Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

mardi 27 janvier 2009

CRIMES DE GUERRE,GAZA,ISRAËL,KLARSFELD

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, traque sans cesse les criminels de guerre qui ont massacrés la population à GAZA, pays martyr, transformé en ORADOUR, en VARSOVIE, en camp de concentration à ciel ouvert.

L'ECHO DES MONTAGNES sera donc le KLARSFELD de GAZA!

CRIMES DE GUERRE | Alors que les témoignages de massacres se multiplient, Israël adopte une loi sur l’impunité de ses soldats.




Aussi loin que porte le regard, ce ne sont que des amas de béton brisé et de fers tordus. Des familles fouillent les décombres pour récupérer quelques affaires. Le spectacle de désolation dans le village d’Ezbet Abed Rabbo, au nord de Gaza, témoigne de l’usage massif d’armes lourdes par l’armée israélienne.

Les maisons ont été systématiquement dynamitées. On peut encore voir de grosses mines non explosées sur le sol. Les vergers surplombant la frontière avec Israël, à moins d’un kilomètre de distance, offrent un pas de tir idéal pour les lanceurs de roquettes et constituent un théâtre d’affrontements réguliers avec l’armée. «Nous avons l’habitude des incursions israéliennes.

D’ordinaire, nous restons à l’abri dans les maisons, mais cette fois, c’est du jamais vu», témoigne Mahmoud Abed Rabbo devant les gravats de sa maison. 

A bout portant

Khaled Abed Rabbo, lui, a vu un soldat tirer à bout portant sur ses filles. C’était le 7 janvier à 12 h 50, «dix minutes avant la trêve» (cessez-le-feu humanitaire de deux heures par jour), précise-t-il. Les soldats ordonnent à la famille de sortir par haut-parleurs. Le père de famille s’exécute, accompagné de sa femme et de ses trois filles. «Un soldat est sorti du tank et il a commencé à tirer», raconte-t-il. Amel, 2 ans, et Souad, 7 ans, s’effondrent. Samar, 4 ans, est grièvement blessée. Un voisin ambulancier appelé à la rescousse assure avoir été empêché d’approcher par les soldats. «Mon beau-frère et moi avons pris les enfants dans nos bras et nous avons marché jusqu’à la route Saladin.»

Samar a été évacuée en Egypte puis en Belgique où elle est toujours dans un état critique. «Je veux qu’Israël ouvre une enquête et qu’ils me disent pourquoi ils ont fait ça. Quel danger mes enfants représentaient pour Israël?» lance Khaled Abed Rabbo.

Un possible «crime de guerre» pour Amnesty International qui a dépêché une mission d’enquête sur les lourdes pertes civiles au cours des vingt-trois jours d’offensive israélienne.

«Il est clair que des crimes ont été commis», tranche Donatella Rovera, chef de la délégation d’Amnesty. Reste à en établir l’ampleur et les responsabilités.

Militaires protégés.

Dimanche, le gouvernement israélien a inscrit dans la loi un soutien légal et financier aux militaires qui pourraient faire l’objet de poursuites pour d’éventuels crimes de guerre. «Les officiers et les soldats qui ont servi à Gaza doivent savoir qu’ils sont protégés», a déclaré le premier ministre israélien, Ehud Olmert. «Les possibilités d’action sont limitées», reconnaît Donatella Rovera. «Mais il faut savoir que certains responsables israéliens ne peuvent déjà plus se rendre n’importe où, en raison du risque d’arrestation lié à la juridiction universelle en vigueur dans plusieurs Etats, ajoute-t-elle. Les militaires doivent être responsables de leurs actes et commencer à imaginer que leurs destinations de vacances pourraient se limiter.

L'ECHO DES MONTAGNES ira les chercher même en ISRAËL pour les traîner à la COUR PENALE INTERNATIONALE de LA HAYE.La traque ne fait que commencer!!!!!