Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

vendredi 16 mars 2012

PLUME, ECRIVAIN, CHERIF ABDEDAÏM, POETE, NOUVELLE REPUBLIQUE, ALGERIE, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER


 L’ÉCHO des MONTAGNES vous fait partager ce beau moment suivant,
que vous trouverez dans ce poème de CHERIF ABDEDAÏM.

Hommage à la plume…


La plume dérange les consciences en mal de sérénité.
Quand elle trempe dans l’impureté,
Compromise, sera sa propre liberté.
Vile, alors, est
Cette habitude de louer le faux au mépris du vrai,
De glorifier le laid au détriment du beau.
Quand l’épi  se prosterne,
Elle s’imbibe d’une brise lumineuse
Par contre, sa rigidité orgueilleuse
Ne saurait orner,
Désormais, que son faîte,
Au moment où ses racines sont rongées
Par son ombre enflammée.

                           

Journalistes, écrivains et poètes sont  assassinés lâchement, mais  pas leurs plumes. Ils n’ont finalement récolté qu’honneur dans le tremplin de la gloire, estampillant, ainsi, les tablettes de l’histoire. Quant à leurs bourreaux, promus complices des grands crimes,  ils se pavanent dans le pandémonium de l’ignorance, et profanent les tombeaux des saints.
Que peut avorter un avorton ? Rien que ruines et malheurs ! Crimes et pleurs ! Heureusement, et fort heureusement, ni la hache, ni le canon ne pourront faire taire les plumes  qu’on enterre, sur ou sous terre. L’odeur de la chair brûlée s’évapore dans le ciel, mais les champs de liberté  s’enracinent dans les pensées.
Drôle d’esprit qui refroidit les cœurs réchauffés par l’espoir. Pire des vilénies que de féconder l’horreur  et cultiver la haine. Ceux-là même, qui dans leurs séditieuses parties ont confondu  morbidité et lucidité. De par leur rhétorique abjecte, ils ont empoisonné les jeunes pousses. Mais tant qu’il y aura de l’encre « bénite »,  le mal sera vaincu.


Quand les muses fusent
Quand l’encre  récuse et accuse
Faudrait-il se résigner à la raison
Ou prendre la pièce pour une simple maison ?

Saisons de déraison ne riment-elles pas avec trahison ? Oui ! Trahison, haut et fort, quand une plume est assassinée par la hargne  haineuse des « justiciers » des abîmes, confondant chair humaine et cocktails d’esprits  décadents, croyant purger un monde de ses vertus éternelles avec leurs diatribes enragées ! Totale régression où diction et prononciation sèment la confusion, bavent à outrance, quoi  qu’on  lave. Délires dans la rave ; dans  la cave, peu  importe vu que l’on se gave ; alors que des innocents, yeux de la nation,  dépassant leur Ego pour lever les voiles de l’intolérance, ont payé chèrement le prix de leurs opinions. Ils ne seront pas oubliés, car l’histoire les à hausser  aux rangs de martyrs de la plume. A ceux-là, tout en leur rendant hommage, en cette fête de la presse, sans oublier toutes les autres victimes des actes barbares, et auxquels  nous dirons que  ni vos voix, ni vos souffles ne s’éteindront  dans des cendres où la vie a bien peu de prix. Votre encre déferlera  vaillamment, coulera à flot pour vos idéaux ; alors que la négation de la vie, ennemie de la  liberté, devra se parer  de  sangle abdominale dans les harnais de l’histoire. Tant qu’il y aura des plumes !



Quand la plume dérange les sentiers de la brume, trempe dans la transparence sans tromper ses idéaux, elle est enviée par les esprits assombris par l’obscurantisme sous convulsions maléfiques.

Dans les abîmes de la rudesse se meut la maison de la presse. Sur le faîte de la tristesse se languit le « Club de la paresse ». Pour quelqu’un qui découvre pour la première fois, la maison de la presse, c’est l’éveil brusque d’un coma profond où rares sont ceux qui, par clairvoyance, pourraient anticiper la dure réalité journalistique. Une ancienne caserne, des baraques et beaucoup de courage et de volonté ; tels sont les menus moyens  des plumes qui ne cessent de déchirer les toiles  de l’injustice tissées séditieusement. Là, on rit de tout et de rien, sur un air de  « cafés -sandwichs »  et l’on sait que l’encre de la mer qui est d’ailleurs si proche, ne pourrait s’assécher sous l’effet des vents éphémères. Des rires que  ne pourraient étouffer les grands arbres ornementaux du « Club de la paresse ». Là, on lutte constamment contre le stress et  l’on happe l’air « pur » loin du port. Loin du vacarme quotidien qui envahit les neurones, loin de la transpiration estivale dans la moiteur de l’air pollué. On doit se recueillir dans son jardin exotique, yoga  oblige, et l’on feint d’ignorer que la vision en plongée donne des vertiges. Alors, faudrait-il, peut-être, songer à la création d’une maison de la presse en contre plongée.

Site du poète, écrivain et journaliste:




http://cherif.dailybarid.com