Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

mardi 12 mai 2009

PALESTINE, GENOCIDE, SIONISME,ISRAËL, AHMED RAMI

L"ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous livre l'analyse du génocide palestinien de l'écrivain AHMED RAMI.

LE GENOCIDE PALESTINIEN

Le "débat" passionné, voire virulent sur le conflit palestinien continue de plus belle.

Pourtant un observateur attentif constatera qu'il s'agit là d'un débat étrange, voire fantômatique, conduit par les amis d'Israël et qui porte en majorité sur la crise interne d'Israël.. Ceux là se demandent comment Israël pourra résoudre au mieux ses problèmes intérieurs pour pouvoir survivre en tant qu'état juif.

Les Palestiniens dont les immigrations sionistes venues de tous les coins du globe ont volé la patrie et qui voient s'installer partout la plus grave des usurpations, ne jouent pratiquement aucun rôle dans les débats médiatiques. Ils constituent une masse impersonnelle, sans visage : des jeunes gens, et parfois même des femmes d'âge moyen qui jettent des pierres ; l'un ou l'autre vieillard mélancolique qui parle de sa petite ferme, des légumes et des oliviers que sa famille et lui-même possédaient autrefois, mais qu'ils ont perdus depuis longtemps parce qu'ils doivent habiter, comme des étrangers, dans un des camps de réfugiés abandonnés par la Providence.

Lors des émissions télévisées ou autres comptes-rendus médiatiques, on ne rencontre parmi les Palestiniens aucune forte personnalité, au caractère ardent, à l'exception de Yasser Arafat, présenté comme le Chef des Palestiniens, qui joue ,hélas, un rôle de dupe ,qui passe la majorité de son temps à voyager, qui doit fournir son lot de déclarations, et qui semble vivre dans un monde abstrait coupé de la réalité.

Les Palestiniens forment un peuple de 5 millions de personnes, comprenant beaucoup de diplômés universitaires, des gens compétents, hautement qualifiés, des écrivains et des publicistes parmi lesquels on trouve des personnalités riches et passionnées pour la cause de leur peuple. Dans les médias suédois, ils deviennent une masse anonyme.

Quel contraste étrange avec les juifs d'Israël et des autres pays ! Ceux-ci sont présentés comme formant un peuple qui a souffert d'une manière indicible au cours de son histoire sans qu'il y ait eu faute de sa part et qui a subi toutes les persécutions imaginables ! En plus, ils sont présentés comme doués d'une façon singulière, souvent comme des génies, en quelque sorte comme les joyaux du genre humain !Cette image des juifs est tout à fait conforme à la représentation d'un Peuple élu par son Dieu.

Ce que les écrivains israélites éprouvent et pensent possède toujours une importance exceptionnelle. On accorde la plus grande attention à tout ce qu'ils disent de leurs souffrances psychologiques et sur l'âme d'Israël car l'âme d'Israël n'est-elle pas enfin de compte l'âme de toute l'humanité ?

Personne par contre ne s'intéresse aux auteurs palestiniens.

On peut en déduire ceci : le peuple palestinien est condamné à mort. Car un génocide ne consiste pas seulement en la destruction physique des membres d'un peuple déterminé car celui-ci peut continuer à vivre, tant qu'une partie de lui survit, tant que survivent son âme, ses traditions, son acquis spirituel. Les juifs se plaignent sans arrêt d'avoir subi un " Holocauste ".

Les sionistes qui par leur idéologie meurtrière perpètrent le génocide des Palestiniens. Et ceci pas seulement parce qu'ils les chassent de leur pays mais aussi parce qu'ils humilient les ressortissants du peuple palestinien qui sont restés, de toutes les façons imaginables .

L'Etat d'Israël et tous ses propagandistes dans le monde occidental, y compris en Suède, se rendent coupables envers les Palestiniens d'un génocide sournois, mais réel parce qu'ils anéantissent leur âme. Ils réduisent les Palestiniens, par leur propagande médiatique à une masse impersonnelle au sein de laquelle il est impossible de discerner l'âme d'individualités fortes et puissantes, représentatives de leur peuple.

A bon droit ,beaucoup se sont soulevés contre la prétention fallacieuse d'Israël de vouloir récupérer les territoires que les Palestiniens ont occupés durant un ¼ de siècle en Jordanie occidentale et dans la bande de Gaza. Une indignation plus vive encore se manifeste à l'encontre des interventions brutales de l'armée israélienne contre la population civile sans défense qui souffre les pires exactions : beaucoup de Palestiniens ont été assassinés de sang froid et vraisemblablement des dizaines de milliers ont été ou blessés ou estropiés. Des femmes enceintes ont été maltraitées si durement qu'elles ont avorté. A cela s'ajoute le fait que les Palestiniens qui vivent sous l'occupation israélienne, sont obligés de vivre d'une façon permanente dans la crainte et la peur. Ce qui entraîne inévitablement un regain de haine envers Israël et les juifs. Comprendre cela nous est difficile car nous n'en avons connaissance qu'indirectement et que nous ne le vivons pas nous-mêmes.

Les exactions inhumaines d'Israël contre la population civile palestinienne ont été mises en évidence par des documents télévisés et elles sont si brutales que l'on ressent une très grande émotion en les regardant et que l'on regrette profondément de ne pas pouvoir s'y opposer. Mais peu de personnes se rendent compte de la campagne de destruction culturelle plus néfaste encore, que mènent les sionistes .En Occident, de même qu'en Suède, les médias tuent en quelque sorte l'âme palestinienne qui est , consciemment ou non, l'essence de la personnalité de ce peuple .Elles les présentent comme une masse stupide envers laquelle on ne peut éprouver qu'une émotion passagère, mais à laquelle personne ne peut s'identifier. Enlever à un homme sa personnalité, son âme, c'est le tuer. Priver tout un peuple d'un défenseur fort et vivant ,c'est lui voler son âme et ainsi le réduire à néant.

Rappelons-nous pourtant celle que les médias occidentaux appelaient : " Mère Courage ". Golda Meir a dit un jour " Il n'y a pas de Palestiniens ". Une telle négation de l'existence d'un peuple auquel Golda Meir et consorts ont volé son pays, constitue un génocide au sens spirituel du terme. Un peuple accapare les terres d'un autre peuple et affirme ensuite que cet autre peuple n'a jamais existé ! Derrière cela se cache l'intention évidente de faire le raisonnement suivant : puisqu'il n'existe pas de Palestiniens, les sionistes ne pouvaient pas leur prendre leur pays, ils n'ont pas pu expulser en 1948 , 750 000 Palestiniens et ils ne peuvent pas opprimer ceux qui sont restés !. Il n'y a pas de Palestiniens : ce sont de purs fantômes, non des êtres humains qui embarrassent le Peuple élu, dans le pays du Peuple élu, en Palestine où les sionistes ont érigé leur état d'Israël

Israël signifie d'ailleurs : le peuple qui lutte pour moi, son Dieu. On peut le vérifier dans la Torah, au premier livre de Moïse, chapitre 32, versets 24 à 28.

Réfléchissons à nouveau à cette chose incroyable : l'ancienne premier ministre, Golda Meir pour qui il n'existe aucun peuple palestinien, fut adulé au delà de toutes mesures dans le monde occidental et pas seulement ici en Suède. N'était-elle pas l'incarnation même de la figure type de la Mère juive, une combattante indomptable pour Israël et les juifs du monde entier ?

La regrettée Golda Meir, la joyeuse et espiègle Golda Meir, la courageuse combattante pour la justice sociale qui naquit en Russie, qui échangea son nom pour celui de Golda Meir aux USA, qui a avidement saisi l'idée sioniste sublime d'un Etat juif, qui a travaillé avec zèle dans un kibboutz et qui si désintéressée, rejoignit le mouvement des Travailleurs israéliens !

A la télévision américaine, un film fut tourné sur la vie de Golda Meir, un film émouvant, en plusieurs épisodes. Un film dans lequel Ingrid Bergman avait le rôle principal. Lors d'une interview, Ingrid Bergman exprima toute l'émotion et toute la gratitude qu'elle éprouvait à avoir pu jouer le rôle de Golda Meir !

C'est ainsi qu'agit la propagande sioniste : elle exalte les juifs en les présentant comme des gens chaleureux, luttant avec honneur, tandis que les Palestiniens comme tous les Arabes d'ailleurs - ne sont ni grands, ni bons, ni nobles ! Ils ne sont , comme nous l'avons déjà mentionné ,qu'une masse anonyme, ou bien on nous les dépeint comme des politiciens cruels, intrigants, constamment en train de se quereller, à la peau sombre et au caractère douteux..

Sinon, ils sont des émirs du pétrole, des princes roulant dans de somptueuses Cadillac de luxe et à l'arrière plan, avec un harem qu'on ne peut montrer concrètement, des gens richissimes, mais des types avec lesquels il ne fait pas bon frayer !

Des personnalités palestiniennes ? Existe-t-il seulement quelque chose de semblable ? Dans les médias occidentaux, vecteurs de la propagande sioniste, les Palestiniens représentent une partie du monde arabe qui nous est présenté comme une meute sauvage ou comme un rassemblement de vieillards priant dans une quelconque mosquée sombre.

A travers ces images médiatiques, on ne peut reconnaître les Palestiniens tels qu'ils sont : un peuple indépendant, et encore moins un peuple grand et tragique. Et c'est justement ce qu'a pour but ce génocide planifié par les sionistes envers les Palestiniens.