Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

jeudi 18 décembre 2008

PAPA BENOIT XVI,LES AMBASSADEURS, LEURS MISSIONS,


L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous donne la conception du pape BENOIT XVI, au sujet du rôle d'un AMBASSADEUR.



CITE DU VATICAN, 18 DEC 2008 . Benoît XVI a reçu ce matin les lettres de créance des nouveaux Ambassadeurs du Malawi (M.Isaac Chikwekwere Lamba), de Suède (Mme Ulla Birgitta Gudmundson), de Sierra Leone (M.Christian Sheka Kargbo), d'Islande (Mme Elín Flygenring), du Luxembourg (M.Paul Dühr), de Madagascar (M.Rajaonarivony Narisoa), du Belize (M.Oscar Ayuso), de Tunisie (Mme Rafiâa Limam Baouendi), du Kazakhstan (M.Amanzhol Zhankuliyev), du Bahrein (M.Naser Muhamed Youssef Al Belooshi ), et des Fidji (M.Pio Bosco Tikoisuva).

Avant de remettre à chaque diplomate une lettre spécifique aux relations avec son pays, le Saint-Père a lu un discours commun, dont voici des extraits:

"La diversité de vos provenances me permet de rendre grâce à Dieu pour son amour créateur et pour la multiplicité de ses dons qui ne cessent d’étonner l’humain. Elle est un enseignement. Parfois la diversité fait peur, c’est pourquoi il n’est pas étonnant de constater que, souvent, l’homme lui préfère la monotonie de l’uniformité. Des systèmes politico-économiques provenant ou se revendiquant de matrices païennes ou religieuses ont affligé l’humanité trop longtemps et ont cherché à l’uniformiser avec démagogie et violence. Ils ont réduit et, hélas, réduisent encore l’homme à un esclavage indigne au service d’une idéologie unique ou d’une économie inhumaine et pseudo-scientifique".

"Nous savons tous qu’il n’existe pas un modèle politique unique... Chaque peuple avance à travers un enfantement parfois douloureux qui lui est propre, vers un avenir qu’il désire lumineux. Mon souhait serait donc que chaque peuple cultive son génie qu’il enrichira au mieux pour le bien de tous, et qu’il se purifie de ses “ démons ” qu’il contrôlera aussi au mieux jusqu’à les éliminer en les transformant en valeurs positives et créatrices d’harmonie, de prospérité et de paix afin de défendre la grandeur de la dignité humaine!".

L’un des aspects essentiels de la mission d'un Ambassadeur, a souligné le Pape, est la recherche et la promotion de la paix. "L’Ambassadeur peut et doit être un bâtisseur de paix... La paix n’implique pas seulement l’état politique ou militaire de non-conflit. Elle renvoie globalement à l’ensemble des conditions permettant la concorde entre tous et l’épanouissement de chacun... Lorsque le Christ appelle l’artisan de paix, fils de Dieu, il signifie par là" que celui qui participe et collabore à l’œuvre de Dieu accomplit une mission haute et noble. Or "la paix authentique n’est possible que lorsque règne la justice... La justice, pour revenir à elle, ne revêt pas seulement une portée sociale ou même éthique. Elle ne renvoie pas uniquement à ce qui est équitable ou conforme au droit. L’étymologie hébraïque du mot justice fait référence à ce qui est ajusté. La justice de Dieu se manifeste donc par sa justesse. Elle remet tout en place, tout en ordre, afin que le monde soit conforme au dessein de Dieu et à son ordre".

"La noble tâche de l’Ambassadeur consiste donc à déployer son art afin que tout soit ajusté pour que la nation qu’il sert vive non seulement en paix avec les autres pays mais aussi selon la justice qui s’exprime par l’équité et la solidarité dans les rapports internationaux, et pour que les concitoyens, jouissant de la paix sociale, puissent vivre librement et sereinement leurs croyances et rejoindre ainsi la justesse de Dieu".

Dans le texte remis à l'Ambassadeur du Malawi, le Saint-Père souligne combien l'Afrique a de mieux en mieux conscience de la nécessité de coopérer face aux enjeux à venir, "afin d'assurer un développement solide à ses peuples... Les dirigeants politiques doivent avoir à coeur le progrès du bien commun et s'engager fermement dans un dialogue qui dépasse les intérêts particuliers".


Devant la représentante suédoise, il a rappelé combien l'équilibre entre les diverses libertés constituait un enjeu moral des plus délicats pour les états modernes. On invoque parfois, a-t-il ajouté, "le droit à être protégé de toute discrimination dans des situations qui mettent en doute le droit des communautés religieuses à s'afficher et à pratiquer leurs religions. Cela vaut en particulier pour le mariage, institution fondamentale de la société, conçue comme l'union stable d'un homme et d'une femme, mais aussi pour le droit à la vie".

S'adressant à l'Ambassadeur du Luxembourg, le Pape a dit vouloir "exprimer sa très vive préoccupation au sujet du texte de loi sur l'euthanasie et le suicide assisté, actuellement en débat au parlement... Les responsables politiques, dont le premier devoir est de servir le bien de l'homme" devraient avoir "toujours à cœur de réaffirmer la grandeur et le caractère inviolable de la vie humaine".

Puis à la représentante tunisienne, il a dit que "le dialogue entre les cultures et entre les religions est de nos jours une nécessité incontournable, afin de pouvoir agir ensemble pour la paix et la stabilité du monde ainsi que pour promouvoir le respect authentique de la personne et des droits fondamentaux de l'homme... L'édification d'une société où chacun est reconnu dans sa dignité implique aussi le respect de la liberté de conscience et de la liberté de religion pour chacun. Car l'expression des convictions religieuses authentiques est la manifestation la plus authentique de la liberté humaine".

Evoquant le rôle positif que les religions peuvent jouer au sein des sociétés, il a dit au représentant du Kazakhstan: "Il est certes de la compétence de l'Etat de garantir la pleine liberté religieuse, mais il lui revient aussi d'apprendre à respecter le religieux en évitant d'interférer en matière de foi et dans la conscience du citoyen".

Puis le Pape a remercié le Bahrein d'avoir rendu possible la pratique religieuse des catholiques, répondant au vœu d'un nombre croissant de fidèles désireux de disposer de lieux d e culte.

Enfin Benoît XVI a rappelé devant l'ambassadeur des Fidji que le Pacifique se trouve devant de nombreux défis, en particulier causés par la mutation climatique."Les populations insulaires ont notamment besoin de sauvegarder leurs richesses naturelles. La beauté de la création est tout particulièrement évidente pour qui vit dans le sud du Pacifique".