Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

mardi 13 janvier 2009

HOLOCAUSTE PALESTINIEN,DIME,U.S.A.,BARACK OBAMA,PROTOCOLES DE TORONTO

L'ÉCHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous a déjà écrit des articles concernant le génocide palestinien, vous a déjà écrit des articles pour porter plainte pour "crimes de guerre" contre les dirigeants israéliens et leurs complices chef d'état et ministres du monde sionistes et satanistes, mais l 'ECHO des MONTAGNE ne vous a pas encore écrit l'horreur des armes de massacre utilisés par les juifs d'Israël pour exterminer le peuple palestinien.
Voici l'horreur, j'espère qu'après cette lecture vous boycotterez tous les produits venant d'Israël ou des U.S.A., comme le fait la NORVÈGE actuellement; car ces produits servent à financer le génocide palestinien.

Deux médecins norvégiens présents à Gaza affirment avoir "vu des
victimes d'un nouveau type d'armes, les DIME". Des blessés d'un type
nouveau - adultes et enfants dont les jambes ne sont plus que des
trognons brûlés et sanguinolents - ont été montrés ces derniers jours
par les télévisions arabes émettant de Gaza. Dimanche 11 janvier, ce
sont deux médecins norvégiens, seuls Occidentaux présents dans l'hôpital
de la ville, qui en ont témoigné.


Les docteurs Mads Gilbert et Erik Fosse, qui interviennent dans la
région depuis une vingtaine d'années avec l'organisation non
gouvernementale (ONG) norvégienne Norwac, ont pu sortir du territoire la
veille, avec quinze blessés graves, par la frontière avec l'Égypte. Non
sans ultimes obstacles : "Il y a trois jours, notre convoi, pourtant
mené par le Comité international de la Croix-Rouge, a dû rebrousser
chemin avant d'arriver à Khan Younès, où des chars ont tiré pour nous
stopper", ont-ils dit aux journalistes présents à Al-Arish.

Deux jours plus tard, le convoi est passé, mais les médecins, et
l'ambassadeur de Norvège venu les accueillir, ont été bloqués toute la
nuit "pour des raisons bureaucratiques" à l'intérieur du terminal
frontalier égyptien de Rafah, entrouvert pour des missions sanitaires
seulement. Cette nuit-là, des vitres et un plafond du terminal furent
cassés par le souffle d'une des bombes lâchées à proximité.

"A l'hôpital Al-Chifa, de Gaza, nous n'avons pas vu de brûlures au
phosphore, ni de blessés par bombes à sous-munitions. Mais nous avons vu
des victimes de ce que nous avons toutes les raisons de penser être le
nouveau type d'armes, expérimenté par les militaires américains, connu
sous l'acronyme DIME - pour Dense Inert Metal Explosive", ont déclaré
les médecins.

Petites boules de carbone contenant un alliage de tungstène, cobalt,
nickel ou fer, elles ont un énorme pouvoir d'explosion, mais qui se
dissipe à 10 mètres. "A 2 mètres, le corps est coupé en deux ; à 8
mètres, les jambes sont coupées, brûlées comme par des milliers de
piqûres d'aiguilles. Nous n'avons pas vu les corps disséqués, mais nous
avons vu beaucoup d'amputés. Il y a eu des cas semblables au Liban sud
en 2006 et nous en avons vu à Gaza la même année, durant l'opération
israélienne "Pluie d'été". Des expériences sur des rats ont montré que
ces particules qui restent dans le corps sont cancérigènes", ont-ils
expliqué.

Un médecin palestinien interrogé, dimanche, par Al-Jazira, a parlé de
son impuissance dans ces cas : "Ils n'ont aucune trace de métal dans le
corps, mais des hémorragies internes étranges. Une matière brûle leurs
vaisseaux et provoque la mort, nous ne pouvons rien faire." Selon la
première équipe de médecins arabes autorisée à entrer dans le
territoire, arrivée vendredi par le sud à l'hôpital de Khan Younès,
celui-ci a accueilli "des dizaines" de cas de ce type.

Les médecins norvégiens, eux, se sont trouvés obligés, ont-ils dit, de
témoigner de ce qu'ils ont vu, en l'absence à Gaza de tout autre
représentant du "monde occidental" - médecin ou journaliste : "Se
peut-il que cette guerre soit le laboratoire des fabricants de mort ? Se
peut-il qu'au XXIe siècle, on puisse enfermer 1,5 million de personnes
et en faire tout ce qu'on veut en les appelant terroristes ?"

Arrivés au quatrième jour de la guerre à l'hôpital Al-Chifa qu'ils ont
connu avant et après le blocus, ils ont trouvé un bâtiment et de
l'équipement "au bout du rouleau", un personnel déjà épuisé, des
mourants partout. Le matériel qu'ils avaient préparé reste bloqué au
passage d'Erez.

"Quand cinquante blessés arrivent d'un coup aux urgences, le meilleur
hôpital d'Oslo serait à la peine, racontent-ils. Ici, les bombes
pouvaient tomber à dix par minute." Des vitres de l'hôpital ont été
soufflées par la destruction de la mosquée voisine. "Lors de certaines
alertes, le personnel doit se réfugier dans les corridors. Leur courage
est incroyable. poursuivent-ils. Ils peuvent dormir deux à trois heures
par jour. La plupart ont des victimes parmi leurs proches, ils entendent
à la radio interne la litanie des nouveaux lieux attaqués, parfois là où
se trouve leur famille, mais doivent rester travailler... Le matin de
notre départ, en arrivant aux urgences, j'ai demandé comment s'était
passée la nuit. Une infirmière a souri. Et puis a fondu en larmes." A ce
moment de son récit, la voix du docteur Gilbert vacille. "Vous voyez, se
reprend-il en souriant calmement, moi aussi..."

Commentaires d'amies et d'amis de la PALESTINE et du monde des civilisés!

L'HEURE EST VENUE.


Palestine :
Ce qui n'est pas une guerre, mais une extermination sadique de civils et
immolation de guerriers robotisés, idéologique faussement religieuse ou
ethnique.
Les DIME ne sont pas des armes car des armes servent à la défense
extrême de la vie et bien sur à l'attaque. les DIME ne servent qu'à la
destruction du vivant; ils sont donc des outils et les victimes, de la
matière qu'ils détruisent comme on en ferait d'ordures, de déchets
usagés dont on se serait assez servis
Si les responsables de cette façon de procéder étaient humains et
respectueux de leur humanité, ils ne détruiraient pas ce et ceux qui les
font vivre et ne détruiraient pas les sols qu'ils ont l'intention de
récupérer. Aussi, il est logique de penser que ces responsables ne sont
pas humains car ils ne semblent pas penser qu'ils salissent à leur
détriment les lieux de leurs "orgies" être affectés par les outils
antibiotiques; leurs bras exécutants, si humains, sont complètement
rendus en esclavage, physiquement et écervelés mentalement, ils sont
perdus pour l'humanité ce qui ne semble pas être un problème pour eux,
au contraire.

Alors, je souhaite pour cette année 2009, que les membres des armées qui
ont encore gardé leur propre intelligence et auto-détermination, soit,
démissionnent de l'armée privée faussement nationale pour redevenir
vraie nationale, mais autonome et fidèle à son utilité dans l'idéal de
défense humaine contre toutes attaques étrangères ou indéfinie visant à
soustraire et détruire tant le pays que ses habitants de leur vie,
liberté et culture.

Militaires d'honneur et fidèles, élus abusés, philosophes qui savent
encore analyser sans idéaux préconçus par d'autres, ingénieurs et
techniciens dont le génie est volé avant d'être massacrés,
RÉVEILLEZ-VOUS, le peuple de votre pays a besoin de vous, il vous attend
contre l'inhumanité violant la vie sur cette terre et la démocratie
mondiale.
L'heure est venue de chasser, bannir cette inhumanité dictatoriale".

APPEL A TOUTES LES BONNES VOLONTES DE CE MONDE:

Si vous êtes d'accord avec les revendications légitimes, écrites ci-dessous, faites le moi savoir et diffuser largement autour de vous; mobilisons-nous, résistons:


Découvrez Germaine Sablon!


- l'arrêt immédiat de la collaboration franco-israélienne,
notamment militaire
- et de tous les encouragements donnés en permanence par les
dirigeants français aux criminels de guerre :

§ NON aux réceptions honorifiques de responsables du
terrorisme d'Etat israélien en France,

§ NON aux portraits géants de soldats de l'armée
d'occupation placés dans des lieux publics tels que le Parc de
Bercy (12ème) ou la Mairie du 16ème,

§ NON à l'élection par la Mairie de Paris d'un
soldat de l'armée israélienne comme "citoyen d'honneur de
la Ville de Paris",

§ NON à l'accueil chaque année dans plusieurs
villes de France de "galas au profit de l'armée israélienne",
c'est à dire collectes d'argent pour ces mêmes criminels,
au sein de théâtres et autres lieux destinés à la culture et
non à l'apologie de crimes de guerre,

§ NON à l'autorisation donnée à des ligues
fascistes juives comme le BETAR et la LIGUE de DEFENSE JUIVE pour
s'entrainer militairement en France, y faire des "ratonnades".

Article 35 de la Déclaration des DROITS de l'HOMME et du Citoyen de 1793 :
« Quand le gouvernement viole les droits du peuple,
l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple,
le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».