Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

vendredi 10 février 2012

SAVOIE, CRIF, ISRAËL, JERUSALISTE, ECHO DES MONTAGNES, ANTI-GOYIM, FREDERIC BERGER, SERGER LETCHIMY,



Dîner de c... : Sarko égal à lui même

jeudi 9 février 2012


Suivre la vie du site RSS 2.0   Enregistrer au format PDF Version PDF   Tip A Friend  Envoyer par email   Version imprimable de cet article Version imprimable  


Est-il encore utile de commenter les "dîners du CRIF" ? Sarkozy a récité une nouvelle fois son couplet sur "la sécurité d’Israël", et présenté Gilad Shalit comme le seul otage méritant la moindre attention, alors que plus de 6000 autres, dont des femmes et des enfants, qui ne sont pas des militaires, eux, mais ont le tort d’être des résistants palestiniens, croupissent dans les geôles israéliennes, sans un seul mot de protestation.

Textuellement, Nicolas Sarkozy a déclaré : "La mission de la France, c’est d’être aux côtés de tous les Gilad Shalit, dans les geôles de Gaza ou ailleurs dans le monde". "Gilad a été persécuté, maltraité, torturé", a dénoncé le chef de l’Etat, qui avait reçu dans l’après-midi à l’Elysée le soldat franco-israélien qui a été détenu pendant cinq ans par le Hamas. "Honte à ceux qui ont fait cela !" a-t-il lancé, en fustigeant "ce comportement barbare".
Il a aussi évoqué l’ "amitié sacrée" qui lie la France et l’Allemagne et "qui doit inspirer Israël et la Palestine". "L’Europe peut montrer le chemin entre Israël et les Palestiniens", a-t-il ajouté, en appelant au "dialogue" entre l’occupant et l’occupé.
Il a fait, une fois de plus, ce que dénonçait comme une aberration l’avocat israélien Shamai Leibowitz : il a demandé au violeur et à sa victime de faire la paix pendant l’acte de viol.
Petit couplet également habituel sur le fait qu’il ne "transigerait pas avec la sécurité d’Israël", et affirmation de son "opposition à la volonté iranienne de se procurer la bombe atomique." Pas un mot bien entendu sur le fait qu’Israël qui en dispose ainsi que d’un inquiétant arsenal nucléaire, refuse toute inspection des agences internationales.
Autant dire que le bla-bla qui a suivi, sur la nécessité de deux Etats, n’a gâché la soupe de personne ! Et sans doute pas celle de Hollande qui s’est levé spécialement pour aller serrer la main de Sarko, afin de montrer qu’il n’y avait plus de droite, ni de gauche, quand il s’agit de cautionner la politique d’occupation et d’annexion israélienne.
CAPJPO-EuroPalestine



Merci à Serge Letchimy !

jeudi 9 février 2012


Suivre la vie du site RSS 2.0   Enregistrer au format PDF Version PDF   Tip A Friend  Envoyer par email   Version imprimable de cet article Version imprimable  


Les déclarations de ce député martiniquais à l’assemblée nationale mardi sont une bouffée d’oxygène dans ce marigot de parlementaires qui ne cessent de surenchérir en matière de lois xénophobes et soi-disant "sécuritaires".



Serge Letchimy : "Vous, monsieur Guéant, vous privilégiez l’ombre."

Serge Letchimy a déclaré : « Nous savions que pour M. Guéant la distance entre immigration et invasion est totalement inexistante et qu’il peut savamment entretenir la confusion entre civilisation et régime politique. Ça n’est pas un dérapage, c’est une constante parfaitement volontaire. En clair, c’est un état d’esprit et c’est presque une croisade. M. Guéant vous déclarez du fond de votre abîme, sans remord ni regret, que toutes les civilisations ne se valent pas. Que certaines seraient plus avancées voire supérieures. »
« Non M. Guéant, ce n’est pas “du bon sens”, c’est simplement une injure qui est faite à l’Homme. C’est une négation de la richesse des aventures humaines. C’est un attentat contre le concert des peuples, des cultures et des civilisations. Aucune civilisation ne détient l’apanage des ténèbres ou de l’auguste éclat. Aucun peuple n’a le monopole de la beauté, de la science du progrès ou de l’intelligence. Montaigne disait “chaque homme porte la forme entière d’une humaine condition”. J’y souscris. Mais vous, monsieur Guéant, vous privilégiez l’ombre. »
« Vous nous ramenez, jour après jour, à des idéologies européennes qui ont donné naissance aux camps de concentration au bout du long chapelet esclavagiste et colonial. Le régime nazi, si soucieux de purification, était-ce une civilisation ? La barbarie de l’esclavage et de la colonisation, était-ce une mission civilisatrice ? »
« Il existe, M. le premier ministre, une France obscure qui cultive la nostalgie de cette époque, que vous tentez de récupérer sur les terres du FN [À ce moment-là, François Fillon se lève et part, suivi du gouvernement]. C’est un jeu dangereux et démagogique qui est inacceptable. Il existe une autre [France], celle de Montaigne, de Condorcet, de Voltaire, de Césaire ou d’autres encore. Une France qui nous invite à la reconnaissance, que chaque homme... »
M. Letchimy a été coupé à ce moment là par le président de l’Assemblée, Bernard Accoyer et toute la droite, Premier ministre en tête a quitté l’hémicycle.
M. Letchimy a refusé de faire les excuses qu’on lui demandait.

CAPJPO-EuroPalestine