Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

vendredi 13 janvier 2012

VACHE, TETINE, CROUPE, CHARISME, POLITIQUE, SUISSE, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

Chez les vaches, le charisme est aussi important que la tétine et la croupe

 
Sous l’œil affûté des juges, les plus belles «Marguerite» défilent à Beaulieu. Des critères stricts permettent de les départager, d’autres, plus subjectifs, nuancent les notes.


 



La sciure est d’un vert électrique sur le ring installé à Beaulieu; assez loin du vert tendre des alpages de l’Oberland bernois. Les vaches simmental qui y défilent n’en ont cure. Rasées de frais, lavées, pailletées, elles passent, le museau fier et humide, sous l’œil de Rolf Dummermuth, juge de Thoune, lui aussi apprêté pour l’occasion. «Je ne possède pas de costume-cravate, témoigne l’agriculteur de 36 ans, vêtu de son berner Mutz, habit traditionnel des éleveurs. C’est mon habit le plus chic! Je ne le mets que pour la désalpe ou pour chanter.»


Dans ce grand raout de l’élégance paysanne, les juges ne s’arrêtent pourtant pas aux paillettes, éphémères. «Ce qui nous intéresse, c’est que la vache dure longtemps!» explique Rolf Dummermuth. Qui observe tous les «trucs» qui seront garants de sa longévité. «Les pis doivent être bien attachés, bien qu’elle donne beaucoup de lait, et elle doit marcher d’un bon pied, sinon elle ne se déplacera pas bien sur l’alpage.» S’ajoutent à cela la finesse des veines des tétines, la profondeur du ventre qui indique que la vache peut manger beaucoup, une ligne dorsale impeccable…

Ces critères, une trentaine de juges suisses les ont appris durant une formation (pour une ou plusieurs races) et les connaissent par cœur. Mais il y en a un qui ne s’apprend pas: le charisme de la laitière! «Il y a des vaches, elles vous regardent comme si elles disaient «je suis là!» raconte Rolf Dummermuth, les yeux écarquillés. Cela permet de départager deux bêtes, même si ça n’indique rien sur la durée de vie…».

Parti à 4 heures de Thoune, l’agriculteur raconte: «Ici, c’est comme des vacances. On revoit des copains. Et moi, j’aime les gens.» Les vaches aussi, dont il décèle les plus petits atours, comme on apprécie la mouche au coin des lèvres du mannequin.