Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

samedi 10 octobre 2009

ROMAN POLANSKI, EXTRADITION, LOS ANGELES, JUSTICE, PEDOPHILIE





L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous fait savoir que ROMAN POLANSKI sera extradé vers l'état de CALIFORNIE.

En effet

La Californie devrait rejeter l'appel de Polanski

LOS ANGELES | Le procureur général de Los Angeles a déclaré vendredi que l’appel déposé en Californie par le réalisateur Roman Polanski, arrêté en Suisse le 26 septembre, devrait être rejeté et qu’aucun «exposé des moyens devant le tribunal» ne devrait se tenir.




La requête avait été faite en réponse à une lettre des avocats du cinéaste, adressée à la cour d’appel en début de semaine et demandant un «exposé accéléré des moyens devant le tribunal». Ses avocats soutenaient que la justice californienne ne devrait pas chercher à extrader Roman Polanski de Suisse, parce qu’il avait déjà purgé sa peine pour avoir eu des relations sexuelles avec une mineure en 1977.

Les procureurs ont expliqué que la seule question en suspens, avant qu’il comparaisse devant le tribunal, était de savoir s’il y aurait une audience, sans que Roman Polanski soit présent, pour examiner sa demande d’annuler les accusations retenues contre lui. Mais maintenant qu’il a été arrêté et fait l’objet d’un mandat d’extradition, cette question est sans importance, ont-ils ajouté.

Alors âgé de 44 ans, Roman Polanski est accusé d’avoir abusé de Samantha Geimer, âgée de 13 ans au moment des faits, lors d’une séance photo en 1977 dans une villa de Los Angeles. Le cinéaste est soupçonné d’avoir fait boire au préalable à sa victime du champagne accompagné de Quaalude, un sédatif très en vogue en Amérique du Nord dans les années 70.

Six chefs d’inculpation ont été initialement été retenus contre le réalisateur, dont viol avec usage de médicaments et agression sexuelle sur mineure.

Roman Polanski a plaidé coupable en 1977 de relation sexuelle avec une mineure. Le réalisateur est sorti de prison après 42 jours, suite à un rapport d’expertise le jugeant sain d’esprit et non susceptible de récidive. Mais le juge, aujourd’hui décédé, était revenu sur l’accord de plaider-coupable négocié avec ses avocats et voulait le condamner à une peine plus lourde.

Roman Polanski, aujourd’hui âgé de 75 ans, s’était alors enfui en Europe fin janvier 1978. La justice californienne le considère depuis cette date comme un «criminel condamné» et un «fugitif». Elle a émis un mandat d’arrêt international, en vertu duquel le réalisateur de «Rosemary’s Baby», «Chinatown», «Tess» et «Le pianiste» (Palme d’or à Cannes en 2002) a été arrêté à son arrivée à Zurich, où il devait recevoir une récompense pour sa carrière, lors d’un festival de cinéma.


Il est incarcéré en Suisse en attendant l’examen de son dossier, une décision n’étant pas attendue avant «plusieurs semaines», selon la justice suisse. Mariée et mère de famille, Samantha Geimer, 46 ans, souhaite depuis longtemps que la justice américaine classe l’affaire, expliquant avoir pardonné à Roman Polanski.