Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

jeudi 6 mai 2010

ANTISEMITISME, CRIME, PERMIS DE TUER, PARTI ANTISIONISTE, YAHIA GOUASMI, SAÏD BOURARACH, CRIF

L'ÉCHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, ce qui est un droit constitutionnel et international, continue sa lutte contre le colonialisme sioniste de part le monde!

Pour la liberté d'expression et de la presse, clic sur le lien suivant:


PRESSE, LIBERTE D'EXPRESSION, AMIANTE, FREDERIC BERGER, MICHEL LANGINIEUX, RENE HOFFER, GENDARMERIE, JUSTICE, FRANC-MACON, SAVOIE, CORSE, TRAITE ANNEXION, GUY BEART, LA VERITE




L’antisémitisme : permission de tuer (suite)

Il y a crime et crime…
Tout le monde se souvient de l’agression suivie de la mort de M. Saïd Bourarach,
attaqué par six individus appartenant à la communauté juive de France.
Spontanément, tous les citoyens indignés par ce meurtre ont manifestés leur compassion et leur solidarité à la famille du défunt. Les médias officiels (c'est-à-dire, sous la coupe du lobby sioniste) n’ont pas pu faire autrement que d’évoquer ce drame. Très vite, certains (élus locaux, hommes politiques...) se sont empressés, avant toute enquête, de refuser de reconnaître à ce crime, tout caractère raciste se gardant bien de préciser l’appartenance communautaire de la victime et du ou de ses assassins.

Le Parti Anti Sioniste s’est immédiatement rapproché de la famille de M. Saïd
Bourarach pour lui présenter ses condoléances. A cette occasion, nous avons mentionné le « deux poids deux mesures » qui, une fois de plus, a accompagné ce drame : le réduire avant toute investigation à un simple fait divers en lui enlevant, à priori, tout caractère xénophobe ou raciste.

La pratique systématique du « deux poids deux mesure » par le lobby sioniste et
par son gouvernement en France vient de nous être donnée, il y a quelques jours.
Selon l’AFP, deux hommes armés de couteaux et de barres de fer ont agressé le
30/04/2010, à Strasbourg, une personne appartenant à ce que le langage officiel appelle, les « Juifs de France ». Immédiatement, le Ministre de l’Intérieur, M. Brice Hortefeux, a adressé sa « solidarité et son soutien », par écrit, à M. Joël Mergui, Président du Consistoire central et à M. Richard Prasquier, Président du CRIF, les assurant « avoir immédiatement demandé à ses services de tout faire pour identifier et arrêter les agresseurs ». Selon les services de police, il pourrait s’agir de l’acte d’un déséquilibré.

Pourtant, un responsable strasbourgeois du CRIF a assuré qu’il s’agissait « bien d’une
agression antisémite ».

Quelques remarques évidentes sont ici à formuler :
- Pour le meurtre du Français musulman Saïd Bourarach, qu’a dit M. Brice
Hortefeux ? RIEN.
- Pourquoi un tel silence ?
Parce que Saïd Bourarach n’est pas soutenu par le CRIF et le lobby sioniste ?
- Parce que le meurtre d’un Français musulman est un « fait divers » et qu’une
agression contre un membre d’une certaine autre communauté est, forcément, avant toute enquête, un acte raciste, antisémite.
- Parce que, tout simplement, le lobby sioniste est au pouvoir grâce à M. Sarkozy
et à son gouvernement, alors qu’un Français musulman appartient à une communauté tout juste bonne à être stigmatisée.
Voilà une démonstration concrète, par l’exemple, de ce que nous appelons le
« deux poids deux mesures », une illustration de la mainmise par le lobby sioniste sur le gouvernement de la France. Il est à observer que cette différence de traitement n’est jamais évoquée par les partis politiques du Système, sans exception. Ils sont tous, à des degrés divers, aux ordres de ce lobby. Il est curieux de constater combien ils deviennent aveugles et sourds, dès que cette question est abordée.

C’est précisément pour dénoncer et combattre ce lobby sioniste qui étouffe la
France, que le Parti Anti Sioniste a été fondé.
Que les Français de toute origine réfléchissent : apparemment, tous les crimes ne
présentent pas le même intérêt, ni le même traitement politico-médiatique, selon qu’il y a le CRIF ou pas…
Bien-sûr, ce n’est plus tout à fait pareil !
Le Président,
M. Yahia Gouasmi