Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

mercredi 9 mai 2012

PALESTINE, RAMALLAH, GAZA, ISRAËL, STOP THE WALL, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER


Attaque de l’armée israélienne contre "Stop the Wall"



Cette association palestinienne, qui lutte de manière non violente contre le mur de l’annexion et de l’apartheid, vient de faire l’objet d’une attaque israélienne.

Communiqué de "STOP THE WALL"
Les locaux de Stop the Wall à Ramallah envahis par l’armée israélienne
A 1h30 du matin mardi, 10 jeeps blindées des forces d’occupation israéliennes ont encerclé et envahi les locaux de Stop the Wall à Ramallah. Les soldats se sont emparés de deux ordinateurs portables, de trois disques durs et de dix cartes de mémoire contenant des fichiers et des photos, ainsi que du matériel d’archives en rapport avec le travail que fait l’organisation dans sa lutte contre le mur d’apartheid, les colonies, et la répression contre les droits des palestiniens.
Ceci est une attaque de plus contre la société civile palestinienne et la lutte qu’elle mène contre l’oppression physique et psychologique, la confiscation des terres et les politiques de nettoyage ethnique d’Israël.
Stop The Wall est l’une des organisations les plus actives parmi les défenseurs des droits humains en Palestine. Cela fait quasiment 10 ans, qu’elle mène des campagnes en faveur de la résistance civile contre le mur et la défense du droit palestinien à l’autodétermination.
Les Défenseurs des Droits Humains sont reconnus internationalement comme un élément essentiel dans le processus politique et leur répression souligne la non-volonté d’Israël d’arriver à une paix juste.
Jamal Juma, responsable de la campagne Stop The Wall commente :

« Ce n’est pas une surprise que les autorités israéliennes aient choisi ce moment pour accroitre la répression contre le réseau populaire de résistance civile contre le mur et les colonies de Stop The Wall, en choisissant d’agir le jour même où la Haute Cour d’Israël rejetait les appels de deux prisonniers palestiniens en grève de la faim, Bilal Diab et Tha’ir Halahleh, emprisonnés sans charge et sans procès. Rejet qui équivaut à une condamnation à mort.
Le courage et la ténacité de plus de 2000 grévistes de la faim dans les geôles israéliennes montre l’importance du rôle de la résistance civile dans la lutte palestinienne. Presque quotidiennement les gens sortent dans les rues pour protester en solidarité avec les prisonniers politiques. La colère contre un processus diplomatique qui reste au point mort depuis plusieurs décennies, grandit.
L’annonce des autorités israéliennes aux Nations Unies concernant leur décision de déplacer systématiquement la population palestinienne dans la zone C est scandaleuse. Cette politique est mise en oeuvre dans la Vallée du Jourdain, tandis que les démolitions des maisons se multiplient et que la construction des colonies s’accélère.
Cette attaque des locaux de Stop The Wall est la preuve sans équivoque que les autorités israéliennes craignent que l’action non-violente généralisée ne représente un vrai défi à leur politique actuelle.
Israël se prépare à la confrontation et amplifie la répression pour bien montrer qu’il n’est pas question de respecter les droits ratifiés par la communauté internationale et pour lesquels le peuple palestinien continue à lutter. "

Ce n’est pas la première fois que Stop The Wall fait l’objet de la répression israélienne. En septembre 2009 le responsable de la jeunesse de Stop The Wall a été arrêté et Jamal Juma, responsable de Stop The Wall, a subi le même sort quelques mois plus tard en décembre 2009.

Les autorités israéliennes n’ont pas réussi à formuler la moindre accusation contre eux, et après une forte campagne internationale qui a vu l’implication active des missions diplomatiques en Palestine et des ministères des affaires étrangères européens, ainsi que celle des innombrables organisations pour les droits humains dans le monde entier, ils ont été libérés l’un et l’autre en janvier 2010.

Mais le 8 février 2010, l’armée israélienne procédait à un raid de grande envergure et à des arrestations massives des défenseurs des droits humains dans les villages les plus impliqués dans la protestation contre le mur.
Source : http://gazasolidarity.blogspot.fr/2012/05/urgent-stop-wall-office-in-ramallah.html
(Traduit par Annie et Pedro)
CAPJPO-EuroPalestine