Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

jeudi 18 août 2016

EVA JOLY, ROM, POLICE, GENDARMERIE, ETAT DE DROIT, REVOLUTION, GARDES A VUE, TORTURE,

-->L'ÉCHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, ce qui est un droit constitutionnel et international, continue sa lutte contre les politichiens mondiaux sionistes-francs-maçons-sataniques, du moins ceux oublieux de leurs idéaux !
ISBN :22191
ISSN :12996769


Votre rédacteur, Frédéric BERGER, en chef aura du travail pour vider la poubelle des politichiens mondiaux sionistes- francs-maçons,du moins ceux, oublieux de leurs idéaux , notamment dans le dossier

clic sur:

LIBERTE d'EXPRESSION, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER, CENSURE, SAVOIE, CORSE, TRAITE ANNEXION, GENDARMERIE, JUSTICE, COLUCHE, RESTO DU COEUR,








La Défense, le 28 juillet 2010
MESSAGE N°872
La rage et le désespoir
Nous entrons aujourd'hui dans une nouvelle phase d'évolution de la société
française, dans laquelle la violence devient la règle. Face à cette violence, des
hommes et des femmes représentant ce qu'il reste d'ordre, se dressent et tentent de
ne pas laisser la place aux voyous et aux brigands.
Les policiers de Grenoble comme les gendarmes de Saint-Aignan ont été
récemment soumis à une violence peu égalée et pour laquelle ils risquent encore de
payer le prix fort.
Malgré les enjeux, certains médias excusent l'inexcusable, expliquent
l'inexplicable en justifiant de telles violences et exactions par la colère, nommant
"bêtise" ce que le législateur qualifie de crime ou de délit.
Le Droit n'est-il pas bafoué lorsqu'on laisse des individus agir avec violence
pour prétendument protester contre la mort d'un malfrat chevronné qui venait de
commettre un braquage et qui avait mis en danger la population et les policiers ?
Doit-on se révolter et saccager toute une ville à cause de la mort d'un
individu qui n'a pas hésité à mettre des gendarmes en danger de mort ? Aujourd'hui,
nous payons le résultat de cette désagrégation des valeurs, de ces bavardages
stériles sur les responsabilités des forces de l'ordre et du laxisme de certaines
autorités.
Au bilan, ceux qui expriment leur "rage" face à une société qu'ils trouvent
injuste simplement parce qu'elle attend d'eux le respect du Droit ne font qu'infliger le
désespoir à des citoyens victimes et des serviteurs de l'ordre public placés au
service de tous.
Le SCPN soutient tous les fonctionnaires et militaires qui prennent sans
hésiter des risques considérables. Ils sont les otages d'une politique de l'autruche,
politique où le plus important est actuellement de réformer la garde à vue pour
donner plus de garanties aux voyous et alourdir encore la procédure au risque
d’engendrer des erreurs qui feraient la part belle aux malfrats et ce, contre les
intérêts des victimes.
Il est temps que l'Etat retrouve ses valeurs. Aurait-on pu imaginer il y a
quelques années que des gens tirent sur des policiers parce qu'un braqueur
multirécidiviste a été abattu par des policiers en légitime défense ? Cette impression
d'anarchie est démoralisatrice pour les policiers mais aussi pour la population qui ne
s'y trompe pas.
Aujourd'hui, le SCPN demande au gouvernement de prendre les mesures
efficaces pour lutter contre la violence. Nous appelons solennellement l'ensemble
des responsables politiques à manifester clairement leur soutien aux forces de l'ordre
qui risquent leur vie pour le bien de tous et aux médias qui alimentent la polémique
de faire leur travail dignement.
L'heure n'est pas à la polémique sur les compétences ou le pouvoir respectif
de telle ou telle catégorie de représentant de l'Etat.
Le moment est venu de montrer que le travail fait par le policier et le
gendarme n'est pas vain et qu'il mérite autre chose qu'une mise en examen ou une
gerbe funéraire.
Emmanuel ROUX
Secrétaire Général par intérim