Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

mercredi 9 juin 2010

AMIANTE, MICHEL LANGINIEUX, , SENATEUR, DEPUTE, JUGE, CORRUPTION, GENOCIDE, MICHEL LANGINIEUX, FREDERIC BERGER


L'ÉCHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, ce qui est un droit constitutionnel et international, continue sa lutte contre les RESPONSABLES sionistes maçonniques sataniques pervers, tels les députés, sénateurs, ministres, juges, présidents de la république française, responsables d'assassinat de milliers de personnes par l'amiante!

L'AMIANTE TUE!

.Votre rédacteur en chef aura du travail pour vider la poubelle du scandale de l'amiante, révélée et combattue par MICHEL LANGINIEUX.


Pour mémoire clic sur les articles déjà réalisé sur l'amiante:


AMIANTE, ASSURANCES, JUSTICE, BANQUE, MICHEL LANGINIEUX, , LA SORBONNE, CANCER, GENDARMERIE, TURIN

et

AMIANTE, SORBONNE, NICOLAS SARKOSY, PEINE DE MORT, SIONISTE

et


AMIANTE, CENSIER, PEINE DE MORT, FRANCS-MACONS, POLITIQUE DE VIE, GOUVERNEMENT, FACULTE EN FRANCE



Clic sur le lien ci-dessous pour se rappeler la liberté d'expression:

LIBERTE d'EXPRESSION, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER, CENSURE, SAVOIE, CORSE, TRAITE ANNEXION, GENDARMERIE, JUSTICE, COLUCHE, RESTO DU COEUR,

L'ECHO des MONTAGNES a assez de preuves en mains pour demander la criminalisation du dossier amiante. Votre journal a déjà porté plainte pour assassinat et génocide contre les responsables, juges notamment, auprès de la justice française et internationale.

Voyons "Les Rapports du Sénat" n° 37 : 2005-2006.

Le 2 février 2005, le Sénat autorise la création d'une mission d'information commune pour établir le bilan et les conséquences de la contamination par amiante.
Dissimulations, tricheries, négligences, âpreté au gain, chiffres, dates,réglementations, toute cette tragédie publiée sur deux tomes :
La responsabilité des employeurs. La responsabilité de l'Etat. La responsabilité pénale.

Sur cent ans, pas un Sénateur n'a porté plainte. Pas un des experts questionnés, donc impliqués. Sur une centaine des élites concernées par le sujet et la mission du Sénat - au courant, spécialisées -personne n'a levé le petit doigt depuis 5 ans.

L'indifférence, la passivité, l'ampleur du drame sanitaire, les dépenses, les risques toujours présents, le nombre considérable de décés passés et à venir, tout y est dit, expliqué, dénoncé.
Sur la courbe des pathologies malignes dues à l'exposition toujours ascendante, les scientifiques jugent l'épidémie à venir inéluctable, irréversible.
Les retards pris par notre pays pour mettre en oeuvre les premières mesures de prévention demeurent incompréhensibles : la Grande Bretagne avait édicté ses premières règlementation dès 1931 !

C'est donc 46 ans après le Royaume-Uni que la France prend, à sa façon, les premières mesures de précaution.

Trois dates jalonnent l'usage massif qui a été fait ou qui est encore fait de ce matériau, dans les filatures, la sidérurgie, la réparation et la construction navale ; pour calorifuger les fours, chaudières, chauffes-eaux, équipements frigorifiques, navires, matériel ferrovière ; pour protéger contre l'incendie les structures métalliques
des constructions; pour étanchéifier et coller les revêtements au sol, les cloisons intérieures ; pour isoler, fabriquer des faux-plafonds, portes coupe-feu, et répondre à l'explosion démographique dans l'enseignement secondaire, les Facs, les bâtiments hospitaliers et de l'assistance publique.

Trois dates face à la gestion du problème de l'amiante défaillante en France qui va déboucher sur un dossier pénal qui pourra être le plus important du siècle, comme le montre déjà l'exemple des Etats-Unis.

Voici les trois dates :

12 juin 1883. Loi pour la précaution contre les poussières industrielles : "L'Etat se doit de protéger".

Introduction de la Constitution en 1946 : "La Nation se doit de protéger".

1951. Arrivée sur le marché national et international, des matériaux de substitution sans amiante, moins onéreux : les procédés Blandin. Véritable cadeau pour l'humanité qui ont permis de protéger des centaines de milliers de personnes. Mais en vain.

L'acharnement à perpétuer "l'homicide volontaire avec intention de poursuite" prit automatiquement place, malgré les ordonnances des tableaux 25 (fibrose) et 30 (asbestose) comme maladies professionnelles en 1945 et 1950.

"Je m'en foutisme". Immobilisme. Désir immodéré du PLUS, PLUS, PLUS.
Vivacité vorace avec laquelle ce désir s'impose, entièrement repu.
L'Etat du "MOI D'ABORD".
L'Etat du "MOI JE".

Tout fut nié depuis 117 ans : loi, rigueur, bon sens, respect, recul, distinctions, fraternité.
Le bestial a fait foi. L'Etat responsable a trahi l'ensemble de ses concitoyens d'un bloc.

Les élus se servent, avant de nous servir! Les élus se servent, sans jamais nous servir.

Suite prochainement........avec des révélations chocs!

N'oubliez jamais que les industriels de l'amiante sont milliardaires et qu'ils ont trouvé refuge dans des paradis fiscaux et juridiques, donc l'arme du pauvre sera le boycott:




C.Q.F.D.