Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

mardi 16 août 2016

NOTRE DAME DES MARCHES, FËTE-DIEU, SUISSE, SAVOIE, TRADITION, GRUYERE,

LES TRADITIONS EXISTENT ENCORE EN SUISSE ET EN SAVOIE

Hello,

Demain  nous chantons lors de l'arrivée au reposoir de la cathédrale de la procession de la Fête-Dieu vers 11 heures
Rendez-vous à la cathédrale à 11 heures



Nouthra Dona di Maortse
 vivement recommandé de l'écouter par ces liens ci-dessous...

NOUTHRA DONA DI MAORTSE – Joseph Bovet (1879 - 1951)


Nouthra Dona di Maortse! Nouthra Dona di Maortse!



Nous avons raison de compter sur vous,
pour nous appuyer dans les mauvais moments.
Près de votre fils vous faut prier pour nous,
puis nous tous garder dans le bon chemin.


Nouthra Dona di Maortse! Nouthra Dona di Maortse!

Il a beaucoup passé dans votre petite chapelle,
des gens qui y ont prié, de ceux qui y ont pleuré.


Sur votre belle hauteur, ils ne vous laissent pas seule,
ceux qui ont des soucis ils viennent vous appeler.


Nouthra Dona di Maortse! Nouthra Dona di Maortse!

Venez nous aider nous avons très besoin,
pour faire toujours bien comme il faut ce qu'il faut.
Il nous semble quelquefois que le ciel est tellement haut,
que nous pourrons jamais grimper jusque làhaut.

Nouthra Dona di Maortse! Nouthra Dona di Maortse!




Quand il faudra mourir c'est vous qui faut nous prendre,
nous vous avons tant dit qu'il faut pas nous oublier.
D'ici pas trop longtemps laissez nous attendre,
devant le paradis sans y nous faire entrer.


Nouthra Dona di Maortse! Nouthra Dona di Maortse!

Nous avons raison de compter sur vous,
pour nous appuyer dans les mauvais moments.
Près de votre fils vous faut prier pour nous,
puis nous tous garder dans le bon chemin.

Nouthra Dona di Maortse! Nouthra Dona di Maortse!

http://www.chant-liturgique-paroisse.fr/comp.bovet/comp.bovet.html
Prière traditionnelle en patois gruyèrien (Arpitan du district de la Gruyère, canton de Fribourg, Suisse), à Notre-Dame des Marches (Les Marches, commune de Broc), composée par l'Abbé Bovet (Joseph) et interprétée par l'accroche-choeur (couplet 1 et 3).

En souvenir de ma maman et mon papa.

Paroles en patois:

Refrain:
Nouthra dona di Mârtsè! (bis)
No j'an bin réjon dè no rèfiâ chu vo
Po no j'apoyi din lè crouyo momin ;
Pri dè vouthron Fè, vo fô prèyi por no,
Pu no ti vouèrdâ din le bon tsemin.
Nouthra dona di Mârtsè! (bis)

N'in d'a dza prou pachâ din vouthra tsapalèta,
Di dzin ke lyan prèyi dè hou ke lyan plyorâ ;
Chu vouthron bi l'ouchtâ vo lèchon på cholèta,
Hou ke l'yan dou pochyin i vinyon vo tyirâ.

R.

Vinidè no j'idyi, no j'indan rido fôta
Po fére totèvi bin adré chin que fô;
No chinblyè kotiè kou k'la yê liè bin tan hôta,
Ke no porin djêmé grépi tantyè léhô.

R.

Kan no fudrè muri lyè vo k'vo fô no prindre,
No vo j'an tan-è tan de k'vo fô på no j'oublyâ ;
Du ink' pâ tru grantin, léchidè no atindre,
Dèvan le Paradi, chin li no fér' intrâ !

R.

Traduction littérale en français:

Refrain:
Notre-Dame des Marches ! (bis)
Nous avons bien raison de compter sur vous
Pour nous appuyer dans les mauvais moments;
Auprès de votre Fils, vous faut prier pour nous,
Et puis nous garder tous dans le bon chemin.
Notre-Dame des Marches ! (bis)

Il en est déjà passé dans votre petite chapelle,
Des gens qui ont prié, de ceux qui ont pleuré;
Sur votre bel autel nous vous laissons pas seule
Ceux qui ont du souci ils viennent vous implorer.

R.

Venez nous aider, nous en avons grand besoin
Pour faire toujours bien comme il faut
Nous semble quelquefois que le ciel est bien tant haut
Que nous pourrons jamais grimper jusque là-haut.

R.

Quand il nous faudra mourir, c'est à vous qu'il faut nous prendre,
Nous vous avons tant et tant dit qu'il vous faut pas nous oublier ;
Donc pas trop longtemps ne nous laissez attendre,
Devant le Paradis sans nous y faire entrer !

R.

Cette simplicité, c'est l'Abbé Bovet lui même qui en parle le mieux lorsqu'il évoque sa Gruyère et sa Suisse natale : « Mon Pays que j'ai servi à ma manière, de tout mon coeur, en le célébrant par mes chansons. Mon Pays que je continue à chanter jusqu'au dernier souffle de ma vie. Car il est vrai de dire que ce peuple, je l'ai aimé et je l'aime profondément. Mon but, en écrivant des chansons pour lui, a été de lui donner de la joie, de l'aider dans son labeur de tous les jours, de faire luire à ses yeux sans qu'elle s'éteigne, la flamme généreuse de l'espérance, du courage, de l'optimisme. C'est cela que j'ai voulu. J'y ai mis tous mes efforts et toute ma foi. J'y ai mis une sincérité rigoureuse. Ai-je réussi ma tâche ? Il est encore trop tôt pour le dire. En tout cas, mes chansons, je ne les ai pas écrites comme un simple compositeur, mais comme un prêtre aussi, et ce fut là mon ministère et mon apostolat. »

Le compositeur des alpages ne devrait pas éclipser le compositeur de Musique Sacrée, mais son succès en a décidé autrement. On se fera une opinion avec « Nouthra Dona di Maortse » (Notre-Dame des Marches, lieu de pélerinage suisse), pièce toute empreinte de piété populaire, mais ô combien priante. L'Abbé Bovet y révèle un phrasé à la fois coulant, dynamique, et plein de dévotion [La Procure peut vous fournir une version bilingue de cette pièce].


La grande prière des confédérés suisses

Par Cercles civiques européens CH-Lausanne, Suisse
La belle vidéo: