Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

samedi 4 décembre 2010

AMIANTE, CENSIER, MICHEL LANGINIEUX, , DEGRANDI JACQUES, COUR D'APPEL de PARIS, MARIE CHRISTINE LAMARDELEY, SORBONNE NOUVELLE, ETUDIANT, CENSIER,

L'ECHO des MONTAGNES vous demande avec insistance de cliquez sur le lien ci-dessous, pour pouvoir lire intelligemment ce qui suit et ne pas être emmerder par les jérusalistes:


LIBERTE DE LA PRESSE, LIBERTE D'EXPRESSION, LIBERT...

SPOLIATIS ARMA SUPERSUS

Cliquez sur l’horloge :

Calendrier et horloge de l'EdM


Masse

Censurez l'Echo des Montagnes en cliquant sur la masse de l'Inquisition

Page Index


L'ÉCHO des MONTAGNES vous fait part du combat et de la croisade de MICHEL LANGINEUX, qui se bat contre le génocide provoqué par l'amiante.

Voici donc ces deux derniers courriers à lire impérativement. Les destinataires de ces courriers ne pourront pas dire: "on ne savait pas", mais le PEUPLE, témoin, pourra dire et "l'article 40 du code de procédure pénal"!!!!

Langinieux Michel
8, rue Édouard Detaille,
75017 Paris.
Tel : 01 42 67 22 62
langinieux_michel@yahoo.fr
Site :

Paris, le 29 novembre 2010

RAR

À MARIE-CHRISTINE LEMARDELEY

Présidente de la Sorbonne Nouvelle


Madame la Présidente,

Vu ce présent courrier du 29 novembre 2010, adressé à votre diligence.

Vu mes courriers du 26 juillet et du 29 octobre 2010 (copies jointes), réclamant le DTA.

Vu l’avis favorable n° 20103957-EV du 14 octobre 2010 rendu par la CADA (copie jointe), suite à
votre silence prononcé sur ma demande de copie du Dossier Technique Amiante (DTA) de Censier.

Vu l’estimation de la CADA « que ce document administratif, s’il existe, est communicable à toute
personne qui en fait la demande ».

Vu votre statut - pénal et moral - de présidente de l’Université Censier la Sorbonne Nouvelle
responsable des fibres qu’elle a sous sa garde.

Vu la nécessité d’informations techniques sur les risques de maladies et de morts dans un bâtiment public reconnu amianté depuis sa construction en 1964 [l’amiante tue, Madame la Présidente].

Je vous prie, à nouveau, de me faire parvenir ainsi qu’à mon avocat Maître Alexandre FARO dont vous avez les coordonnées, copies du Dossier Technique Amiante ou de le mettre à notre disposition.

Le DTA est constitué des rapports de repérage des matériaux et produits contenant de l’amiante, principalement le repérage de ceux définis à l’annexe 13-9 du code de santé publique, également les rapports de diagnostics antérieurs et ceux réalisés avant les travaux. Une fiche résumé du DTA est mise à jour suivant la découverte de nouveaux matériaux ou leur dépose. L’administration doit donc envoyer, au moins, la fiche du DTA, le rapport de diagnostic pour la constitution du DTA, ainsi que l’évolution de l’état de conservation des matériaux contenant de l’amiante.

J’appelle votre attention sur la gravité de la situation : la mort en Fac en France par viol systématique de la loi, et refus d’appliquer la réglementation. D’où l’homicide, avec intention de poursuivre.

Michel Langinieux

Exemplaires :

Monsieur Luis MORENO-OCAMPO, Procureur de la Cour Pénale Internationale. Madame Viviane
REDING, Commissaire Européenne à la Justice. Maître Alexandre FARO, avocat à la Cour. Monsieur
Yves HUBERT (toxicologue). Monsieur François-Félix BLANDIN (expert en amiante). Dr. Catherine
KORBA, médecin du travail. Madame Maryse JOISSAINS MASINI, Député-maire. Monsieur Frédéric
BERGER, Rédacteur en chef de « L’Écho des Montagnes ». Monsieur Christian COTTEN, Rédacteur
en chef de « Politique de vie.net ». Madame France GUYOT, professeur à la retraite. Monsieur Henri
BÉHAR, professeur à la retraite. Monsieur Alvaro ROCCHETTI, professeur à la retraite. Monsieur
Christian DEPUYPER, professeur à la retraite.



et


Langinieux Michel
8, rue Édouard Detaille,
75017 Paris.
Tel : 01 42 67 22 62
langinieux_michel@yahoo.fr
Site :







Paris, le 29 novembre 2010

N° d’affaire : 0530808087

N° d’appel 3363

CT adm 10.11.1980

Dossier n° 15/2010

RAR

À JACQUES DEGRANDI

Premier président de la Cour d’appel de Paris

Monsieur le Premier Président,


J’ ai reçu le 24 novembre 2010 la lettre RAR de Madame Cécile Tea, Greffier en chef de la cour
d’ appel à Paris, datée du 19 novembre 2010. Elle annonce votre ordonnance qui m’ arrive deux mois après ma « requête en récusation » du 23 septembre 2010 : ordonnance nulle, dès lors. Non avenue.

J’ appelle à votre attention l’ art 674-2 C.p.p. « La chambre compétente statue dans le mois du dépôt de la requête au greffe, après observations du magistrat récusé ».

Suivant vos trois collègues concernés, MM. Verleene, Croissant et Reygrobellet, vous devenez

naturellement, le 89e magistrat en non-application de droit sur la liste que j’ apporte à
l’ attention de La Haye et de la Commission Européenne.

Vos trois collègues, ci-nommés, furent avertis par moi oralement le 16 septembre 2010 durant
le « lien/renvoi ». Puis le 19 octobre et le 23 novembre 2010 par écrit, de mes intentions
civiques et de mes motifs. Ce qui n’ a changé en rien leurs automatismes juridiques.

Dans le dernier courrier qui leur fut adressé (copie jointe) concernant ma demande en
récusation sous leurs noms, vous trouverez des informations prioritaires pour votre attention :

Une requête pour un appel véritable [mon 4ème appel en 14 ans], incluant l’ autre
demandeur, Monsieur Christian Cotten, absent de l’ audience vu mon incapacité
médicale (condamné de plus, sans jamais recevoir son jugement), et les 8 témoins souhaités.
- Une mise à plat de l’ affaire dans son ensemble : reprendre l’ appel à zéro.
- Un constat des faits, plutôt que les éluder ou les passer sous silence.
- Une étude sur la « Liberté de la presse » et la « Liberté d’ expression » à l’ inverse de
la « Diffamation », délit qui n’ existe pas en prévention. En effet, la Constitution (la
Chartre de l’ environnement) exige « à toute personne de prévenir ».
- Un texte signé de moi, qui s’ adresse de plein droit à votre fonction : « Mort
d’ innocents imposée par autorité juridique ».
Puissiez-vous considérer la chaîne de grands Inquisiteurs déguisés en petits fonctionnaires
(les « petits pois » du Président Sarkozy).

-

Ne m’ assurez pas que vous n’ êtes pas tous informés : je vous ai mis au courant. Vous, les 89
magistrats - quatre-vingt neuf - avertis de l’ entrave générale à l’ exercice de la justice sur cette

affaire, incluant les 6 derniers juges de la Cour d’ appel, MM. Castel, Verleene, Croissant,
Reygrobellet, Mmes Portier et Carbonnier ; plus les Premiers Présidents de la Cour d’ appel
de Paris, Monsieur Magendie et vous-même ; en référence aux articles 434-7-1, 434-15
(manœuvres et artifices) du Code pénal [ ce qui prédestine déjà, le profil d’un pourvoi en cassation].

Tous devenez tous, des preuves et exemples sur les façons dont les poisons, les affaires et la
justice, s’ administrent ici, d’ emblée. En véritables automates.

Soyez assez subtil, Monsieur le Premier Président, pour réaliser que je ne vous écris pas, ni
à vos collègues. Pas directement. Cela ne servirait personne. À l’ évidence, il n’ y a personne
pour agir contre l’ amiante civiquement ou moralement depuis plus de cent ans.

Je vous écris pour la forme, et pour souligner vos noms. Le fond s’ adresse à qui peut
entendre : les autorités internationales et Internet. Pensiez-vous faire durer le plaisir et laisser
mourir vos frères humains encore quelques décades, en cumulant des macchabées ?
Il se fait tard, Monsieur Degrandi. Mon « NON » va retentir sur toute la planète.

Je relisais le « Recueil des obligations déontologiques des magistrats de 2010 ». Typique
évangile de notre société : « L’ indépendance. L’ impartialité. L’ intégrité. La légalité.
L’ attention à autrui. Discrétion et réserve. ». Un summum pour un pays de pointe.
Tout s’ y retrouve, sauf la trahison et la perversité. Hypocrisie oblige.

Vous pourrez, Monsieur le Premier Président, établir avec force détails à la Commissaire
Européenne chargée des droits fondamentaux, la façon dont vous vous y prenez, tous, et les
résultats que vous obtenez sur des centaines de milliers de victimes.

Tricher en droit sur la vie d’ autrui, en connaissance de cause, en experts, mais pourquoi ? La
Cour d’ appel de Paris se joue de la vie des étudiants et des victimes de Censier, cette armada
de ronds-de-cuirs sourds, aveugles, autistes au sain et au sacré, ignares de la vie des autres.
Bien organisés par ailleurs, en serviteurs serviles des rouages de l’ État. L’ État qui « doit nous
protéger » dit la loi du 12 juin 1893 sur la précaution.

Sans ambages et délibérément,

Michel Langinieux

Exemplaires : Monsieur Luis MORENO-OCAMPO, Procureur de la Cour Pénale Internationale. Madame
Viviane REDING, Commissaire Européenne à la Justice. Maître Alexandre FARO, avocat à la Cour.
Monsieur Yves HUBERT (toxicologue). Monsieur François-Félix BLANDIN (expert en amiante). Dr.
Catherine KORBA, médecin du travail. Madame Maryse JOISSAINS MASINI, Député-maire. Monsieur
Frédéric BERGER, Rédacteur en chef de « L’Écho des Montagnes ». Monsieur Christian COTTEN,
Rédacteur en chef de « Politique de vie.net ». Madame France GUYOT, professeur à la retraite. Monsieur
Henri BÉHAR, professeur à la retraite. Monsieur Alvaro ROCCHETTI, professeur à la retraite. Monsieur
Christian DEPUYPER, professeur à la retraite.

Écoutez cette vidéo de circonstance;