire respecter.En effet un radar doit être placé en vue sur la chaussée à 0,50cm du bord de la route. Qu'en est-il réellement?


Vous avez dit "FRANCE" pays des droits de l'HOMME?
Moi votre rédacteur en chef préféré, je réponds: NON
et ceci aussi en ma qualité d'AMBASSADEUR EUROPEENS DES DROITS HUMAINS du Programme "WORLD HUMAN FACILITIES".

http://www.worldhumanfacility.com/


Moi même ayant été torturé, humilié, insulté, par la gendarmerie de SAVOIE, à BOZEL, MOUTIERS et Albertville, à tort, la justice m'ayant donné raison (oups)!

De plus le gendarme LESTERLIN de la brigade de MOUTIERS SAVOIE, pratique une violation de domicile chez votre rédacteur en chef, qui a porté plainte auprès du Procureur de la RIPOUX-BLIQUE d'ALBERTVILLE, MR PIERRE MICHEL PERRET: Résultat RIEN, nous sommes bien dans une république bannière!!!!!!

Votre rédacteur en chef a été victime d'une tentative d'assassinat au CO², dont les auteurs sont connus: MR ALAIN GIROD et MARINETTE MURAZ, résultat à votre avis.....! Nous sommes bien dans une république bannières!!!!!