Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

mercredi 18 août 2010

PARTI ANTISIONISTE, YAHIA GOUASMI, NICOLAS SARKOSY, UMP, ERIC WOERTH, CHRISTINE LAGARDE, FINUL, PALESTINE, IRAN, GRENOBLE, ROM, BRICE HORTEFEUX,

L'ÉCHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, ce qui est un droit constitutionnel et international, continue sa lutte contre les politichiens mondiaux sionistes-francs-maçons-sataniques, du moins ceux oublieux de leurs idéaux !

ISBN :22191

ISSN :12996769


L'E.D.M", journal d'investigation par Frédéric BERGER !
par Brice-J


Votre rédacteur, Frédéric BERGER, en chef aura du travail pour vider la poubelle des politichiens mondiaux sionistes- francs-maçons,du moins ceux, oublieux de leurs idéaux , notamment dans celle de la sarkozie.

clic sur:

LIBERTE d'EXPRESSION, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER, CENSURE, SAVOIE, CORSE, TRAITE ANNEXION, GENDARMERIE, JUSTICE, COLUCHE, RESTO DU COEUR,

Je vous communique le dernier message de YAHIA GOUASMI, président du parti antisioniste:

Grande-Synthe,
Le 10 août 2010

Voyage en Sarkozie…


En cette période estivale, ceux qui en ont encore les moyens profitent pour partir en vacances
et voyager. La Sarkozie, ce pays qui fut appelé la France à une certaine époque, mérite que l’on s’y
attarde. Avec M. Sarkozy au poste de Président, les curiosités ne manquent pas…

Notre première étape sera l’affaire Woerth-Bettencourt. C’est le feuilleton de l’été, avec
chaque jour ou presque un nouvel épisode. Nous n’allons pas reprendre chacun des faits ayant marqué
cette affaire mais plutôt la résumer. Il existe en France un micro-parti composé d’adhérents fortunés ou
donateurs de l’UMP, dont M. Woerth, ancien ministre du Budget et aujourd’hui ministre du Travail,
était le trésorier il n’y a pas très longtemps. Certains de ces donateurs, très riches, vivent à l’étranger
(Londres, New-York…), et beaucoup utilisent ces paradis fiscaux que M. Sarkozy et M. Woerth
souhaitent voir disparaître. Ces donateurs seraient donc en théorie totalement « désintéressés »,
puisqu’ils financent le parti et les dirigeants qui veulent détruire les paradis fiscaux où est placée leur
fortune ! Fraude fiscale, graves soupçons de trafics d’influence, paralysie d’une justice aux ordres…
Serait-ce la fin d’un règne ?

Cet été a également permis le retour en force du débat sur l’identité nationale. On se souvient
que ce débat, décidé et dirigé par le gouvernement, a surtout eu pour but de stigmatiser la communauté
musulmane de France. Devant l’opposition et l’indifférence des Français, sans parler des dérapages
verbaux aux plus hauts niveaux de l'État, le débat avait tourné court et semblait enterré. Mais à la suite
d’un incident survenu avec les gens du voyage et des troubles dans une banlieue de Grenoble, le débat a
été remis à l’ordre du jour, passant en quelque sorte de la théorie à la pratique.

Voyant sans doute que la stigmatisation des musulmans de France ne faisait pas la recette
escomptée, Sarkozy et le gouvernement ont cru trouver le maillon faible : les Roms et les gens du
voyage. Les Roms, dont on nous parle tant, sont majoritairement des citoyens roumains, hongrois et
slovaques, et donc appartiennent depuis peu à l’Union européenne (l'espace Schengen). Ils ont ainsi le
droit de circuler librement au sein de cet espace, mais ne sont pas autorisés à y travailler. Croyant au
vieux mythe de « La France, pays des droits de l’Homme », ils sont venus chez nous pour fuir les
discriminations et la misère, espérant donner un autre avenir à leurs enfants. Quant aux gens du voyage,
dont le statut est tout à fait légal en France, ils sont majoritairement français. D’ailleurs, beaucoup
d’entre eux ont des ancêtres qui étaient déjà français à une époque où ceux de M. Sarkozy ne l’étaient
pas encore !

Dans un discours prononcé à Grenoble, M. Sarkozy a fait connaître sa volonté de déchoir de
leur nationalité certains Français nés de parents étrangers. Bien entendu, son entourage le plus proche (le
ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux ainsi que certains parlementaires UMP) lui a alors emboîté le
pas : la xénophobie et le racisme, jamais totalement absents, revenaient en force. Dans la foulée, on s’est
empressé d’affirmer ouvertement un lien entre délinquance et immigration. Comme si Eric Zemmour,
qui avait tenu les mêmes propos quelques mois auparavant, avait en fait été missionné pour préparer le
terrain… Tout s’est mis en place pour diviser davantage la communauté nationale, utilisant la vieille
méthode des boucs émissaires et semant la haine entre les communautés…

Évidemment, tout en désignant le maillon faible – les Roms et les gens du voyage – on n’a pas
perdu de vue la principale cible : la communauté musulmane. Ainsi à Nantes, un Français de confession
musulmane (né de parents étrangers), a été placé en garde à vue afin d’établir qu’il était polygame et
qu’il fraudait les services sociaux. Et pendant ce temps, on habitue l’opinion publique française aux
démantèlements de camps de Roms et aux démonstrations policières médiatisées dans une banlieue de
Grenoble. Sans grands résultats dans ce dernier cas, puisque les interpellés ont été relâchés dès le
lendemain, faute de preuves.

La France a ainsi beaucoup changé en peu de temps. Il y a d'abord la volonté de distinguer
plusieurs catégories de Français en fonction de la nationalité de leurs parents, ou en fonction de leur
ancienneté dans la nationalité française. Bien que les plus éminents juristes aient déjà fait savoir qu’une
telle idée serait contraire à la Constitution, un projet de loi est prévu pour la rentrée. Il y a également la
volonté d’habituer l’opinion française aux interventions policières et aux rafles contre certaines
catégories nettement ciblées par le chef de l’État. Comment en effet appeler autrement ce qui est fait aux
Roms ? Par ailleurs, l’expérience nous enseigne qu’après les Roms d’autres catégories pourraient
suivre… Il y a enfin la volonté, en cultivant chaque jour la xénophobie, de faire diversion en essayant de
faire oublier le chômage, la misère galopante, la crise économique (qui n’épargne que les riches
donateurs de l’UMP), et les risques de guerre que court le monde…

Le risque majeur de guerre, situé aujourd’hui au Moyen-Orient (Liban, Syrie, Gaza), est causé
par la volonté d’agression d’Israël contre la République islamique d’Iran. Les États-Unis et la France
dirigée par Sarkozy sont les principaux complices du projet sioniste, à savoir : casser les pays et les
peuples qui ne se soumettent pas à son dictat. Nous citerons par exemple l’installation d’une base
militaire française à Abou Dhabi, face à l’Iran. D'autre part, la FINUL (force d’interposition entre le
Liban et Israël), à laquelle participe la France, ne prend jamais acte des provocations israéliennes envers
le Liban, mais veut perquisitionner les domiciles de citoyens libanais que les services secrets sionistes
ont désignés : le Hezbollah est directement visé. Pour préparer l’opinion publique à une agression
israélienne contre le Liban, la France a également organisé une simulation d’évacuation de
ses ressortissants au Liban…

La France de Sarkozy et l’Union européenne, auxiliaires aux ordres d’Israël, ont pris des
sanctions scandaleuses à l’encontre de la République islamique d’Iran, punissant ouvertement la
population civile iranienne (gels d’avoirs iraniens, embargos sur toute une série de produits dits
stratégiques mais qui ne le sont pas, refus d’atterrissage à des compagnies civiles iraniennes, etc.). Ces
sanctions vont bien au-delà de celles votées par le Conseil de Sécurité, elles-mêmes totalement injustes.
Qui a demandé à la France et à l’Union européenne de prendre ces sanctions ? L’USraël d’Obama et
Netanyahou…

Voici donc le triste tableau de la Sarkozie en ce mois d’août. Scandales en tout genre aux plus
hauts niveaux de l’État, argent insolent qui circule au service de la mafia qui s’est installée au pouvoir…
Dans le même temps, nous observons une recrudescence de la xénophobie (la France est même
dénoncée sur ce sujet par l’ONU !), la stigmatisation de la communauté musulmane, et l’arrogance
envers les faibles et les pauvres, tout cela sur fond de préparatifs de guerres voulus par l’entité sioniste et
son lobby en France. A ce propos, parmi les donateurs de l’UMP et ses bénéficiaires, combien y a-t-il
d’antisionistes ? Aucun, tous soutiennent Israël dans ses crimes et ses agressions… Est-ce un hasard ?

Le Président,
M. Yahia Gouasmi