Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

mardi 24 février 2009

PALESTINE,GAZA,CRIMES DE GUERRE,CARREFOUR,AUCHAN,ANNE ROUMANOFF,DEPORTATION

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous rappelle que votre journal préféré à porter plainte pour crimes de guerre et contre l'humanité, à l'encontre d'Israël, de ses dirigeants et de ses complices, le 12 janvier 2009.
Plainte que vous pouvez lire et reproduire sur le lien suivant:


PLAINTE AU TRIBUNAL PENAL INTERNATIONAL LA HAYE,GENOCIDE PALESTINIEN,GAZA,HITLER,STALINE



Mais le combat continue et avec ces crimes il ne saurait y avoir de prescription; une lectrice nous communique le texte suivant, que nous avons joint à notre plainte, qui a été jugé recevable le 12 janvier 2009.

sabato, 11 novembre 2006
Les femmes de Gaza : Nous avons surmonté notre peur.


Par Jamila Al Shanti à Beit Hanoun, The Guardian, Jeudi 9 novembre 2006.


Les femmes désarmées de la bande de Gaza ont pris la tête de la
résistance à la dernière attaque sanglante d’Israël.

Jamila Al Shanti est un membre élu du Conseil Législatif Palestinien
pour le Hamas. Elle a mené une manifestation de femmes contre le siège
de Beit Hanoun le vendredi 3 novembre 2006.

Hier à l’aube, les forces aériennes israéliennes ont bombardé et détruit
ma maison. J’étais la cible de l'attaque mais à ma place c’est ma
belle-soeur, Nahla, une veuve avec huit enfants à charge, qui a été
tuée. Lors du même raid, l’artillerie israélienne a bombardé un quartier
résidentiel dans la ville de Beit Hanoun dans la bande de Gaza, faisant
19 morts et 40 blessés, dont un grand nombre surpris dans leur sommeil.
Les Athamnas ont perdu 16 membres de leur famille, dont sept enfants,
dans le massacre. La plus âgée, Fatima, avait 70 ans, la plus jeune,
Dima avait un an. Le bilan des morts a dépassé les 90 en une semaine.

Il s’agissait de la dixième incursion d’Israël dans Beit Hanoun depuis
que le retrait de Gaza a été annoncé. La ville a été transformée en une
zone militaire fermée, une punition collective contre ses 28 000
résidents. Pendant des jours, la ville a été encerclée par les tanks et
les troupes israéliennes et soumise à des bombardements. Tout
approvisionnement a en eau et en électricité a été coupé et alors que le
nombre de morts continuait d’augmenter, aucune ambulance n’était
autorisée à entrer. Les soldats israéliens ont fait irruption dans les
maisons, ont enfermé les familles et positionné leurs tireurs sur les
toits, tirant sur tout ce qui bougeait. Nous ne savons toujours pas ce
que sont devenus nos fils, maris et frères depuis que tous les hommes de
plus de 15 ans ont été emmenés jeudi dernier. Ils les ont obligés à
rester en sous-vêtements, les ont menottés et emmenés.

Ce n’est pas facile pour une mère, soeur ou épouse de voir ceux qui vous
sont chers disparaître sous ses yeux. C’est peut être ce qui nous a
aidé, moi et 1500 autres femmes, à surmonter notre peur et à défier le
couvre-feu israélien de vendredi dernier pour essayer de libérer nos
jeunes hommes qui se sont retrouvés assiégés dans une mosquée alors
qu’ils essayaient de nous défendre , nous et notre ville contre la
machine militaire israélienne.dans une mosquée tout en nous défendant
ainsi que notre ville contre la machine militaire israélienne.

C’est sans armes que nous avons affronté l’armée la plus puissante de la
région. Les soldats étaient munis de l’armement le plus moderne, et nous
n’avions rien d’autre que notre présence et notre aspiration à la
liberté. Alors que nous franchissions la première barrière, nous
redoublions de confiance, de détermination pour rompre le siège
asphyxiant. Les soldats des soi-disant forces de défense d’Israël n’ont
pas hésité à ouvrir le feu sur des femmes désarmées. L’image de mes
amies proches Ibtissam Yusuf abu Nada et Rajaa Ouda poussant leur
dernier souffle et baignant dans le sang, restera gravée en moi à
jamais.

Plus tard, un avion israélien a bombardé un bus qui emmenait des enfants
à l’école maternelle. Deux enfants ont été tués, avec leur institutrice.
30 enfants sont morts au cours de la semaine dernière. Quand je me rends
à l’hôpital qui est surpeuplé, il est extrêmement poignant de voir le
nombre considérable de petits corps avec des cicatrices et des membres
amputés. Nous serrons nos enfants très fort lorsque nous allons nous
coucher, en espérant en vain pouvoir les protéger des avions de guerre
et des tanks israéliens.

Mais comme si cette occupation et cette punition collective n’étaient
pas suffisantes, nous, Palestiniens, nous nous retrouvons la cible d’un
siège systématique imposé par le soi-disant monde libre. Nous sommes en
train de mourir de faim et de suffoquer, voici notre punition pour oser
exercer notre droit démocratique qui consiste à choisir qui nous
gouverne et nous représente. Rien ne remet plus en cause les
proclamations de l'Occident en faveur de la défense de la liberté et de
la démocratie que ce qui se passe en Palestine. Juste après avoir
annoncé son projet de démocratiser le Moyen-Orient, le président Bush a
fait tout ce qui était en son pouvoir pour étouffer notre démocratie
naissante, arrêter nos ministres et nos députés. J’attends toujours une
condamnation occidentale du fait que moi, une députée élue, ais eu ma
maison détruite et des proches tués par des bombes israéliennes. Lorsque
les corps de mes amies et de mes collègues ont été retrouvés en
morceaux, celles et ceux qui disent défendre les droits des femmes sur
la Colline du Capitole (siège du Congrès US) ou au 10 Downing Street
n’ont pas prononcé le moindre mot.

Pourquoi nous autres Palestinien, devrions-nous accepter le vol de notre
terre, l’épuration ethnique de notre peuple, emprisonné dans des camps
de réfugiés abandonnés, et le déni de nos droits humains les plus
fondamentaux sans protester ni résister?

La leçon que le monde doit tirer de ce qui s’est passé à Beit Hanoun la
semaine dernière est que nous, les Palestiniens, nous n’abandonnerons
jamais notre terre, nos villes et villages. Nous ne renoncerons jamais à
nos droits légitimes pour un bout de pain ou une poignée de riz. Les
Palestiniennes résisteront à cette occupation monstrueuse qui nous est
imposée à la pointe du fusil, nous résisterons au siège et à la faim.
Nos droits ainsi que ceux des générations futures ne peuvent pas être
négociés.

Quiconque veut la paix en Palestine, et dans la région doit adresser ses
paroles et sanctions à l’occupant, non à l’occupé, à l’agresseur, non à
la victime. La vérité est que la solution incombe à Israël, à son armée
et à ses alliés, et non aux femmes et aux enfants de Palestine.

C'est pourquoi nous devons aider la PALESTINE en boycottant tout ce qui vient d'ISRAËL, tout ce qui aide ISRAËL.

Boycott supermarchés : 3 en 1, dans le Nord !

Publié le 23-02-2009


Samedi, des militants de plusieurs associations, dont EuroPalestine Nord, ont fait une information auprès des clients de trois supermarchés à la fois, pour les mettre en garde contre la vente de produits israéliens.

Petite promenade dans les rayons de "Carrefour" à Wasquehal, de "Auchan" à Roncq, et de "Geant" à Roubaix, avec des caddies joliment décorés, et repérage des produits venant de l’Etat dirigé par des criminels de guerre.

Eux-mêmes bien visibles avec leurs affichettes autocollantes “Gaza on n’oublie pas” et “Je refuse de consommer les produits des criminels de guerre israéliens”, appliquées sur leurs vêtements, nos amis ont pu donner aux consommateurs des informations importantes sur le caractère à la fois immoral et illégal de la présence de ces produits.

Ils ont rencontré un vif intérêt, beaucoup de gens se demandant comment sanctionner Israël, après avoir pris connaissance — eh oui, malgré l’interdiction faite aux journalistes de pénétrer dans la bande de Gaza— de l’ampleur des massacres et ravages causés par l’armée israélienne.

"Une ambiance de fête s’est vite installée dans le supermarché, malgré la mauvaise humeur des responsables du magasin, qui ont été jusqu’à appeler la police, qui n’a pas constaté d’obstruction particulière dans ces échanges pacifiques sur l’art et la manière de consommer "éthique".

Les tracts et les ballons “Boycott Israël” ont été particulièrement bien accueillis dans les trois villes, par les familles, qui ont prodigué remerciements et encouragements aux militants présents.

Une matinée dans la joie et la bonne humeur, qui a fait des émules, bon nombre de passants, exprimant leur désir de se joindre aux prochaines actions de sensibilisation.


CAPJPO-EuroPalestine

Et boycottons les concerts, les spectacles et les émissions de télévision, comme celle d'ARTHUR!

Annulation du spectacle d’Anna Roumanoff en faveur de l’armée israélienne

Publié le 24-02-2009


Le spectacle que devait donner l’humoriste française Anna Roumanoff en faveur de l’armée israélienne, le 2 mars prochain à Genève, a été annulé, a-t-on appris mardi auprès de la maison de production de l’artiste.

L’annonce d’un tel événement a suscité ces derniers jours une vague de protestations, tant en Suisse qu’ailleurs en Europe : un collectif s’est ainsi formé à Genève, pour dénoncer cette entreprise d’apologie de crimes de guerre, et a appelé la population à manifester devant le Théâtre du Léman, le 2 mars, si le concert devait être maintenu.

D’un peu partout, et notamment de France, ont également afflué des courriers adressés à Anne Roumanoff, l’adjurant de ne pas apporter son soutien à une armée qui viole systématiquement les droits du peuple palestinien.

Le message semble avoir été entendu. Dans des courriels envoyés depuis lundi soir, dont les destinataires nous ont adressé une copie, la maison de production d’Anne Roumanoff informe en effet que le spectacle de son artiste a été annulé.

Nous ne pouvons que nous féliciter de cette prise de conscience, ainsi que de la mobilisation citoyenne qui l’a permise.

La France,CRIMINELLE DE GUERRE, deuxième fournisseur militaire d’Israël, dénonce Amnesty International

Publié le 23-02-2009


Si les Etats-Unis constituent, de loin, la principale source d’approvisionnement israélienne en engins de mort, c’est la France qui occupe la deuxième position dans ce sinistre concours, révèle lundi Amnesty International.

Dans un rapport très détaillé sur les crimes de guerre commis par l’armée israélienne lors de la sauvage agression contre Gaza (décembre 2008 – janvier 2009), Amnesty International passe aussi en revue les fournisseurs d’armes et de munitions, et réclame un embargo généralisé sur celles-ci.

Et il n’y a pas, parmi eux, que le gouvernement et les industries américaines, comme on a souvent tendance à le croire, en raison du caractère massif (plusieurs milliards de dollars par an) et ouvertement assumé par Washington de cette politique criminelle.

Amnesty a ainsi découvert, en épluchant des documents officiels de l’Union européenne, que la France a délivré, entre 2004 et 2007, des licences d’exportation de matériels militaires vers Israël d’une valeur de 129 millions d’euros, dont au moins la moitié ont ensuite donné lieu à des livraisons effectives.

La France se retrouve ainsi premier fournisseur d’armes à Israël au sein de l’Europe, même si de nombreux autres pays –Royaume-Uni qui fournit les moteurs de drones, Allemagne qui développe les moteurs des chars lourds Merkava, Serbie, Roumanie, etc. – participent également à cette monstrueuse coalition contre le peuple palestinien.

Le rapport

http://www.amnesty.org/en/library/asset/MDE15/012/2009/en/5be86fc2-994e-4eeb-a6e8-3ddf68c28b31/mde150122009en.html#1.0.9.Arms%20supplies%20to%20Israel%20

dresse également une liste impressionnante des armes utilisées contre la population civile palestinienne à Gaza. Entre autres, l’emploi massif de bombes au phosphore et d’obus à fléchettes, sachant qu’un seul de ces obus délivre plusieurs milliers de pointes acérées capables de tuer un être humain dans un rayon de plusieurs centaines de mètres. Et si la résistance n’a comme on le sait pas de blindés à opposer à l’assaillant, l’armée israélienne a trouvé un emploi à son stock de mines anti-chars : c’est avec ces engins qu’elle fait sauter les maisons des Palestiniens.

Dans un souci « d’équilibre », les auteurs du rapport se sont également penchés sur l’arsenal du Hamas et des autres groupes de la résistance palestinienne. Ils font état, ce qui n’est pas une surprise, de la possession, par ces derniers, de différents types de roquettes de fabrication locale, tout en admettant n’avoir pas pu apporter la preuve que les roquettes de plus longue portée dont disposerait le Hamas, proviennent de l’étranger (Russie, Iran, Chine).


Israël procède à la plus large déportation de familles de Jérusalem depuis le 1967.

Publié le 23-02-2009


La municipalité israélienne de Jérusalem a remis à plus de 100 familles palestiniennes des notifications de la démolition de leurs maisons dans le quartier Silwan de la région Boustan de la ville occupée de Jérusalem, sous prétexte de construction sans permis.

Et la procédure d’expulsion, qui se décrit comme la plus large depuis 1967 va causer le déplacement de plus de 1500 Palestiniens de Jérusalem, et le retrait de leur droit de résidence dans la ville.

L’Organisation christiano-islamique pour la protection des lieux saints chrétiens de Jérusalem a accusé Tel Aviv de mener une « guerre » sur la ville de Jérusalem pour l’élimination des quartiers arabes et demande un soutien arabe et international pour sauver la ville sainte des tentatives de « judaïsation ».

Le secrétaire général de l’organisation Hassan Khatir a déclaré que les habitants du quartier « Hay Al Boustan » au sud de la mosquée d’Al Aqsa sont en grand danger, et leur expusion est devenue certaine. Ce dernier a ajouté que les autorités d’occupation ont réussi à faire fuir des dizaines de milliers de chrétiens à cause des conditions de vie dures imposées aux Palestiniens en général ; dans la ville sainte seulement 1% des habitants sont chrétiens après avoir représenté plus de 5% de la population.

Il a également déclaré : « Nous profiterons de la visite du pape prévue le 8 Mai prochain pour attirer son attention sur le complot sioniste qui vise à vider la terre sainte de toute présence chrétienne."

Source : http://www.aljazeera.net/NR/exeres/7D2E41CC-E4FB-48C3-8B32-B3C0CC6AE12C.htm