Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

samedi 15 novembre 2008

MICHELE ALLIOT-MARIE, MICHEL BARNIER, REMANIEMENT MINISTERIEL, FRANCE EN GUERRE ET EN FAILLITE!

L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous fait part du remaniement ministériel envisagé, fin 2008 ou début 2009.

Le départ de Jouyet relance l'hypothèse d'un remaniement début 2009

— L'annonce du départ du secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Jean-Pierre Jouyet a relancé, vendredi, l'hypothèse d'un "ajustement technique" au gouvernement, assorti d'un remaniement à la tête de l'UMP début 2009, selon des sources UMP et gouvernementales.

M. Jouyet quittera le gouvernement le 15 décembre, pour présider l'Autorité des marchés financiers (AMF).La planque est bonne, merci papa nöel! Son remplacement se fera fin 2008 ou début 2009, a précisé le Premier ministre François Fillon.

Le départ du gouvernement de M. Jouyet, naguère proche du Parti socialiste, ne signifie pas "du tout" la fin de "l'ouverture" à des personnalités de gauche, a souligné le chef du gouvernement.

Même si "rien n'est tranché", son départ relance l'hypothèse d'un "ajustement technique" du gouvernement. Il ne porterait que sur un nombre restreint de ministères, début 2009, avant un remaniement plus profond après les Européennes de juin 2009, selon des sources UMP et gouvernementales.

Aucun nom n'a été à ce jour avancé pour la succession de M. Jouyet. Interrogé sur ce point, M. Fillon a répondu: "je ne sais pas".

Parmi les portefeuilles qui pourraient être concernés par cet éventuel remaniement, on cite les noms de Michel Barnier (Agriculture), Michèle Alliot-Marie (Intérieur), Xavier Bertrand (Travail), ou encore Brice Hortefeux (Immigration).

M. Barnier a souhaité,parce qu'il ne pouvait pas faire autrement, SAREKOSY le déteste, fin octobre, conduire la liste UMP dans le Sud-Est pour les européennes, affirmant qu'il sera "totalement disponible pour cette élection le moment venu".Disponible aussi pour prendre la présidence des W.C., place laissé vaccante pour cause de diarrhée. Reste à savoir si "le moment venu" sera début 2009, ou bien lors du lancement de la campagne ou encore après le scrutin.

"Le plus vite sera le mieux" a commenté un proche du chef de l'ELYSEE!

Autre inconnue: le sort de Michèle Alliot-Marie que l'on dit "très affaiblie", et qui pourrait être remplacée, selon des sources concordantes, par son collègue Brice Hortefeux (Immigration-Intégration).

Ce dernier, "qui a accompli sa mission en faisant adopter le Pacte européen de l'Immigration", ne cache pas son intérêt pour ce portefeuille, selon une source gouvernementale, mais le remplacement de Mme Alliot-Marie "se justifierait mieux à l'occasion d'un vrai gros remaniement de l'ensemble du gouvernement touchant des ministères régaliens", plus probable après les européennes.

Brice Hortefeux est un "fidèle" du président de la République qui lui confiera "un ministère de mission", comme Intérieur ou Justice. Un autre fidèle de Nicolas Sarkozy pourrait alors remplacer M. Hortefeux: le maire de Nice, Christian Estrosi, selon cette source.

Le numéro un de l'UMP Patrick Devedjian a dit par avance que ce portefeuille ne l'intéressait pas.Tu parles, quel menteur, Patrick se fait désiré, lui qui a déjà fait tant de mal aux Françaises et aux Français, comme Monsieur 600M²!


Pour son poste à la tête du parti présidentiel, le nom de Xavier Bertrand est fréquemment cité, car Nicolas Sarkozy souhaite un "profil d'animateur", comme il l'a dit cette semaine devant les sénateurs UMP qu'il a reçus à l'Elysée, selon un participant.

Outre le sort de M. Devedjian (un portefeuille ou pas ? Lequel ?Le sien est bien garni, car faisant parti des BILDERBERG!), reste à savoir si la nomination de M. Bertrand à la tête de l'UMP serait compatible avec ses fonctions ministérielles. Où est la rupture prônée par le candidat NICOLAS SARKOSY?

Toujours est-il que dès la fin de l'année, les ministres issus du Parlement - députés, sénateurs, ou députés européens - retrouveront, s'ils le désirent leur siège en quittant le gouvernement, via une loi discutée dès cette semaine à l'Assemblée.La magouille continue avec tous les avantages et niches fiscales, alors que la FRANCE est en guerre et en faillite, pas pour les banques.

M. Bertrand pourrait ainsi prendre les commandes du parti présidentiel et retrouver son siège de député dans l'Aisne.