Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

jeudi 24 avril 2014

ZIAD MEDOUKH, GAZA, PALESTINE, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER, PAIX

Gaza : le monde en cage !

Ziad Medoukh



Tu subis

Restrictions, précarité, vie entre parenthèses

Dans un grand fleuve de sang.

Tu mènes

Un combat indéfectible

Dans une prison à ciel ouvert.

Tu luttes

Contre cette ignominie de blocus

Dans ton île encerclée.

Tu résistes

Avec foi et avec abnégation

Dans ce calvaire étroit.

Tu patientes et tu patientes

Sur ta bande de sable méditerranéenne

En cette terre vampirisée par l’occupant,

Loin de la haine, ce sentiment destructif

Mais avec une volonté sans faille

Et ta force intérieure.



Tu supportes un blocus inhumain

Qui dure et qui perdure,

Avec courage, dignité, lumière dans le cœur,

Avec le sens de la pacification,

Contre ce fléau d’occupant qui empoisonne ta terre.

Tu dépasses le silence qui tue

D’un monde qui se tait,

Qui veut que tu tombes dans les oubliettes !





Tu puises tes larmes dans le tréfonds de ta peine

Ton espoir est une arme qui noie leur silence

Ton humanisme fait de toi un symbole universel.

Ton passé lumineux recueille tout vestige.

Tu luttes contre la spoliation de ta terre,

Avec vivacité, 

Par un combat sans faille pour la paix,

Avec cette maladie qui s'appelle l'espérance.

De sa force productive,

Ton combat si intense et si cruel

Mènera inéluctablement à la victoire.





Tu as un cœur tendre, qui hait le silence

Tu bâtis dans l’ombre le chemin de paix

Ta cause est une valeur, une sobriété.

Devant ta souffrance, les rimes se durcissent,

Et la ponctuation s'affaiblit.




Gaza, ô branche d’olivier,

Tu ne distilles pas la haine.

Gaza, ô phare de Palestine,

Tu donnes des leçons de vie.

Gaza, tu résistes contre le dénuement.

Tu es porteuse de la sève de tes oliviers ancestraux.

Ta sagesse inonde le monde de sa lumière.

Laissée à ton sort, ô Gaza,

Tu supportes l’insupportable,

Une réalité affligeante non relayée

Par un monde silencieux

Qui oublie l’inhumanité de ton drame,

Et par des médias qui occultent cette réalité.



Gaza, sois rassurée!

Quand tes larmes coulent,

Des larmes de rage montent aux yeux des solidaires

Qui t’accompagnent dans le cœur universel,

Qui compatissent à tes difficultés,

Espèrent avec toi des jours meilleurs

Et attendent les premières fraîcheurs annonciatrices de ta liberté.



Espoir évanoui, au désarroi des Gazaouis,

Car, pour Gaza, rares sont ceux

Qui s’indignent encore.



Ta voix s’élève au dessus du mur

Et franchit les rouleaux de barbelés.

Ton sourire foudroie l’ennemi

Qui t’a infligé l'horreur et l'inadmissible

Et qui reste impuni devant

Le silence complice de ce monde impuissant,

Un monde qui navigue sans boussole !



Sois confiante,  tu es adoubée

Tu es sous blocus, mais c’est toi qui bloques l’occupant

A son insu, c’est le monde qui subit ce blocus

Tu es enfermée et pourtant libre,

Plus libre que le monde qui se dit libre

Et qui tourne le dos.

Tu es née pour vivre libre.

Tu es faite pour vivre digne.

Tu es ici pour être debout.

Tu es un havre de paix dans une tempête.

Tu es une colombe dans un ciel de confiance.

Toi qui sais dépasser peur, peine et souffrance,

Tu es engagée face à la violence barbare d’un occupant aveugle.

Tu es l’honneur et la probité de la Palestine.

Tu luttes pour faire avancer la justice et l’humanité

Chantées sur ta terre.

Tu donnes des leçons d’audace

Pleine de fleurs fortes,

Sur cette terre des oubliés, cette terre des vivants.





Ce n’est pas toi qui es sous blocus,

C’est le monde qui est en cage,

Avec son silence assourdissant,

Un monde qui est

Comme la fleur d'automne

Qui meurt en hiver,

Un monde qui est une toile sans relief,

Un monde qui se tait, un monde complice

Devant l’injustice commise contre toi,

Un monde qui ne sait pas que

Sa beauté meurt à Gaza,

Que son humanisme se perd à Gaza,

Un monde qui ne comprend pas

La grande signification du mot Paix

Que j’écris sciemment,

 Ici,
 Avec une majuscule !