Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

lundi 2 août 2010

PEDOPHILIE, ISERE, GRENOBLE, FRANC-MACON, GENDARME, JUGE, PROCUREUR, GRENOBLE, MINEURS38



L'ÉCHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, ce qui est un droit constitutionnel et international, continue sa lutte contre les politichiens mondiaux sionistes-francs-maçons-sataniques, du moins ceux oublieux de leurs idéaux!




Votre rédacteur, Frédéric BERGER, en chef aura du travail pour vider la poubelle des politichiens mondiaux sionistes- francs-maçons,du moins ceux, oublieux de leurs idéaux , notamment dans les affaires de pédophilie!

L'ECHO des MONTAGNES vous a déjà parler de ce problème souvent:
clic par exemple sur:


PEDOPHILIE, la FRANCE et une MAMAN et son ENFANT

Dans cette vidéo regardez la censure:

PEDOPHILIE,PEDOCRIMINALITE,CORRUPTION,JUSTICE,GENDARMERIE

et

PEDOPHILIE,LE REVEIL DES MARMOTTES,SAINT QUIRIN,MOSELLE,ALLIER,

et

PEDOPHILIE, RESEAU,SAVOIE, FRANC-MACON, CANNIBALE,CANIBALISME,


et

PEDOPHILIE,CHARNIER D'ENFANTS, TORTURE d'ENFANTS, VIOLS d'ENFANTS, IMPUNITE, TRAFIC,RESEAU, TINTIN




et


PEDOPHILIE, SATANISME,SIONISME,FRANC-MACON,SACRIFICE d'ENFANT, OUTREAU,ILLUMINATI


PEDOPHILIE, ILLUMINATI, BILDERBERG, FRANC-MACON, SATAN, MARIE, FREDERIC BERGER, TINTIN, DUTROUX, OUTREAU, NOËL

Bon on continue avec ce témoignage:

Disparus de l'Isère : l'enquête relancée sur trois cas


La justice grenobloise a rouvert l'instruction de trois dossiers jusqu'alors considérés comme prescrits dans l'affaire des «disparus de l'Isère», neuf enfants tués ou portés disparus dans le département entre 1983 et 1996.

L'enquête des «disparus de l'Isère» est loin d'être terminée. Alors que quatre cas de meurtres ou de disparitions sont encore en cours d'instruction, trois autres dossiers, jusqu'alors considérés comme prescrits et qui avaient été conclus par un non-lieu, viennent d'être rouverts par les parquets de Grenoble et de Bourgoin-Jailleu.

Cette décision fait suite à une trouvaille miraculeuse : le 21 juin dernier, trois dossiers d'instruction, égarés en raison d'un changement de numérotation lié à l'arrivée d'un nouveau juge d'instruction, avaient été retrouvés dans les archives du tribunal de grande instance de Grenoble. Parmi eux, les dossiers de Ludovic Janvier, disparu en mars 1983 à l'âge de six ans, et de Grégory Dubrulle, découvert en juillet 1983 le crâne fracassé mais qui a survécu. Des informations judiciaires vont être ouvertes sur ces deux cas, ainsi que sur celui de que Charazed Bendouiou, une petite fille disparue à l'âge de 10 ans en juillet 1987.

Pour contourner la prescription, la justice a considéré que Charazed Bendouiou ainsi que Ludovic Janvier «font l'objet d'une séquestration illégale», leur mort n'ayant pu être constatée. L'hypothèse d'une séquestration implique que «la prescription de l'action publique n'a pu commencer à courir», permettant ainsi aux parquets d'ouvrir des informations contre X pour enlèvement par fraude ou violence et séquestration.


Plusieurs dysfonctionnements

Concernant le dossier de Grégory Dubrulle, dont l'agresseur n'a jamais été retrouvé, la justice a retrouvé un document datant du 9 février 2001 adressé par un juge à la section de recherches de Grenoble au sujet de l'enquête. Un acte susceptible d'interrompre la prescription de ce dossier conclu par un non-lieu en 1986 et ayant fait l'objet d'une enquête complémentaire clôturée en mai 1994. Deux juges devraient être cosaisis de ces trois dossiers.

Cette affaire, qui a été confiée à cellule d'enquête inédite de la gendarmerie, «Mineurs 38», a déjà connu plusieurs dysfonctionnements, à tel point que Michèle Alliot Marie a ordonné l'ouverture d'une enquête administrative interne. Outre la disparition des dossiers d'instruction, des ossements retrouvés en 1985 dans une grotte du Vercors ont été négligemment placés sous scellés en 1986 et égarés au Palais de justice de Grenoble alors qu'ils auraient dû faire l'objet d'un permis d'inhumer.

Reste que les récentes découvertes relancent l'espoir des familles, qui réclament la désignation d'un juge d'instruction pour l'ensemble des dossiers. Les gendarmes, qui n'avaient travaillé jusqu'à présent que sur des dossiers partiellement reconstitués à partir d'archives de la police, vont pouvoir tirer profit des informations contenues dans les dossiers d'instruction. Et certaines pistes explorées dans les années 80 vont pouvoir être réexaminées à l'aide de nouvelles techniques d'investigation.

Cette affaire est la preuve du simulacre d'enquête dans les affaires de pédophilie.
Beaucoup d'enquêtes ont été diligentés correctement par les gendarmes aux ordres des procureurs, aux ordres des ministres et élus impliqués dans les dossiers pédophiles.
Mais ces dossiers bien ficelés sont arrêtés par les procureurs politiques pour faire plaisir aux ministres et élus, c'est comme cela qu'on devient avocat général!
Pourquoi tu tousses "Fourchette" limogé à LIMOGES où tu as mis en faillite le TRIBUNAL D'INJUSTICE (tu as bien fait)?

N'oublions pas que les gendarmes sont notés par les procureurs! CQFD

Donc dans les dossiers pédophiles les seules enquêtes qui aboutissent sont celles menées par votre journal ,par exemple, ou par le courageux ex-gendarme S.T. qui va vous sortir un livre gratiné sur le sujet.

Au dernières nouvelles votre journal a localisé la fosse commune ou charnier de corps d'enfants violentés, mutilés, assassinés et cramés par les pédophiles sataniques maçonniques pervers martinistes!
N'oubliez pas aussi que certains procureurs, certains juges et certains avocacats sont maçons pas francs et obéissent à leur serment de "frère", plutôt qu'à leur serment judiciaire.

Donc cette réouverture de dossier des disparus de l'ISERE est de la poudre de perlimpimpin qui s'inscrit bien dans la continuité du système fasciste en place, faire croire qu'on le fait, le dire, le redire, de préférence par le président d'une république bananière style FRANCE et protégé ainsi ses amis et complices pédophiles à l'échelon mondial bien sur.