Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

jeudi 23 août 2012

JULIAN ASSANGE, SUEDE, QUITO, EQUATEUR, WIKILEAKS, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

Une «grosse surprise» attendue dans l'affaire Assange

 
Un avocat de Julian Assange a promis jeudi une «grosse surprise» dans l'affaire des viols présumés en Suède pour lesquels est poursuivi le fondateur de WikiLeaks.
Dimanche 19 août, Julian Assange s'est adressé aux médias depuis le Balcon de l'ambassade d'Équateur à Londres.
   

L'ancien juge espagnol Baltasar Garzon, qui s'est entretenu pendant plusieurs heures avec son client dimanche, affirme que la défense a sollicité le déplacement à Londres d'un procureur suédois pour qu'il l'entende. «Je pense que ce sera une très bonne option» pour l'ancien hacker, a déclaré le juge Garzon en marge d'une conférence à Brisbane, dans l'est de l'Australie.
La défense, a-t-il ajouté, est en possession d'éléments cruciaux sur ces accusations. Ces éléments constitueront «une grosse surprise» lorsqu'ils seront rendus publics, selon lui. «Nous ne pouvons pas les divulguer maintenant, mais nous avons demandé que le parquet (suédois) prenne une déposition de Julian Assange», a précisé Baltasar Garzon, cité par le Sydney Morning Herald.

Les magistrats suédois refusent de se déplacer.

Fermes et constants dans leur position, les magistrats suédois refusent quant à eux de se déplacer à Londres, considérant que Julian Assange devait venir donner sa version des faits en Suède. «Il n'y a rien de nouveau. Nous attendons toujours Julian Assange», a affirmé jeudi une porte-parole du parquet, Helena Ekstrand.

Julian Assange est visé par un mandat d'arrêt de la Suède afin qu'il réponde aux accusations de viol et d'agression sexuelle contre deux Suédoises d'une trentaine d'années lors d'un séjour dans la région de Stockholm en août 2010.

Selon les médias suédois, l'une des victimes présumées est une supportrice de WikiLeaks qui hébergeait Julian Assange au moment de son séjour en Suède, et l'autre une admiratrice.
Julian Assange est cloîtré dans l'ambassade d'Equateur à Londres depuis deux mois. Quito lui a accordé le 16 août l'asile politique, mais Londres refuse de laisser l'Australien quitter le Royaume-Uni libre.
Julian Assange et ses défenseurs affirment que s'il est extradé en Suède, il risque d'être envoyé aux Etats-Unis où il encourt, selon lui, la peine de mort pour espionnage, après la publication en 2010 par son site internet WikiLeaks de 250'000 télégrammes diplomatiques américains.