Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

dimanche 11 février 2018

VIERGE MARIE, SAVOIE, ROI LOUIS XIII, ANTOINE CIOSI, CARDINAL RICHELIEU, LIO DU 10 FEVRIER 1638, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER




   LOI CONCERNANT LA VIERGE MARIE

L'Etat de Savoie a inscrit dans sa Constitution que "la religion catholique est la religion d'état".
Il existe une loi qui n'est pas abrogée en faveur de la Vierge Marie.
Cette loi permet de lutter contre les communes francs-maçonnes qui veulent détruire les statues de la Vierge.


10 février 1638 : une loi consacre la France à la Vierge

Source: Voltaire, 

     

C’est Richelieu qui suggéra à Louis XIII ce fameux vœu de consécration de la France à la Vierge.

Cliquez sur le tableau, merci.

Le Cardinal était, certes, un homme d’État inflexible, impitoyable mais il était aussi un homme d’Église qui vivait profondément sa foi. 

 C’est Richelieu qui suggéra à Louis XIII ce fameux vœu de consécration de la France à la Vierge. Vœu que l’on évoque généralement pour la fête du 15 août, mais qui fut institué à Saint-Germain-en-Laye le 10 février 1638. 

Il y a 380 ans, jour pour jour. Louis XIII était un homme pieux mais angoissé : « Jamais homme n’aima moins Dieu et ne craignit plus le diable », écrivit un historien du milieu du XIXe siècle. Connaissant les angoisses de son roi, dès mai 1636, Richelieu lui écrit pour lui suggérer l’idée d’un vœu. « On prie Dieu à Paris, dans tous les couvents, pour le succès des armées de Votre Majesté. On estime que si elle trouvait bon de faire un vœu à la Vierge avant que ses armées commencent à travailler, il serait bien à propos. » Louis répond immédiatement à son ministre : « Je trouve très bon de faire ce vœu à la façon que vous me le mandez… ».


Ce travail, c’est la guerre qu’elles s’apprêtaient à faire aux troupes espagnoles qui déboulent par le nord de la France durant l’été 1636. Il faudra attendre novembre et la chute de Corbie en Picardie pour que la France renverse une situation comparable à celle qu’elle connaîtra en 1914. L’idée du vœu à la Vierge fait son chemin au cours de l’année 1637. L’ambassadeur de Suède évoque ce projet dans un rapport à son roi : « Il [le roi ] veut encore que le jour du milieu du mois d’août, qu’on appelle ici l’Assomption de la Vierge, soit désormais célébré avec beaucoup plus de solennité que par le passé. Dans ce but, il vient de faire remettre des lettres patentes au parlement de Paris. »

Et c’est donc le 10 février 1638 que l’ordonnance est prise. Cette ordonnance n’est pas seulement une « bondieuserie », c’est un acte officiel.

 Un acte législatif. Enregistrée au Parlement, jamais abrogée.

Entendez:

https://youtu.be/GoiaHFRLcAU
et