Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

dimanche 16 novembre 2008

RACHIDA DATI, NATHALIE KOSKIUSKO-MORIZET,JEAN-MARIE BOCKEL,THANN,

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous relate la visite de Mesdames les Ministres RACHIDA DATI et NATHALIE KOSKIUSKO-MORIZET en ALSACE à THANN, dans le pays de votre rédacteur en chef préféré!

Quelque 600 personnes ont assisté hier en milieu de journée, à l’Espace Grün à Cernay, à la réunion animée par la Garde des Sceaux et sa collègue de l’écologie.


En ces temps de morosité, Rachida Dati et Nathalie Kosciusko-Morizet, respectivement ministre de la Justice, Garde des Sceaux, et secrétaire d’État chargée de l’Écologie, se sont offert un bon bol d’air alsacien, hier, bien loin des turbulences du microcosme parisien. L’une comme l’autre était visiblement ravie de cette bouffée d’oxygène sur les terres de leur « ami » Michel Sordi qui n’a pas ménagé ses compliments à leur égard durant les 80 minutes de cette réunion destinée à expliquer et débattre des actions gouvernementales. Devant quelque 600 personnes, dont de très nombreux élus, du conseiller général Pierre Vogt au conseiller régional Jean-Paul Omeyer en passant par le maire de Wittelsheim Denis Riesemann, le président du Conseil général Charles Buttner et même Jean-Marie Bockel, maire de Mulhouse et secrétaire d’État aux Anciens combattants venu pour le dernier quart-d’heure, Rachida Dati et Nathalie Kosciusko-Morizet ont répondu à toutes les questions.

« Pas d’engueulade »

Il fut beaucoup question de justice, de délinquance des mineurs, de prévention de la violence, du procès Bodein ; un peu d’environnement avec le développement des installations photovoltaïques, d’enfouissement de ligne moyenne et haute tension, des dangers supposés des téléphones portables. Entre les deux, une petite question sur le pouvoir d’achat et deux ou trois remarques sur la façon différente de ces deux femmes de faire de la politique et voilà un menu suffisamment garni pour une « réunion citoyenne » plutôt bon enfant, comme l’ont d’ailleurs reconnu les deux ministres : « Aujourd’hui, on ne s’est pas trop fait engueuler. Cela n’aurait d’ailleurs pas été grave car l’opposé de l’amour, ce n’est pas la haine mais l’indifférence et le plus grave aurait été que notre venue suscite l’indifférence à la place du débat », a souligné Nathalie Kosciusko-Morizet. Et Rachida Dati d’ajouter : « Vos élus, à Paris, sont très lourds, très insistants. À les entendre, il n’y a que l’Alsace qui compte. À vous voir si nombreux, je comprends mieux pourquoi ». Voilà un compliment que l’assistance n’a pas boudé.