Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

mercredi 25 février 2009

DROITS HUMAINS,CRISE ECONOMIQUE,BENOIT.XVI

L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous livre la position de l'Etat du Vatican et de BENOIT XVI, quant à la crise et aux droits de l'homme, bafoués par les banquiers sionistes.

CRISE ECONOMIQUE ET DROITS DE L'HOMME

CITE DU VATICAN, 25 FEV 2009 . Le 20 février, l'Observateur permanent près l'Office des Nations-Unies de Genève est intervenu lors de la X session spéciale du Conseil des droits de l'homme consacrée à la crise économique et financière mondiale et ses répercussions négatives en matière de droits humains. Rappelant que la crise avait déjà causé la perte de millions d'emplois, Mgr.Silvano Tomasi a dit que beaucoup de pays en voie de développement n'atteignent pas les objectifs de développement du Millénaire. Les droits d'un grand nombre de personnes sont menacés, notamment en matière d'alimentation, d'accès à l'eau potable, à la santé et au travail... Récemment la Banque Mondiale estimait qu'en 2009 53 millions de personnes devront survivre avec moins de deux US$ par jour, un chiffre qui s'ajoute au 130 nouveaux millions de pauvres qui l'an dernier ont subi une forte augmentation des prix alimentaires et énergétiques".

"Les pays pauvres dépendent en grande partie des aides financières extérieures et d'un apport de leurs émigrés, deux facteurs dont on prévoit la diminution avec l'aggravation de la crise... La délégation du Saint-Siège voudrait recentrer l'attention sur un aspect essentiel du phénomène, son impact sur les droits des enfants, qui se répercute sur tous leurs acquis socio-économiques... Dans nombre de pays pauvres les programmes de nutrition et de santé fonctionnent grâce à des aides publiques qui, si elles sont réduites à cause de la crise, les mettront en péril". Dans cette perspective, a poursuivi Mgr.Tomasi, "les enfants risquent d'être privés de leur droit à l'éducation, ce qui aurait un double effet négatif... Moins d'éducation aujourd'hui signifie une croissance mineure demain. La malnutrition réduira l'espérance de vie de ces enfants et accroîtra la mortalité, ce qui dépassera la dimension individuelle pour affecter la société entière".

Le représentant du Saint-Siège a ensuite évoqué une autre conséquence, qui risque d'être particulièrement grave pour la mission de l'ONU: "Trop souvent les récessions économiques ont vu l'avènement de régimes peu démocratiques. Le Saint-Siège espère qu'on évitera ce type d'évolution qui aurait de graves répercussions sur les droits de l'homme dont les Nations-Unies défendent tant la diffusion... Si ces derniers cinquante ans on a enregistré de grands progrès en matière de réduction de la pauvreté...ceux-ci sont menacés. Pour les défendre, il faut faire un effort cohérent, basé sur une nouvelle solidarité en faveur notamment des populations les plus touchées par la crise économique mondiale".