Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

jeudi 14 mai 2009

MICHEL BARNIER, ELECTION EUROPEENNE, ILE de FRANCE,AGRICULTURE, PÊCHE

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, pense que MICHEL BARNIER doit non seulement démissionner, mais finir en prison, pour crimes contre l'humanité et pour INTELLIGENCE AVEC UNE PUISSANCE ETRANGERE, car la FRANCE est en guerre en AFGHANISTAN et en PALESTINE.


C'est pour profiter de l'immunité parlementaire qu'il se présente aux élections européennes, malgré que RACHIDA DATI a essayé de le blanchir .

Preuve en est:

Otages, Barnier dans le bourbier irakien.

Tapage / mercredi 13 mai par Enrico Porsia (amnistia.net)

Grand pourfendeur de l’équipée Julia, Michel Barnier, tête de liste UMP, est un Européen convaincu. En 2004, il avait favorisé une équipée de "diplomates-mercenaires" pour faire libérer des otages italiens en Irak…

Le 30 avril 2009, l’ordonnance de non-lieu est tombé. Le député UMP Didier Julia n’est plus poursuivi pour « intelligence avec une puissance étrangère ». Les juges d’instruction Marie-Antoinette Houyvet et Marc Trévidic sont formels : « Les autorités françaises ont été tenues informées » de l’opération parallèle menée par le député Didier Julia, l’ex-nageur de combat Philippe Brett, et l’ancien membre des « réseaux Foccart » Philippe Evanno.

Cette opération, dont le but était de parvenir à la libération des journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot, enlevés en Irak en 2004, ne peut donc pas être considérée comme une « initiative personnelle » ayant perturbé les tractations officielles pour la libération des journalistes.

Le double jeu de Barnier

De quoi faire bien vaciller les propos lapidaires du ministre des Affaires Étrangères à l’époque des faits. « On a le droit de savoir pourquoi des équipes parallèles s’imaginent pouvoir doubler les services de l’État », affirmait Michel Barnier avec aplomb.

Pourtant, à la même période, un autre groupe de « diplomates mercenaires » français nous avait affirmé avoir été introduit, justement par Michel Barnier, auprès de l’alors président de la Commission européenne Romano Prodi,… afin de tenter de libérer trois otages italiens détenus en Irak !

C’etait en mai 2004 et, décidément, la France était très active dans la pénombre du bourbier irakien. Et pas uniquement pour libérer ses propres ressortissants  !

Le 7 mai 2004, un Falcon 900, mis à disposition par Stefano Manservisi, chef de cabinet du président de la Commission européenne Romano Prodi, décollait de Bruxelles pour Amman, avec le numéro de vol DGCEC/0469.

© Oliv’

A bord se trouvaient trois « diplomates privés » : Philippe Legorjus, ancien patron des super-gendarmes du GIGN, Daniel Wajcberg, expert en informatique, et Egon Ellenberg, ancien attaché militaire auprès de l’ambassade israélienne à Paris. Ils étaient accompagnés par Marco Vignudelli, officiellement porte-parole du président de la Commission, Romano Prodi. Vignudelli était un ancien du ministère de l’Intérieur italien, où il avait servi en 1999-2000. Leur mission ? Œuvrer pour la libération de trois otages italiens, Salvatore Stefio, Umberto Cupertino et Maurizio Agliana, agents de sécurité privés de leur état.

800 000 dollars, pourboires compris ?

Les négociateurs français clament « avoir été recommandés auprès de Romano Prodi par Michel Barnier ». Ils affirment en outre avoir demandé une rémunération pour leurs services. Ils témoignent encore que Stefano Manservisi leur aurait répondu : « Jusqu’à 800.000 dollars, il n’y a aucun problème. Le règlement sera effectué via [la république de] Saint-Marin ».

Diplomatie parallèle : dans la cabine du Falcon 900, vol Bruxelles-Amman N° DGCEC/0469 du 7 mai 2004.

Au premier plan à droite, Philippe Legorjus, ancien chef des super-gendarmes du GIGN ; derrière lui, Marco Vignudelli, qui fut en 1999-2000 au service du ministre de l’Intérieur italien, avant de devenir, officiellement, un porte-parole du président de la Commission européenne Romano Prodi. A sa droite, Daniel Wajcberg, expert en informatique. Tout au fond, Egon Ellenberg, ancien attaché militaire à l’ambassade israélienne à Paris, devenu "analyste en situations de crise".

Le 9 mai, le Falcon 900 avec « l’équipe » à son bord rentre en Europe. Ce premier voyage n’a pas été concluant. Pourtant la mission continue. Les « diplomates mercenaires » ont en effet à leur tête, Thierry Lefébure, un ancien conseiller d’Edouard Balladur. Reconverti dans le lobbying, Monsieur Lefébure a des multiples relations. Il fait même intervenir l’Ordre de Malte…et le 19 mai 2004, le président Romano Prodi reçoit la visite de Philippe Schoutheete de Tervarent, l’ambassadeur de l’Ordre à Bruxelles. Mais ce n’est pas tout, le lobby man Lefébure prend contact via Yako Elish, un émissaire mandaté par l’Eglise chaldéenne, avec Abdel Amir Al-Rekaby, un représentant de l’opposition irakienne qui partage sa vie entre Montparnasse et le Moyen Orient…Il en va de soit qu’un tel personnage n’était pas un inconnu pour les différents services secrets hexagonaux. « La DST suivait avec une parfaite conscience tout ce que faisait Al-Rekaby », nous avait souligné, avec nonchalance, Thierry Lefébure qui ne cachait pas d’avoir commencé cette mission « en liaison avec le Gouvernement français ».

Début juin, les choses s’accélèrent. Abdel Amir Al-Rekaby, affirme pouvoir entrer en rapport avec les ravisseurs, via des intermédiaires en Jordanie et en Irak.

Dimanche 6 juin, un drôle d’attelage composé de l’Irakien Al-Rekaby et Egon Ellenberg se rendent à Amman, et le soir du lundi 7 juin, le franco-israélien prévient ses correspondants à Paris que la libération est imminente.

Le lendemain, 8 juin, les otages sont « libérés »… officiellement par une opération des forces spéciales américaines. En réalité, il s’agit d’une mise en scène des services de communication de l’Oncle Sam, car les otages avaient été tout simplement abandonnés par leurs ravisseurs, dans un bâtiment inhabité.

À Amman, dans le hall de l’hôtel Royal, Al-Rekaby donne une conférence de presse.« L’histoire selon laquelle des Américains ont mené une opération armée est mensongère. C’est grâce à des pressions politiques faites auprès du Comité des Oulémas et d’autres groupes, à la demande du président de la Commission européenne Romano Prodi que les otages ont été libérés » devait-il expliquer. Avant que le très puissant président du Comité des Oulémas, Hareth Al Dari, n’abonde en son sens : « Les troupes américaines ne sont pas arrivées aux otages par leurs propres moyens mais grâce à des personnes qui leur ont indiqué où ils étaient. Elles ont récupéré les otages sans la moindre résistance car il n’y avait aucune surveillance ».

Le 14 juin, Thierry Lefébure, Egon Ellenberg et Daniel Wajcberg se rendent à Bruxelles, où ils ont rendez-vous à 10 heures du matin avec le chef de cabinet de Prodi, Manservisi et son porte-parole Marco Vignudelli. Philippe Legorjus, qui s’était éloigné de « l’équipe » ne les accompagne pas. Leur objectif, être dûment rétribué pour leur rôle dans la libération des otages, qu’ils chiffrent à 600.000 euros. Las leur requête est refusée.

Autant d’intermédiaires, qui auraient du demander conseil à Jean-Charles Marchiani, le roi de la libération tarifée.

Barnier, une haute autorité.

Le 3 mars 2005, Ricardo Franco Levi, conseiller politique et porte-parole de Romano Prodi répond, par fax, à ma question « relative au rôle du président Prodi dans les vicissitudes des otages italiens », textuellement : « Le Président Prodi a été sensibilisé par une source de grande autorité. À chaque pas, le président Prodi a informé le ministre de l’Intérieur de la République italienne ».

Une source de grande autorité ? « C’était Michel Barnier », nous ont affirmé les « négociateurs de l’ombre » . L’ancien commissaire européen, l’ancien ministre des Affaires Étrangères et aujourd’hui ministre de l’Agriculture et de la Pêche, mais aussi tête de liste UMP aux Européennes… le même Michel Barnier qui affirmait autrefois : « On a le droit de savoir pourquoi des équipes parallèles s’imaginent pouvoir doubler les services de l’État » - et même de l’Europe toute entière !


Dans ce courrier, adressé au chef de cabinet de Romano Prodi.


Thierry Lefébure affirme avoir pris "la lourde responsabilité" d’entreprendre la négociation destinée à libérer les otages de la Communauté européenne "en liaison avec le Gouvernement français". Il réclame le règlement "d’un forfait global de 600.000 euros" et invite le chef de cabinet de Romano Prodi à "mettre fin à l’inutile humiliation que votre attitude fait peser sur celles et ceux qui se sont impliqués dans cette affaire, avant qu’elle ne suscite de leur part de légitimes réactions que vous risquez de ne pas apprécier".