Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

mardi 19 novembre 2013

YASSER ARAFAT, ISRAËL, PALESTINE, GAZA, JERUSALISTE, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER


                                              ISRAËL, SERIAL KILLER


La polémique sur l’assassinat d’Arafat par empoisonnement a resurgi récemment avec les résultats de l’enquête suisse, indiquant un taux anormal de polonium dans le corps de la victime. Ce qui est certain en tout cas, c’est que l’assassinat de dirigeants palestiniens de toutes tendances, y compris des plus modérés, est une méthode israélienne constante depuis des décennies. Le site emeu.net dresse une liste non exhaustive de ces dirigeants assassinés, en toute impunité, au cours des 40 dernières années, par l’occupant israélien.
L’assassinat des dirigeants palestiniens : les antécédents d’Israël

Le 6 novembre, plusieurs médias ont rapporté que la veuve de l’ancien président de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Yasser Arafat, avait annoncé que les résultats d’une enquête suisse sur la mort de son époux décédé concluaient qu’il avait été empoisonné au polonium, une substance radioactive.
En novembre 2012, le corps d’Arafat a été exhumé pour que les médecins légistes puissent procéder à des prélèvements sur sa dépouille et réaliser des tests pour la détection de polonium, dans le cadre d’une enquête criminelle ouverte par les autorités françaises à la demande de Suha Arafat, après la découverte l’été dernier de traces de cette substance hautement toxique sur certains de ses effets personnels.
Rappelons qu’Arafat avait été enfermé pendant deux ans dans son quartier général de la Muqa’ta, à Ramallah, échappant à de nombreuses attaques israéliennes.
Yasser Arafat en compagnie d’Olivia Zémor en 2003, au siège de la Muqa’ta dans lequel il était enfermé par les Israéliens .
En octobre 2004, après avoir supporté un siège très éprouvant, il tombe gravement malade. Et deux semaines plus tard, il est transporté dans un hôpital militaire français où il meurt. A l’époque, les médecins ont conclu qu’il était décédé d’une congestion cérébrale causée par une mystérieuse maladie du sang.
Mais les Palestiniens étaient nombreux à soupçonner qu’Arafat avait été assassiné. Au fil des années, il a survécu à de nombreuses tentatives d’assassinat par Israël, et juste six mois avant sa mort, le Premier ministre israélien d’alors, Ariel Sharon, a dit que l’accord conclu avec le Président US George W. Bush, où Israël promettait de ne pas tuer Arafat, n’était plus valide, déclarant : « Je me suis libéré de l’engagement à l’égard d’Arafat ».

Deux ans avant cette déclaration, dans un entretien publié en février 2002, Sharon a regretté auprès d’un journaliste israélien de ne pas avoir tué Arafat quand il en a eu l’occasion lors de l’invasion israélienne du Liban en 1982, disant : « Je regrette que nous ne l’ayons pas liquidé ». En 2002, l’actuel Premier ministre, Benjamin Netanyahu, alors dans l’opposition au terme de son premier mandat de Premier ministre (1996-1999), a déclaré au Comité central de son parti, le Likoud : « Nous devons éradiquer complètement et définitivement le régime d’Arafat et le faire disparaître du voisinage… C’est une chose qui doit être comprise : si nous ne supprimons pas Arafat et son régime, le terrorisme reviendra et se développera. Ce n’est que si nous les liquidons qu’il y aura une chance de tourner une nouvelle page dans nos relations avec les Palestiniens. »
Quand Arafat est mort, Netanyahu était ministre des Finances dans le gouvernement Sharon.

Exemples d’ assassinats de dirigeants palestiniens par Israël, en commençant par les plus récents :
 
2012 – Le 14 novembre, soit deux jours après que les factions palestiniennes ont convenu d’une trêve après plusieurs jours de violence, Israël assassine le dirigeant de la branche militaire du Hamas, Ahmed Jabari, au risque d’une escalade de la violence une fois de plus, et ce, après une semaine où au minimum six civils palestiniens ont été tués et des dizaines d’autres blessés par les attaques israéliennes. Alors que les responsables israéliens savent que Jabari participe au processus de finalisation d’une trêve à long terme, et qu’il est de ces rares personnes à Gaza qui peuvent la faire respecter, ils le tuent quand même, marquant le début d’un assaut d’une semaine contre Gaza, qui tue plus de 100 civils palestiniens, dont au moins 33 enfants, et en blesse 1000 autres.
2012 – Le 9 mars, Israël, violant le cessez-le-feu négocié avec les Égyptiens, assassine le chef des Comités de la résistance populaire basés à Gaza, Zuhair al-Qaisi, provoquant un nouveau round de violences dans lesquelles deux douzaines de Palestiniens trouvent la mort, dont au moins 4 civils, et des dizaines d’autres sont blessés. Comme à son habitude, Israël prétend agir en légitime défense, contre une attaque imminente planifiée par les Comités, sans fournir la moindre preuve pour étayer cette allégation.

Après l’assassinat, le journaliste israélien, Zvi Bar’el, écrit dans le journal israélien Ha’aretz :
« Il est difficile de comprendre sur quoi se fonde l’affirmation qu’Israël ne cherche pas à envenimer la situation. On peut supposer qu’une réaction armée des Comités de la résistance populaire ou du Jihad islamique à l’assassinat ciblé d’Israël a été envisagée. Mais quelqu’un a-t-il pris en compte la possibilité qu’une réaction violente aurait pu conduire à nombre de victimes israéliennes plus important qu’aucun attentat terroriste de Zuhair al-Qaisi, le secrétaire général des Comités de la résistance populaire, n’aurait pu provoquer ?
« En l’absence d’une réponse claire à cette question, on peut supposer que ceux qui ont décidé d’assassiner al-Qaisi ont compté une fois de plus sur la stratégie de la « réaction calculée », dans laquelle une frappe israélienne entraîne une réaction, qui entraîne une contre-réaction israélienne. »

2010 – En janvier, des assassins israéliens présumés tuent un haut dirigeant du Hamas, Mahmoud al-Mabhouh, dans sa chambre d’hôtel à Dubaï. Comme par le passé, les agents israéliens soupçonnés d’avoir commis l’assassinat ont utilisé des passeports étrangers, volés et falsifiés, dans des pays occidentaux, notamment la Grande-Bretagne, la France, l’Irlande et l’Allemagne, provoquant une indignation internationale.
2009 – Le 15 janvier, une frappe aérienne israélienne tue Said Seyam, ministre de l’Intérieur Hamas et député au Conseil législatif palestinien.
2009 – Le 1er janvier, une frappe aérienne sur la maison d’un haut commandant militaire Hamas, Nizar Rayan, le tue avec 15 membres de sa famille, dont 11 enfants.
2006 – Le 8 juin, Israël assassine Jamal Abu Samhadana, fondateur des Comités de la résistance populaire et ministre de l’Intérieur du gouvernement de l’Autorité palestinienne sous la direction Hamas, tuant avec lui trois autres membres des Comités dans l’opération.
2004 – Le 17 avril, Israël assassine Abdel Aziz Rantisi, cofondateur du Hamas et son chef depuis l’assassinat du chef spirituel du Hamas, Sheikh Ahmed Yassin, un mois auparavant. Rantisi était considéré comme un modéré au sein du Hamas.
2004 – Le 22 mars, Israël assassine le chef spirituel et cofondateur du Hamas, Sheikh Ahmed Yassin, âgé de 67 ans, en fauteuil roulant, alors qu’il sort de la prière dans une mosquée de Gaza, tuant avec lui neuf passants innocents dans l’opération.
2003 – Le 8 mars, Israël assassine Ibrahim Maqadma, l’un des fondateurs du Hamas et l’un de ses plus hauts commandants militaires.
2002 – Le 23 juillet, quelques heures avant que ne prenne effet un cessez-le-feu largement annoncé par le Hamas et d’autres groupes palestiniens, Israël bombarde un immeuble d’habitation dans le milieu de la nuit, dans une bande de Gaza densément peuplée, pour assassiner le dirigeant Hamas Salah Shehada. Quatorze civils dont neuf enfants sont tués dans l’attaque, et 50 autres sont blessés, ce qui conduit au sabordage du cessez-le-feu et à la poursuite de la violence.
2002 – Le 14 janvier, Israël assassine Raed Karmi, militant et dirigeant au Fatah, alors qu’un cessez-le-feu avait été accepté par tous les groupes militants palestiniens le mois précédent, ce qui conduit à annuler le cessez-le-feu. Plus tard en janvier, a lieu le premier attentat-suicide par la Brigade des Martyrs d’Al-Aqsa, du Fatah.
2001 – Le 23 novembre, Israël assassine un militant cadre du Hamas, Mahmoud Abu Hanoud. A l’époque, le Hamas respectait un accord conclu avec le président de l’OLP, Yasser Arafat, comme quoi il n’attaquerait pas des cibles à l’intérieur d’Israël. Après cet assassinat, le correspondant du journal de droite israélien Yediot Ahronot, Alex Fisman, écrit à la une :
« Nous nous retrouvons une fois encore avec effroi à nous devoir nous préparer à une nouvelle attaque terroriste massive, à l’intérieur de la Ligne verte (ligne d’Israël avant 1967)… Celui qui a donné le feu vert à cet acte de liquidation savait très bien qu’il faisait voler en éclats le gentleman’s agreement (accord officieux) entre le Hamas et l’Autorité palestinienne ; en vertu de cet accord, le Hamas évitait les attentats suicide dans un avenir proche, à l’intérieur de la Ligne verte… »

2001 – Le 27 août, Israël, utilisant un hélicoptère de combat Apache fabriqué aux États-Unis, assassine Abu Mustafa, secrétaire général du Front populaire pour la libération de la Palestine, un parti de gauche. En réaction, des membres du FPLP assassinent le ministre du Tourisme d’Israël, Rehavam Ze’evi, connu pour être sur la ligne dure de la droite et qui prônait le nettoyage ethnique des Palestiniens de Cisjordanie et Gaza.
2001 – Le 15 août, des soldats israéliens déguisés en arabes assassinent Emad Abu Sneineh, membre du Fatah, lié à la milice Tanzim, en ouvrant le feu sur lui à bout portant.
2001 – Le 5 août, les forces israéliennes assassinent un membre du Hamas, Amer Mansour Habiri, à Tulkarem en Cisjordanie, en tirant des missiles sur sa voiture depuis un hélicoptère de combat.

2001 – Le 29 juillet, Israël assassine Jamal Mansour, cadre de la branche politique du Hamas.
2001 – Le 25 juillet, alors que les responsables à la sécurité israéliens et de l’Autorité palestinienne doivent se réunir pour consolider un cessez-le-feu de six semaines, en pleine période violente de la Deuxième Intifada, Israël assassine un haut responsable du Jihad islamique, Salah Darwazeh, à Naplouse.

1997 – En septembre, (en plein accord d’Oslo, ndlr) le gouvernement israélien du Premier ministre Benjamin Netanyahu tente d’assassiner Khaled Meshaal, chef du bureau politique du Hamas, à Amman, en Jordanie. Les agents israéliens, utilisant des faux passeports canadiens, tentent de tuer Meshaal en lui injectant du poison dans l’oreille. Les assassins présumés sont rapidement capturés et dans le tumulte diplomatique qui s’ensuit, le roi Hussein de Jordanie menace de rompre les relations avec Israël et parle ouvertement de faire pendre les agents israéliens si Israël ne fournit pas le contrepoison. Le gouvernement de Netanyahu transmet l’antidote, sauvant ainsi la vie de Meshaal. Dans le cadre de l’accord, Israël libère aussi le chef spirituel du Hamas, Aymed Yassin, de sa prison.

1996 – Le 5 janvier, (toujours pendant les « accords d’Oslo », ndlr), Israël assassine un commandant militaire Hamas, Yahya Ayash, appelé « l’ingénieur », en déclenchant des explosifs, placés dans son téléphone portable, pendant qu’il l’utilise. Au cours des deux mois qui suivent, le Hamas réplique en lançant quatre attentats suicide qui font plus de 50 morts israéliens. Les Renseignements concluent plus tard : « les attentats étaient plus probablement une réaction directe à l’assassinat d’Ayash. »

1995 – En octobre, (toujours pendant les « négociations de paix », ndlr) des hommes armés israéliens assassinent Fathi Shiqaqi, fondateur du Jihad islamique, à Malte, alors qu’il sort de son hôtel à La Valette.

1994 – Le 2 novembre,(pendant les « négociations d’Oslo », ndlr), Israël assassine le journaliste Hani Abed, qui a des liens avec le Jihad islamique, en piégeant sa voiture avec une bombe.
1988 – Le 16 avril, Israël assassine un haut dirigeant de l’OLP, Khalil al-Wazir, en Tunisie, alors même que l’administration Reagan tente d’organiser une conférence internationale pour négocier une paix entre Israéliens et Palestiniens. Le Département d’État US condamne l’assassinat comme un « acte d’assassinat politique ». Dans les manifestations qui suivent dans les territoires occupés, sept autres Palestiniens sont abattus par les forces israéliennes.
1986 – Le 9 juin, Khalid Nazzal, secrétaire du Front démocratique pour la libération de la Palestine, est abattu par des agents israéliens à Athènes, en Grèce.

1983 – Le 21 août, un haut dirigeant de l’OLP et principal collaborateur de Yasser Arafat, Mamoun Meraish, est abattu par des agents israéliens à Athènes. Selon des articles de presse israéliens ultérieurs, la future ministre des Affaires étrangères (aujourd’hui ministre de la Justice), Tzipi Livni, est impliquée dans l’assassinat de Meraish.

1978 – Le 28 mars, Wadie Haddad, cadre du Front populaire pour la libération de la Palestine, meurt en Allemagne de l’Est, par un poison à action lente ingéré plusieurs mois plus tôt. Plus tard, il sera révélé que des agents israéliens sont derrière son assassinat.

1972 – Le 8 juillet, un auteur et intellectuel palestinien, Ghassan Kanafani, et sa nièce de 17 ans sont tués à Beyrouth dans une voiture piégée qui aurait été placée par des agents israéliens. Membre du Front populaire pour la libération de la Palestine, de gauche, Kanafani était considéré comme une des grandes figures littéraires du monde arabe et au-delà.

1972 – Durant les années soixante-dix, Israël a commis toute une série d’assassinats contre les Palestiniens qu’il accusait d’être mêlés à l’organisation militante Septembre noir, qui a réalisé la prise d’otages des athlètes israéliens aux Jeux olympiques de 1972 à Munich en Allemagne, qui entraîna la mort de onze athlètes et officiels israéliens. Le 16 octobre de cette même année, Wael Zwaiter, célèbre intellectuel palestinien et représentant l’OLP en Italie, est abattu par des agents israéliens à Rome. Israël l’accusait d’être impliqué dans Septembre noir, une accusation vigoureusement démentie par les dirigeants de l’OLP et ceux qui le connaissaient, soulignant que Zwaiter était un pacifiste.

source : http://imeu.net/news/article0024562...

(Traduction en français : JPP pour l’Agence Média Palestine)
CAPJPO-EuroPlestine