Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

vendredi 2 juillet 2010

LILIANE BETTENCOURT, ERIC WOERTH, FLORENCE BETTENCOURT, PATRICK DEVEDJIAN, NICOLAS SARKOSY, GENEVE, UBS, PIERRE CONDAMIN GERBIER



L'ÉCHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, ce qui est un droit constitutionnel et international, continue sa lutte contre les politichiens sionistes et francs-maçons, du moins ceux oublieux de leurs idéaux.Eric WOERTH doit démissionner ainsi que PATRICK DEVEDJIAN et bien sur NICOLAS SARKOSY.




Votre rédacteur, Frédéric BERGER, en chef aura du travail pour vider la poubelle des politichiens sionistes - francs-maçons, oublieux de leurs idéaux!

LIBERTE d'EXPRESSION, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER, CENSURE, SAVOIE, CORSE, TRAITE ANNEXION, GENDARMERIE, JUSTICE, COLUCHE, RESTO DU COEUR,

L'ECHO DES MONTAGNES vous a déjà parlé de l'affaire BETTONCOURTGATE.

Voir:


EVA JOLY, ERIC WOERTH, NICOLAS SARKOSY,BETTENCOURTGATE , LILIANE BETTENCOURT, MARC TREVIDIC, KARACHI, ELYSEE,


et aussi

NICOLAS SARKOSY, ERIC WOERTH, FLORENCCE WOERTH, PATRICK DEVEDJIAN, NUILLY, CLYMENE, DE MAISTRE, L'OREAL, PHILLE GAUCHER, UBS,



Le BETTENCOURTGATE se transforme-t-il en GENEVAGATE?????

Au fur et à mesure des révélations entourant la fortune de Liliane Bettencourt et des écoutes – si elles sont authentiques – révélant un véritable montage financier d’évasion fiscale, les langues se délient à Genève.

Et pour cause! Les gérants de fortune de la place financière genevoise n’en veulent pas tellement à l’héritière de L’Oréal, qui pèse quelque 16 milliards d’euros, grâce aux 31% d’actions qu’elle détient dans le groupe cosmétique et aux 3% qu’elle contrôle chez Nestlé, faisant d’elle la plus importante actionnaire de la multinationale. Ils en veulent à Eric Woerth, aujourd’hui ministre français du Travail, mais qui fut, il y a quelques mois encore ministre du Budget, n’hésitant pas à brandir la liste des 3000 noms de citoyens français volée par Hervé Falciani en 2009 chez HSBC Private Bank (Suisse) à Genève.

Un family office central
L’un d’eux, spécialiste des «family offices» (sorte de banques privées pour très grandes fortunes), tempête: «Eric Woerth, qui avait fait de l’évasion fiscale sa priorité, nous a longtemps fustigés comme les ennemis numéro un. C’est lui aussi qui, avec Peer Steinbrück, alors ministre allemand de l’Economie, nous a conduits sur la liste grise de l’OCDE, celle des paradis fiscaux non coopératifs. Mais savez-vous que, au même moment, sa femme, Florence, l’une des gérantes de fortune de Liliane Bettencourt, était vue très souvent dans le «family office» de la milliardaire française, qui se situe à deux pas de l’Hôtel d’Angleterre?»

Cette entité de gestion de fortune genevoise fait partie de la holding Téthys, qui gère les actifs de l’héritière, à savoir principalement les dividendes de son paquet d’actions chez L’Oréal et chez Nestlé, ainsi que ses biens immobiliers. Elle travaille main dans la main, mais depuis la Suisse (!), avec la société financière française Clymène, dirigée par l’homme de confiance Patrice de Maistre et employeur, depuis 2007, de Florence Woerth, épouse de l’ex-ministre du Budget.

Et notre financier fâché d’ajouter: «Eric Woerth, durant ces deux dernières années, ne pouvait pas ignorer que sa femme se trouvait très régulièrement à Genève.»

Les enregistrements illicites faits par l’ex-maître d’hôtel de Liliane Bettencourt ont déjà mis au jour deux comptes bancaires, l’un à Vevey, de 65 millions d’euros, l’autre à Genève, de quelque 16 millions d’euros. Ces deux comptes sont tellement réels que Liliane Bettencourt et son gérant de fortune Patrice de Maistre les ont déplacés en avril dernier. En 2009 et en 2010, le directeur de la société financière Clymène a donc fait, de son propre aveu, de très nombreux allers-retours à Genève et dans l’arc lémanique, pour «qu’on enlève ces comptes».

280 millions d’euros transférés
Autre fait avéré des liens entre Clymène et Genève est le transfert, il y a deux ans, de 280 millions d’euros des comptes français de Liliane Bettencourt chez UBS Genève. Enfin, selon des documents publiés cette semaine par l’hebdomadaire Marianne, il s’avère que la fortune déclarée en 2007 dans l’Hexagone par l’héritière de L’Oréal et ses gérants s’élevait à 2,2 milliards d’euros pour une imposition de 40 millions d’euros.

Enfin, en tant que trésorier de l’UMP, Eric Woerth, lui aussi, connaît visiblement passablement bien la route qui conduit à Genève, chez un autre de ses amis, Pierre Condamin Gerbier, responsable de l’UMP à Genève, gérant de fortune et ardent défenseur des «family offices». C’est ce dernier qui s’est chargé, notamment, d’organiser le dîner de gala au Crowne Plaza, puis au Caviar House, avec les plus grandes fortunes françaises exilées en Suisse romande, en mars 2007, lorsque Woerth était venu collecter des fonds pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

Or, comme le confiait un autre banquier genevois, lui aussi extrêmement courroucé, au Matin Dimanche en septembre 2009, «Eric Woerth ne cherchait pas alors à savoir si les chèques qu’on lui remettait étaient prélevés sur des comptes suisses non déclarés au fisc français». La collecte finale avait rapporté, en tout, plus de 7 millions d’euros.


Le photographe François-Marie Banier aimait aussi le Léman

François-Marie Banier, le photographe proche de Liliane Bettencourt et dont le procès a commencé hier, avait lui aussi beaucoup d’affinités pour la discrétion et le savoir-faire de la place financière genevoise.

Les fameux enregistrements révèlent ainsi l’existence d’une île mystérieuse dans les Seychelles, baptisée Arros, dont François-Marie était tombé visiblement amoureux et dont il avait convaincu son amie milliardaire d’en faire l’acquisition en 1999. Précédemment, cette île appartenait au prince iranien Shahram. Liliane, née Schueller, s’y rendait alors avec son mari, André Bettencourt, qui, lui, ne semblait guère goûter la compagnie de Banier et de ses amis.

Il y a «trois ou quatre ans», selon les dires du gérant de fortune de Maistre, Liliane Bettencourt aurait fait cadeau de cette île à son photographe préféré, ainsi que d’une somme de 200 millions d’euros «pour son entretien». Or, même si l’héritière ne s’en souvient plus, il se trouve que François-Marie Banier a créé une fondation avec l’aide d’un grand avocat d’affaires genevois, domiciliée au Liechtenstein. Cette fondation est désormais officiellement propriétaire de l’île d’Arros (2 km²), d’une valeur de quelque 300 millions d’euros. Officieusement, comme le démontrent les enregistrements, François-Marie est aujourd’hui le vrai propriétaire de cet «endroit idyllique». François-Marie Banier sera contrôlé fiscalement, pour avoir été pris dans la fameuse liste liechtensteinoise d’évadés fiscaux, volée en janvier 2008 à la banque LGT.

Il faut croire qu'ERIC WOERTH ne savait pas où son épouse FLORENCE couchait, lorsqu'elle allait à GENEVE!
Eric Woerth, excellent alpiniste capable de gravir n'importe quel sommet, devrait savoir que ça ne fonctionne pas. Il était en effet à la fin des années 1990 directeur associé en FRANCE D4arthur andersen, le cabinet d’audit englouti en 2002 par l’affaire Enron… justement parce que la muraille de Chine entre les activités d’audit et de conseil n’avait pas été respectée aux Etats-Unis. Le scandale ENRON est le suivant: en fait de modèle économique, l'entreprise gonflait artificiellement ses profits tout en masquant ses déficits en utilisant une multitude de sociétés écrans et en falsifiant ses comptes. Le but était, ni plus ni moins, de gonfler la valeur boursière! Et de 2!
Eric WOERTH va nous dire qu'il ne connait pas PIERRE CONDAMIN GERBIER, alors qu'ils se voyaient régulièrement à GENEVE, NEUFCHATEL et BERNE.
Qui est PIERRE CONDAMIN GERBIER:



Arrête ERIC de nous BERNER et démissionne si tu es un homme d'honneur!