Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

mardi 18 février 2014

SIONISME, CRIF, LICRA, GOASGUEN, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER, PARIS, SOTCHI

Le député sioniste-islamophobe Goasguen devra s’expliquer devant un tribunal


Et ce, comme le rapporte ci-dessous une dépêche ,à la suite d’une plainte déposée par le Président de l’Observatoire contre l’Islamophobie, Abdellah Zekri.
Claude Goasguen, dirigeant du lobby parlementaire pro-israélien, a entre autres été l’instigateur d’une pétition pour s’opposer –sans succès- à l’admission de la Palestine aux Nations Unies. On lui doit aussi une kyrielle d’incitations à la haine raciale, jamais poursuivies, dont la qualification des Palestiniens comme « peuple de sauvages terroristes ».
Cette fois, devant le KKL, le 2 février dernier à Paris, Goasguen s’en est pris « aux jeunes musulmans qui ont été drogués dans les mosquées », déclenchant une salve d’applaudissements du public, tandis qu’à la tribune, les autres caciques du lobby israélien en France, Sammy Ghozlan et Roger Cukierman ne trouvaient rien à redire non plus.
Le KKL a pour sa part promptement effacé de son site la tirade de Goasguen, mais celle-ci reste disponible, grâce aux images publiées par le site Panamza. (http://www.panamza.com/07022014-goasguen-musulmans-israel)
Rappelons que dans les années 1960, Goasguen était membre d’Occident, un groupuscule ouvertement néo-nazi et antisémite, cultivant la nostalgie du IIIème Reich, tout en prenant partie pour Israël contre « les Arabes ». Rien d’incompatible, en somme, avec les agissements du KKL, cette agence spécialisée dans la spoliation des terres palestiniennes.
Voici maintenant les informations publiées lundi par l’AFP.
Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a cité à comparaître, pour diffamation, le député UMP Claude Goasguen devant le tribunal correctionnel de Nîmes après des propos dénonçant un antisémitisme des jeunes musulmans, tenus lors d’une soirée de gala en faveur d’Israël.
L’audience a été fixée au 7 avril à 14h00, selon la citation à comparaître, dont l’AFP a une copie.
Selon le CFCM, M. Goasguen a dit le 2 février au Palais Brongniart à Paris lors de la soirée de Gala du KKL (fonds pour la création d’Israël) : « Cette Shoah terrible qu’on n’ose plus enseigner dans les lycées tant on a peur de la réaction des jeunes musulmans qui ont été drogués dans les mosquées ».
« Ces propos ont été largement diffusés par voie télévisée et par le site internet du KKL, lequel les a ensuite effacés », a précisé à l’AFP Abdallah Zekri, président de l’Observatoire national contre l’Islamophobie au CFCM. M. Zekri résidant à Nîmes, cela lui a permis de saisir le tribunal correctionnel de cette ville.
Pour l’avocate du CFCM, Me Khadija Aoudia, les « propos stigmatisants » de M. Goasguen portent « nécessairement atteinte à l’honneur et à la dignité de la communauté musulmane » alors, dit-elle, que celle-ci s’est « toujours mobilisée pour dénoncer les actes antisémites », et que « durant la seconde guerre mondiale les musulmans étaient sur le front, en première ligne, pour combattre le nazisme ».
En revanche, « la médiatisation des atteintes portées à la dignité des Français musulmans s’est imposée en débat sur la scène nationale, alimentant ainsi l’islamophobie et créant un fort sentiment de rejet », estime l’avocate.
Contacté par l’AFP, M. Goasguen a affirmé que les propos incriminés avaient été tenus « dans une réunion privée » et qu’on leur avait donné une « interprétation (...) complètement illégitime ». « Je voulais dire intoxiqués » (et non pas « drogués », ndlr), a-t-il fait valoir.
Claude Goasguen, député de Paris, vice-président du groupe d’amitié France-Israël à l’Assemblée nationale, est aussi maire du XVIe arrondissement de Paris, candidat en mars à sa réélection à la tête d’une liste UMP-centre.

CAPJPO-EuroPalestine