Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

vendredi 31 juillet 2009

ILES MAURICES, TARIQ RAMADAN,COBAYES, ISLAM, CITOYEN, LAÏCITE,

L'ECHO des MONTAGNES,




dans le légitime but de vous informer, vous livre un article très bien fait qui dit l'essentiel, paru sur htt://st.com.net , concernant TARIQ RAMADAN.

Tariq Ramadan continue à se servir des Mauriciens comme cobayes


À croire que les Mauriciens sont sous un effet hypnotique et ne parviennent toujours pas à comprendre qu’ils n’ont nullement besoin d’un pseudo réformateur qui comprend si peu du contexte musulman spécifiquement mauricien et vient avec une assiduité déconcertante nous balancer ses concepts vides de sens et ses slogans empruntés à ses maîtres de l’occident! Toujours les mêmes accusations contre les Musulmans et la même rhétorique : citoyen-ci, citoyen-ça, son « Islam dans la laïcité », et maintenant, paraît-il, le « Musulman dans la laïcité ». En dépit de sa prochaine neuvième visite dans l’île, nous serions, selon lui, toujours au même point – désorientés et désengagés de nos responsabilités vis-à-vis de l’autre ! Comme d’autres, Tariq Ramadan souffre du syndrome « citoyen » et « laïque » qu’il mélange à toutes les sauces alors que ses initiateurs l’utilisent dans un contexte tout à fait autre!

Il est néanmoins nécessaire de re-définir ces termes de « citoyen » et de « citoyenneté » que certains ne cessent d’utiliser comme cheval de bataille à tout bout de champ afin que les Mauriciens francophones comprennent de quoi il s’agit au juste. Quand on parle de la citoyenneté du citoyen, le terme évoque l’identité nationale ou la nationalité du citoyen comme reconnu sous nos lois. Un citoyen mauricen, par naissance ou adoption, détiendrait un passeport mauricien qui est aussi une pièce d’identité. Certains peuvent aussi bien détenir plusieurs citoyennetés (citizenship et non ‘citizenshipness’). Par exemple, un Mauricien peut être citoyen britannique et mauricien en même temps, soit, il peut détenir une double nationalité d’après les lois et les accords entre les deux pays.


Par ailleurs, la « citoyenneté » de la philosophie des Années Lumières européennes [1745 - 1785] n’a rien à voir avec le citoyen dont la nationalité est reconnue sous les lois d’un pays, voir citoyen russe, citoyen anglais, citoyen égyptien, etc. Cette philosophie prêche une citoyenneté qui est inexorablement liée à la politique de la laïcité, une exception française qui sépare l’Église catholique de l’État français et adoptée par la République française après la révolution de 1789. La laïcité ne reconnaît au niveau de l’État ni religion, ni race, ni culture, ni communauté. C’est un concept intégrateur. Alors, les Français parlent de ‘solution citoyenne’, ‘approche citoyenne’, ‘engagement citoyen’, l’Islam citoyen’. C’est une citoyenneté purement politique et philosophique qui, dans son application, cherche à intégrer et à assimiler les minorités dans la majorité de souche française.

Donc, cette citoyenneté raciste et rétrograde a été importée à Maurice et certains veulent à tout prix l’imposer sur les Mauriciens à travers une propagande mensongère et un endoctrinement radical. La « citoyenneté laïque » est rétrograde par rapport au citoyen de Maurice qui baigne dans le pluriculturalisme. La nationalité (ou citoyenneté) mauricienne est au-dessus de la propagande laïque qui n’a rien à voir avec l’identité du Mauricien. Bien au contraire, la laïcité en France tente de détruire l’identité non-européenne. Si on cherche vraiment à adopter cette laïcité raciste à Maurice, cela équivaudrait à intégrer et à assimiler le citoyen mauricien dans la communauté dite majoritaire. À rappeler que le concept de la Séparation de l’Église de l’État a été adapté pour inclure le Mandir et la Mosquée. Malgré que l’hindouisme n’a jamais été la religion officielle à Maurice comme le catholicisme l’était en France, si les Mauriciens veulent adopter cette politique, ils devraient parler de la « Séparation du Mandir de l’État » car les Hindous sont majoritaires tout comme les Catholiques le furent en France. Conséquemment, tout comme la femme musulmane en France n’a pas le droit de porter un hijaab ou un jilbaab, la femme catholique ou musulmane à Maurice n’aura plus le droit de porter une jupe courte, un fichu, un crucifix ou un jilbaab, car elle devra s’intégrer et s’assimiler de force comme l’ordonne la « laïcité citoyenne » ou la « citoyenneté laïque ».

Il est tout à fait inacceptable que l’islamologue musulman, Tariq Ramadan, citoyen suisse d’origine nord-africaine, vienne s’ingérer dans les affaires internes, religieuses et spirituelles de Maurice en prétendant apprendre aux Mauriciens quelle devrait être le fondement de leur citoyenneté ou aux citoyens mauriciens de foi islamique comment « Se préparer pour le mois du Ramadan ». Un bon Musulman ne tourne pas le dos à ses parents, à sa famille, à son Alim et à son Imam, au Saint Qur’an et aux Ahadith pour apprendre comment se préparer pour le mois sacré du Ramadan d’un agent européen formé dans la pensée nietzschéenne ! On se demande comment les Mauriciens musulmans et d’autres se sont-ils préparés pour affronter le mois sacré du Ramadan pendant des siècles sans Monsieur Tariq Ramadan ! Étant donné que ce monsieur cible les jeunes, c’est une recette pour provoquer l’éclatement du foyer musulman. Je répète que l’islamologie est une invention européenne et non une science islamique. Le gouvernement mauricien a tort de continuer à autoriser l’importation de cette politique perverse à Maurice. Quand une association mauricienne s’identifie comme « Muslim Citizen Council », cela ne peut que confirmer cette perversion pour la bonne et simple raison qu’il ne peut y avoir de ‘Muslim Citizen’, de ‘Catholic Citizen’, de ‘Hindu Citizen’ ou de ‘Atheist Citizen’ à Maurice. Par contre, il existe bien des citoyens mauriciens de foi islamique, catholique ou hindou.

Il est triste de constater qu’on nous parle sans cesse de cet « islamologue » qui se veut le cerveau par excellence de « la réforme de l’Islam » ! Ce prétentieux veut réformer ce que, selon la foi islamique, Dieu Lui-même a dit avoir perfectionné ! Mais, où sont donc passés tous les ‘catholicologues’ et les ‘hindouologues’ ? Les Musulmans de Maurice, sont-ils si arriérés ? Ou, est-ce le jeu infecte d’une minorité d’affairistes qui tentent d’imposer cette idéologie sur les Musulmans ? Pourquoi ce va-et-vient si fréquent de Tariq Ramadan, sa 9ème visite en 14 ans étant prévue pour le 31 juillet 2009. Est-ce une indication que les Mauriciens sont si bêtes que le penseur suisse croit qu’il est si indispensable pour leur enseigner avec autant d’assiduité comment penser et raisonner, à sa manière, bien sûr. Cela ressemble étrangement à un endoctrinement. On sait parfaitement bien que Tariq Ramadan et ses complices se servent de Maurice comme « laboratoire » et des Mauriciens comme cobayes (guinea pigs). La valse médiatique a déjà commencé pour préparer les esprits. Mais, au lieu de nous dresser un bilan de ce qu’il a accompli au bénéfice des Mauriciens, il ne fait qu’exhorter, haranguer et accuser.

Qui dit « Mauricien » dit identité ou citoyenneté nationale, détenteur d’un passeport mauricien, ce qui n’a rien à voir avec cette monstruosité qu’est la laïcité d’importation française. Un Mauricien ne peut exister dans un vacuum et ses droits et son identité religieuse et ethnique sont reconnus au plus haut niveau de l’État et ne peuvent être englouties sous une quelconque notion philosophique et barbare de la citoyenneté. Tariq Ramadan n’a nulle compétence pour enseigner aux citoyens mauriciens ni leur identité nationale et ni leur pluriculture. Qu’il dissémine son islamologie de pacotille ailleurs au lieu de jalonner Maurice pour empoisonner les esprits. Les ‘associations’ qui invitent si régulièrement Tariq Ramadan, avaient-ils invité, par exemple, le regretté Sheikh Ahmed Deedat de l’Afrique du Sud ou le Dr Zakir Naik de l’Hindoustan, des experts en Islam et en religions comparatives bien plus proches de leurs peuples et du savoir vivre mauricien ?

En tant qu’invité du gouvernement impérialiste britannique, et employé à l’Université d’Oxford, Tariq Ramadan est incapable de dénoncer l’injustice contre les Musulmans en Grande Bretagne et de demander la libération des innocents qui sont incarcérés en raison des erreurs judiciaires. Par contre, il se bat pour regagner son visa révoqué pour les États-Unis parce qu’il se croit indispensable in situ, visa qu’il aura sûrement en temps et lieu. Après tout, ne défend-il pas les valeurs européennes, séculières et laïques.


M Rafic Soormally
Londres
Mercredi, 29 juillet 2009