Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

lundi 1 mars 2010

DICTATURE, DEMOCRATIE, DEPUTE, GRECE, FRANCE, FRANC-MACON

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, ce qui est un droit constitutionnel et internationnal, vous proclame que nous vivons sous la "DICTATURE de la DEMOCRATIE", selon les Protocoles de TORONTO.




Dans cette dictature démocratique, ceux sont les francs-maçons, du moins ceux oublieux de leurs idéaux, qui en profitent.

Preuve en est le dossier suivant:

Introduction faite par un ami:

Plus vous fouillerez, plus vous découvrirez que la dérive affairiste mafieuse est quasiment installée partout parmi les haut dirigeants.
Le problème c'est qu'on a du mal à croire que toutes les démocraties ne sont plus que des leurres.
Jusqu'à l'effondrement comme en Grèce on fera croire aux gens que la France est encore un pays de droit.
Les institutions de la France comme ailleurs sont sous contrôle mafieux quasi total de l'affairisme franc-maçon qui pistonne un peu partout ses pions.
Regardez en France, deux commissions d'enquêtes parlementaires sur la justice mettent en évidences les dérapages qui sont généralisés. Elles n'ont été suivies d'aucune réforme ni sanctions tellement le système est verrouillé comme une dictature
Les rares parlementaires résistants sont très vites muselés par les autres Béni-OUI-OUI spécialement choisi comme tous les francs-maçons pour leurs capacités de soumission et leurs aptitudes à accepter la corruption.
Quand on laisse prospérer d'énormes trusts, il ne faut pas s'étonner si un jour ils abusent de leurs pouvoirs financiers colossaux.
La seule solution refaire1789, le peuple doit reprendre ce qu'on lui a volé et limiter fortement l 'entrée massif de fonds étrangers qui achètent tout dans notre pays!

La preuve: nos élus, du moins ceux oublieux de leurs idéaux!

La dilapidation de l'argent public par les élus.Champagne, Caviar et Foie gras...Bon appétit aux électeurs!

inv

Yvan Stefanovitch, journaliste d’investigation vient d’en faire un livre : « la caste des 500, enquête sur les Princes de la République » (éditions j.c Lattes 2010) .
La France compte 5 millions de fonctionnaires.


Parmi ceux-ci se trouvent 15 000 privilégiés de la République, hauts fonctionnaires diplômés pour la plupart de l’ENA.


Cette « noblesse d’état » outre des salaires allant de 6000 à 45000 euros par mois, à en supplément accès à quelques avantages de taille : appartement de fonction, voiture, et bien sûr des primes comme s’il en pleuvait.


Extrait :
« Prenons l’exemple de l’inspection des finances, c’est-à-dire 400 hauts fonctionnaires qui trustent des postes à l’Elysée, à Matignon et en disponibilité à BNP/Paribas…ce mélange de l’élite public/privé a commencé au début du 19ème siècle lors de la création des grands corps administratifs sous la monarchie constitutionnelle ».


Au Senat, ils sont 1220 fonctionnaires et nous coûtent 300 millions par an.
Leurs avantages sont nombreux : le whisky est à 50 cts d’euros, le travail ne dure que 32 heures par semaines, et le salaire minimum est fixé à 2300 euros par mois.


Les primes de nuit doublent votre salaire à partir de 19h, redoublent à minuit, et triplent à 4h du matin.


Certains de ces fonctionnaires bénéficient d’appartement de fonction, dont les fenêtres s’ouvrent sur le jardin de Luxembourg, loyer bloqué à 600 euros mensuels, parking et charges comprises.


Depuis dix ans, en France, la progression annuelle de leur pouvoir d’achat est plus de deux fois supérieure dans le public que dans le privé.


Alors qu’aux USA, en Grande Bretagne, en Allemagne, en Espagne ou Italie, les rémunérations des fonctionnaires sont inférieures de 20 à 25% à celles du privé.


Pour les fonctionnaires du conseil européen, c’est le même constat, les salaires flambent.


De plus, la revalorisation salariale de ceux-ci avaient été décidé à 1,85%, mais Bruxelles n’en a pas tenu compte, et à décidé qu’elle serait de 3,7%, provoquant la colère de la commission européenne.


Quand l’on sait que Barroso, et van Rompuy gagnent 304 000 euros net par an, c’est-à-dire plus que le président Obama, on comprend la colère de la commission.


Pour les élus, ceux que l’on nomme « les cumulards », c’est carton plein :
A l’Assemblée Nationale ils sont 288, 128 au Sénat, 26 euros députés, 9 anciens premiers ministres, 2 ex-présidents de la république, et une vingtaine d’ex-ministres.


Pour faire bonne mesure, il faut y ajouter la moitié des présidents de Conseil Généraux, et Régionaux, ce qui fait près de 500 personnes.


La plupart d’entre eux reçoit mensuellement plus de 24 000 euros, et ils ne sont imposés que sur la moitié de leurs gains.


Il suffit à un député de faire un seul mandat de 5 ans pour toucher à sa retraite 1548 € mensuels et s’il tient 10 ans il aura le double.


En tête, on y trouve nos deux anciens présidents de la République : 30 800 euros mensuels pour Jacques Chirac (détail : 5250 € (retraite président de la république), 5031 € (député), 3500 € (cour des comptes), 5000 € (conseil général, mairie de paris), et 12 000 € (conseil constitutionnel) et 29 000 € pour VGE.


Pour faire bonne mesure, ils ont tous voiture(s), appartement, transport, téléphone…


Malgré ces avantages appréciables, la plupart de ces élus pratiquent un absentéisme quasi professionnel, tel le sénateur Daniel Percheron qui n’a pris la parole en public que 5 fois depuis 2003.


Les records de l’absentéisme sont tenus par les députés européens, ce qui ne les empêche pas de recevoir 28 000 euros mensuels pour 6 jours de travail par mois.
Du côté de la diplomatie, c’est aussi le pactole.


Sur 157 ambassadeurs, 43 gagnent au moins 22500 euros par mois.
Et tout çà, c’est une particularité française.


A se demander parfois ce qu’il reste des évènements de 1789 ?
Ils ont un privilège qui n’existe nulle part ailleurs : celui d’aller travailler jusqu’à 12 ans dans le privé, avant de revenir « pantoufler » dans le public.


Aux USA, un haut fonctionnaire élu doit immédiatement démissionner de la fonction publique.


En France, s’ils sont battus à une élection, ils peuvent reprendre tranquillement leur habit de fonctionnaire.


Le moins qu’on puisse dire, c’est que nos élus sont « décomplexés ».


On se souvient de cette photo ou Angela Merkel, lors de la commémoration de la chute du mur, tenait elle-même son parapluie, alors que Sarkozy avait un employé pour le lui tenir. François Morel en a fait un sketch.


Les exemples sont nombreux.


Mr Schweitzer, ancien PDG de Renault touche sa retraite à ce titre, mais il y ajoute celle d’ancien inspecteur des finances (4500 euros par mois), et une indemnité d’environ 7000 euros mensuels en tant que directeur de la Halde (haute autorité gouvernementale de la lutte contre les discriminations ! )(çà ne s’invente pas !)
Depuis une trentaine d’années, ces privilégiés échappent à tout contrôle et font ce qu’ils veulent dans leurs fonctions. Ils ont pouvoir quasi monarchique.


Il faut rappeler que le cumul est interdit dans les autres pays riches et démocratiques. Ici, ils ont le pouvoir et l’argent. C’est une autre exception française.
Aujourd’hui, 81% des sénateurs et 85% des députés cumulent le mandat parlementaire avec le mandat local. 416 parlementaires, 12 eurodéputés et 24 ministres et secrétaires d’Etat sur 38 exercent aussi un mandat exécutif local.
A commencer par François Fillon lui-même qui est président de la communauté des communes de Sablé-sur-Sarthe.


A chaque élection, ces professionnels de la politique mettent tout en œuvre pour conserver leurs mandats et en gagner d’autres.


Qui plus est, ces cumulards sont issus (à plus de 50%) de la fonction publique.
Mais à tout seigneur tout honneur, il est temps d’évoquer le statut de notre salarié présidentiel.


Lorsqu’il prendra sa retraite, il va toucher 4000 € (en tant qu’ancien député), 5250 (président), 2000 € (mandats locaux) et 12 000 (conseil constitutionnel) soit 23250 €, loin devant Fillon qui n’aura que 8000 €.


Tout çà fait plutôt mauvais genre dans une France qui n’en finit pas de souffrir.
Roger Santini avait pourtant annoncé il y a 6 mois une réforme de ce régime, mais on attend toujours…


En octobre 2007, les parlementaires avaient dit tout le mal qu’ils pensaient de cette réforme.


Vous pourrez toujours signer la pétition pour réclamer la réforme du régime de retraite des élus.


Mais comme disait mon vieil ami africain : « à force de recevoir des crachats, on finit par être mouillé ».
______________________

LES REGIONS GASPILLENT 3 MILLIARDS D'EUROS PAR AN, AU MOINS!

Un livre édifiant à lire avant de voter:
Régions, le grand gaspi. De Robert Colonna d'Istria et Yvan Stefanovitch, Ed. du Rocher, février 2010.


En conclusion: Presque tous les élus (du moins ceux oublieux de leurs idéaux) sont maçons sataniques pervers.




Une main de fer a saisi l'Europe - Nigel Farage
envoyé par kevinz1985. - L\'info video en direct.