Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

vendredi 7 mars 2014

SAVOIE, ALBERTVILLE, PALESTINE, GAZA, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

Samedi 7 Décembre 2013 à Albertville

Les femmes en noir « fêtent » leur 10 ans

Ce samedi 7 décembre à Albertville, les « femmes en Noir » semblaient particulièrement émues. Une d’entre elles explique : » Le 5 décembre 2003, il y a tout juste 10 ans, nous entamions notre rassemblement mensuel le premier samedi du mois, pour dire Non à la colonisation de la Palestine par Israël, Non à l’occupation, Non aux destructions de maisons, Non aux entraves à la circulation, à l’accès aux soins et à l’éducation, Non aux entraves arbitraires qui sont le quotidien des palestiniens humiliés, bafoués dans leurs droits. Il faut le savoir. Le nier, c’est être complice de crimes contre l’humanité, c’est rejeter le droit international »
Au lendemain de la mort de Nelson Mandela, cet anniversaire semblait prendre un sens particulier pour les militants présents.
Alexandra Cusey ( élue au Conseil Régional Rhône Alpes et ancienne présidente de l’AFPS (Association France Palestine Solidarité) d’Albertville fut  avec d’autres à l’initiative du rassemblement mensuel des femmes en noir sur Albertville adressait un message : « Cela fait 10 ans et la situation dans les territoires palestiniens ne cesse de se dégrader ….Et pourtant tout cela ne me semble pas vain. Je pense qu’il est primordial que les citoyens se lèvent et fassent entendre leurs aspirations pour notre monde en partage. C’est notre part du colibri. Et maintenant ici au Conseil Régional, je fais le maximum sur ce douloureux dossier où il y a tant à faire ! Je suis de tout cœur avec vous et espère qu’un jour nous pourrons fêter ensemble la fin des femmes en noir car la paix règnera en Israël et Palestine. » 
Pour finir, comme pour illustrer le propos, un militant informe les passants qu’au même moment à Ramallah, Wajih al-Ramhi, âgé de 15 ans vient de mourir après avoir reçu une balle dans le dos tirée par un soldat israélien. »






Samedi 3 Aout 2013 à Albertville

Samedi 6 juillet 2013 à Albertville













samedi 1° Décembre 2012 à Albertville






samedi 2 novembre 2012, à Albertville


samedi 5 mai 2012, à Albertville

rassemblement des femmes en noir – 10h30 devant la librairie des Bauges

 Manifestons notre solidarité

La grève de la faim des prisonniers palestiniens
Depuis le 17 avril à l’occasion de la Journée des prisonniers palestiniens, plus de 1000 détenus dans les prisons israéliennes sont en grève de la faim. Les détenus dénoncent les mises en isolement, l’interdiction de visites pour les familles résidant à Gaza, les fouilles au corps de leurs proches et les détentions « administratives » qui permettent d’emprisonner pour une période de six mois, renouvelable indéfiniment, sans jugement ni inculpation
Leur décision a été inspirée par la grève de la faim cet hiver de Khader Adnan et Hana Shalabi. Le premier est resté 66 jours sans manger et a réussi à forcer Israël à ne pas prolonger sa détention au-delà de la date fixée initialement (il a été libéré le 17 avril). La seconde a été libérée au bout de 43 jours et exilée dans la bande de Gaza pour trois ans.
Les autorités israéliennes essaient de mettre fin à cette grève en plaçant les grévistes de la faim en isolement, en supprimant les visites  et en confisquant leurs affaires personnelles. Dans certaines prisons on leur a même pris le sel – le seul aliment qu’ils ingèrent.
Particulièrement préoccupant est le cas des prisonniers  qui avaient commencé la grève bien avant le 17 avril en soutien de Khader et Hana. La situation la plus grave est celle de Bilal Diab et Thaer Halahleh qui en sont à leur 60ème jour sans manger. Hassan Safadi et Omar Abu Shalal ont dépassé 50 jours de grève, Ahmad Saqer et Mohammad Taj 40 jours. Trois autres prisonniers, dont le frère de Bilal, jeûnent depuis plus d’un mois et un dernier depuis quinze jours.


association palestienne de défense des prisonniers Addameer,
Association France Palestine Solidarité AFPS
Groupe de travail « prisonniers »



samedi 10 Mars 2012, à Albertville

Rassemblement réussi



En soutien aussi aux femmes prisonnières politiques palestiniennes



NOUS EXIGEONS LA LIBÉRATION DES  8 FEMMES DÉTENUES DANS
DES PRISONS ISRAÉLIENNES, EN VIOLATION DU DROIT INTERNATIONAL,
PRISONNIÈRES PARCE QU’ELLES VIVENT DANS UN PAYS OCCUPÉ, COLONISÉ.



Vendredi 2 Mars 2012, à Chambery

Nous soutiendrons un  rassemblement de femmes, « La 2éme conférence de femmes palestiniennes et israéliennes  » à Beit Ommar, (village palestinien , situé entre Bethléem et Hébron), du 10 mars , organisée par «  Le Centre pour la Liberté et la justice ».
il y sera question des actions de désobéissance civile menées et à poursuivre, comme visage de la résistance populaire non violente, conférence pour développer le travail en commun et marquer la Journée Internationale de la femme.
La 1ére conférence de mars 2011 a réuni 200 Palestiniennes et 100 Israéliennes, coopération qui a amené des femmes israéliennes à emmener environ 70 femmes palestiniennes à la mer et dans d’autres régions de la Palestine historique, au mépris des lois qui interdisent un tel déplacement, sans permis militaire israélien.
 Le 28 nov 2011, nous avons reçu à Chambéry , Mousa Abu Maria, Palestinien de Beit Ommar, un des membres actifs  de cette résistance  non violente.
 Avec le soutien du « Collectif savoyard pour une action solidaire en Palestine », regroupant 4 associations ; Ligue des Droits de l’Homme de Chambéry, AFPS de Chambéry, Hydraulique Sans Frontières, Union Juive Française pour la Paix (Isère –Drôme)



A Albertville

depuis 2003, un groupe de « Femmes en Noir » se rassemble, chaque 1° samedi du mois, vers le N° 100 de la rue de la république, près de la place de la Sous Préfecture.


 Chambéry

L’ association France Palestine Solidarité (AFPS) de Chambéry, organise tous les 1ers vendredis du mois, de 17h30 à 18h en hiver , et de 18h à 18h30 à partir d’avril, place St Léger (sous l’Horloge), le rassemblement des « Femmes en noir »(FEN), depuis mars 2004 .

Origine des « Femmes en Noir »

« Femmes en Noir » est né sur une place de Jérusalem Ouest en Janvier 1988, au début de la 1° Intifada, de la rencontre de 7 femmes israéliennes. Elles ont choisi le silence et le noir pour protester contre l’occupation de la Csijordanie et de la bande de Gaza décidée par le gouvernement israélien.
Depuis, « Les femmes en Noir » sont devenues un mouvement international de femmes, citoyennes du monde, qui protestent contre la guerre, les conflits armés entre les peuples, la violation du droit international

Pourquoi ?

  • Parce qu’elles veulent témoigner de leur espoir de Paix au Proche Orient
  • Parce qu’elles demandent la fin de l’occupation militaire et l’asphyxie économique de la Palestine.
  • Parce qu’elles demandent de construire un monde où le droit et la Justice ne soient pas bafoués
Elles sont convaincues que pour faire la Paix, il n’est pas nécessaire de préparer la guerre. La Paix n’est pas une utopie. Elles veulent agir.


Albertville: Une info importante :

Les femmes en Noir changent d’heure et de date pour le mois de mars : ce sera le samedi 10 mars à 10h30 devant la librairie des Bauges(10h30 sera désormais notre heure de rendez vous).
Pour la journée de la Femme nous appelons toutes les femmes en noir et toutes les femmes sympathisantes de France Palestine à nous rejoindre pour  UN GRAND RASSEMBLEMENT en soutien des femmes ISRAÉLIENNES qui ont décidé (depuis 2 ans déjà) de rencontrer des femmes palestiniennes à Beït Ommar, le village de Moussa que nous avons reçu en novembre. Ces femmes désobéissent aux lois israéliennes qui leur interdisent d’aller en Cisjordanie. Elles ont commencé une action de désobéissance civile (texte joint) en sortant clandestinement des femmes palestiniennes de Cisjordanie ! Elles risquent 2 ans de prison et de fortes amendes. Une journaliste, écrivaine, Ilana Hammerman , en est l’initiatrice, c’est elle qui a emmené en 2010 3 jeunes filles palestiniennes voir la mer et visiter Israël ! Le 10 mars, ces femmes se réuniront à Beït Ommar et programmeront de nouvelles actions. Elles nous demandent de les soutenir. C’est pourquoi nous comptons sur vous les femmes mais bien évidemment sur vous les hommes pour que ce rassemblement soit important et dise notre attachement à la paix et notre solidarité à ces femmes courageuses. Nous organisons un lâcher de ballons. Nous avons rencontré le dauphiné vendredi qui publiera un article.Venez nombreuses  avec vos amies et amis.

manifestation du mois de novembre 2010

Le groupe Femmes en Noir est né sur une place de Jérusalem Ouest en janvier 1988 au début de la première Intifada, de la rencontre de sept femmes israéliennes dont Hagar Roublev décédée depuis. Sur le modèle des « folles de Mai » d’Argentine, elles ont choisi le noir pour protester contre l’occupation militaire des territoires palestiniens.
A Albertville, les femmes en noir se réunissent chaque 1er samedi du mois de 10 h à 10h 45 près de la librairie des Bauges depuis 2003.
POUR LE  RESPECT DU DROIT  INTERNATIONAL

Salah Hamouri, citoyen franco-palestinien, est en prison depuis mars 2005. Salah est français, uniquement français de juré puisque Israël lui refuse sa bi-nationalité du fait qu’il habite Jérusalem-Est occupée. Occupée. Actuellement, c’est le seul français au monde ayant fait + de 5 ans de prison pour des raisons uniquement politiques. Le silence de la France assourdissant vaut approbation et complicité. Ecrivons lui :  Salah Hamouri – Doar Nah Guilboa – 10900 – Beit Shean – Israël.
BOYCOTT – DESINVESTISSEMENT – SANCTION  (BDS) : C’est une campagne qui vise à boycotter les produits israéliens en provenance des territoires occupés car, étiquetés Made in Israël, ils ne respectent pas la traçabilité permettant de distinguer leur provenance exacte et  bénéficient des accords européens leur accordant une réduction importante sur les droits de douane. Mais cette campagne ne plaît pas à tout le monde et c’est ainsi que Stéphane Hessel, grand résistant, co-rédacteur de la déclaration Universelle des Droits de l’Homme en 1948 et ambassadeur de France est poursuivi pour « provocation publique à la discrimination ». Un comble et une honte pour la France.  Est-ce le fait qu’il se dresse, avec bien d‘autres personnes dont des élus européens et des militants associatifs, contre l’occupation et la colonisation de la Palestine par Israël, est-ce le fait que Mr Hessel mette sa notoriété au service de la reconnaissance des Droits des Palestiniens qui le conduisent à être traîné dans la boue de façon aussi ignominieuse. Nous ne nous laisserons pas influencer par ces poursuites.

ISRAEL-PALESTINE : Ce qui bloque, ce qui bouge :   CONFERENCE LE 29 NOVEMBRE 2010 à la Salle du Val des Roses à Albertville à 20 h 30  avec Dominique VIDAL, journaliste au Monde Diplomatique, grand spécialiste du Proche Orient. Soirée à ne pas manquer.

Nous demandons instamment au gouvernement français et à  la communauté européenne le respect de toutes les résolutions de l’ONU,  l’application des Conventions de Genève et des recommandations du rapport Goldstone,  et d’apporter un soutien ferme et clair  aux négociations de paix en cours.

manifestation du mois de janvier 2011

POUR LE  RESPECT DU DROIT  INTERNATIONAL

Salah Hamouri, citoyen franco-palestinien, est en prison depuis mars 2005. 31 décembre 2010 : 2115 jours que Salah est en prison pour délit d’opinion politique.  Notre solidarité n’a de cesse  de se manifester  très activement pour obtenir sa libération. Car il n’a rien fait de répréhensible. Cela est formellement établi. Ecrivons lui, par milliers, des cartes postales, sans enveloppe :  Salah Hamouri – Doar Nah Guilboa – 10900 – Beit Shean – Israël.

Intensification des démolitions de maisons à Jérusalem-Est : Le 22 décembre dernier, le coordinateur des actions humanitaires de l’ONU dans les Territoires Occupés , Maxwell Gaylard, s’est alarmé de l’augmentation du nombre de démolitions à Jérusalem-Est et dans les zones sous contrôle total israélien de Cisjordanie, démolitions passant de 275 en 2009 à  396 en 2010.
Blocus de Gaza : Un peu plus de 6 mois après l’arraisonnement d’un bateau qui tentait de briser le blocus maritime de Gaza imposé par Israël, l’étau se desserre un peu d’après le bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies, mais l’amélioration reste loin des attentes … et des besoins.

UN BATEAU FRANÇAIS POUR GAZA : Plus de 60 organisations se regroupent pour envoyer, au printemps 2011 un bateau français au côté de bateaux d’une vingtaine de pays – pour dénoncer et briser le siège israélien de Gaza, – pour promouvoir et faire respecter le droit international – pour répondre à la crise humanitaire que subisse un million et demi de Palestiniens de Gaza.
Un bateau français pour Gaza : un acte citoyen.