Reuters
Un témoin capital que la justice voulait rapidement entendre.« C'est l'une des deux femmes que tout le monde cherchait car elle a vu beaucoup de choses », confirme un bon connaisseur du dossier à Lille. Car, Florence fait partie de ces deux escort-girls qui ont accompagné à Washington du 11 au 13 mai dernier Jean-Christophe Lagarde, chef de la sureté départementale du Nord, David Roquet, dirigeant d'une filiale du groupe de BTP Eiffage et Fabrice Paszkowski, gérant de société, militant socialiste. Officiellement, Dominique Strauss-Kahn voulait consulter le grand flic du Nord sur des questions de sécurité intérieure. Selon David Roquet, les deux jeunes femmes avaient été présentées comme des secrétaires d'Eiffage. Un séjour qui s'est achevé la veille de l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn dans l'affaire du Sofitel de New-York.

«C'était une relation consentie. C'est un libertin qui assume »
Devant les policiers qui l'ont entendue la semaine dernière, celle qui se présente comme « une libertine » et non pas comme une prostituée a raconté son séjour n'omettant aucun détail. Des soirées libertines entre adultes consentants. Rien d'extraordinaire pour Florence.« Nous nous sommes rendus le 12 mai au W hôtel », a-t-elle expliqué lors de son audition. Le W, un établissement chic, affichant quatre étoiles, en plein cœur de Washington. Dans cet hôtel, Florence V., affirme y avoir passé la nuit avec DSK qu'elle avait déjà rencontré en France. Sur procès verbal, l'escort girl affirme avoir eu « une relation tout à fait consentie ». Florence V., qualifie d'ailleurs son client de « plutôt agréable et très charismatique ». D'ailleurs la jeune nordiste ne voit rien de criminel dans cette relation avec l'ancien patron du FMI. « C'est un libertin qui assume. Il n'a pas été violent avec moi ».

« J'ai été payée en liquide »
Le 13 mai, Florence V., la seconde escort girl, Jean-Christophe Lagarde, David Roquet et Fabrice Paszkowski reprennent l'avion, direction Paris. Florence V., avoue avoir été rémunérée par l'un des deux entrepreneurs lillois pour cette escapade à Washington. Combien ? La prostituée occasionnelle est semble-t-il restée floue sur la somme qu'elle a perçue. « J'ai été payée en liquide », a assuré toutefois Florence V., aux enquêteurs. DSK savait-il que ces deux femmes étaient rémunérées par David Roquet et Fabrice Paszkowski ? Dans ce cas, il pourrait être éventuellement poursuivi pour « recel d'abus de biens sociaux » comme l'a été Jean-Christophe Lagarde, soupçonné d'avoir bénéficié de voyages et de soirées avec des prostituées. Pour l'heure, DSK est toujours considéré par la justice comme un simple participant à ses soirées libertines voire un client. Dans les deux cas, il ne risque strictement rien devant la justice. Contacté à plusieurs reprises, Henri Leclerc, l'un de ses avocats n'a pas souhaité nous répondre.
François Vignolle & Azzedine Ahmed-Chaouch

Votre journal continuera cet article en vous prouvant que c'est un vrai réseau franc-maçon.
N'oubliez pas que DSQ est 33ème degré, tout comme ADOLF HITLER.